24 Heures du Mans 2016

24 Heures du Mans 2016 : là où il ne faut jamais crier victoire

À l’image du Grand Prix de Monaco et des 500 Miles d’Indianapolis, la course des 24 Heures du Mans est l’une des plus mythiques au monde. C’est aussi l’une des plus redoutables, pour les hommes et les machines. Avec un final percutant, cette édition 2016 n’a pas dérogé à la règle (au sens propre comme au figuré).

Au début du week-end, déjà, cette course s’annonçait comme l’une des plus passionnantes, même s’il est bien difficile d’établir le classement des meilleures éditions. Sous un ciel particulièrement capricieux, la séance de qualification a donné le ton pour le double tour d’horloge à venir. Les trombes d’eau de la seconde séance qualificative n’ont pas fondamentalement changé la grille de départ, notamment dans la catégorie reine LMP1, ou les Porsche 919 Hybrid no1 et no2 ont raflé les deux premiers starting-blocks.

Les deux Allemandes se sont fait surprendre par les deux Toyota TS050 Hybrid du team Toyota Gazoo Racing, avec un temps de 3’21’’903 pour la Toyota no5, en quatrième position et à deux secondes de la pole position. Malgré leurs problèmes techniques, les Audi parviennent à s’offrir des chronos dans les 3’22. Le trio de tête était formé et les prochaines 24 heures allaient les départager sur le podium.

Une victoire historique dans le viseur pour Toyota :

La 84e édition des 24 Heures du Mans s’est lancée sous le drapeau agité par Brad Pitt, sous une pluie abondante et derrière l’Audi R8 V10 de sécurité. Un feu vert à la procédure inhabituelle, résultant d’une météo exécrable et des conditions en piste piégeuses. À près de deux heures de course, Audi prend la tête. Au fil des tours et des changements de pneus, les voitures jouaient à saute-mouton dans le classement avant de se figer, en laissant la Toyota no5 et la Porsche no2 filer vers l’arrivée.

Après avoir dominé une majorité de la course, la Toyota semble promise à la victoire. Un titre historique qui aurait mis fin à des années du monopole allemand sur la 1re place du podium et imposé un constructeur japonais au Mans depuis la victoire de Mazda en 1991. À dix minutes de la course, l’équipe de Porsche s’impose devant le géant japonais : il n’est pas possible de rattraper les secondes d’écart à la régulière.

23 h 57 de course et c’est le drame :

À l’approche des 24 heures de course, alors qu’elle venait tout juste de franchir la ligne droite des stands pour s’engager dans son 384e et ultime tour, la Toyota no5, alors pilotée par Kazuki Nakajima, s’est subitement arrêtée. Aucune des deux Japonaises n’avait rencontré de souci technique lors de la course, jusqu’à ce moment fatal qui a laissé la Porsche no2 s’envoler vers la victoire.

Il ne restait plus que trois minutes de course à l’équipe de Gazoo Racing pour marquer les livres d’histoires du sport automobile. Mais alors que le pire coup de théâtre de ces dernières années en course venait de se produire, l’ACO est venu abattre ce qu’il restait de la voiture no5 : d’après l’article 10.15, la voiture ne pouvait figurer au classement général faute d’avoir bouclé le dernier tour sous les six minutes.

Porsche gagne la course, Toyota gagne le respect :

L’application de ce règlement complètement archaïque dans cette situation, où la Toyota TS050 a été obligée de boucler le tour sur un filet d’électricité, a ainsi redéfini le podium. Même si ce n’est pas une consolation, la Toyota no6 et l’Audi R18 no8 sont montées sur les seconde et troisième places du podium, permettant à la marque aux anneaux de continuer sa présence consécutive depuis 1999 !

Cette édition au final dramatique prouve encore une fois que la course des 24 Heures du Mans est impitoyable et imprévisible. Porsche qui a essuyé quelques problèmes techniques avec la no1 parvient à grimper sur la plus haute marche et Toyota, qui a mené la course grâce à la fiabilité des autos et sa stratégie, voit tous ses rêves tomber, emportant des années de travail et d’engagement. Cette 2e victoire de Porsche (18e dans l’histoire du constructeur) restera toujours ancrée dans la mémoire, mais Toyota restera le grand gagnant de cette édition dans nos cœurs !

Soufyane Benhammouda

Votre avis nous intéresse sur :  24 Heures du Mans 2016 : là où il ne faut jamais crier victoire

image profil
aviateur 64
2016-06-20 18:40:15  

oui, Toyota aurait mérité la victoire, mais qui peut dire si le fait de devoir tenir un rythme super élevé imposé par la Porsche n°2, n'a pas amené cette "casse" !?

La Toyota n'avait connu aucun problème de toute la course alors que la Porsche avait subi deux crevaisons lentes et malgré tout mettait encore la pression à 15 minutes de la fin.... 24 heures, c'est 24 heures à tenir, et là, la Porsche l'a fait.... !!!!

image profil
Marc
2016-06-21 09:28:51  

Moi je dis, ça sent le pot de vin à plein nez tout ça

image profil
cidrec
2016-06-22 13:04:00  

Victoire dans nos coeurs... ou l'éternel amour injustifié pour les losers! Porsche a gagné et il y a eu environ 30 changements de leader sur ces 24H, donc affirmer que Toyota méritait de gagner, que Toyota à gagner le respect (ils l'avaient déjà, hein, pas besoin de s'imposer).

Il n'y a eu parfois que 3s d'écart entre Toyota et Porsche et l'histoire ne retiendra que le vainqueur. Globalement, Porsche a été à 1/2 mn derrière maximum (avec le jeu des arrêts aux stands). Porsche a été très performant, comme Toyota d'ailleurs, mais la fiabilité de la n°5 n'était pas au rendez-vous. Le point noir de cette édition, c'est plus la BOP avantageant les moteurs Turbo en GT. Dommage. Pour Toyota, on retiendra seulement une incapacité à gagner l'épreuve reine alors qu'ils sont présent depuis presque 20ans et une fiabilité à revoir...

Porsche est revenu après presque 20ans d'absence et à mis un an pour se roder, et maintenant ils sont devant. La voilà la différence...

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter