Bmw

BMW M4 GTS, la furie de 500 chevaux

La marque bavaroise a, depuis longtemps, pour tradition de produire des berlines homologuées pour la route et préparées pour la piste. Tout commence en 1988 avec la BMW M3 Evolution, puis apparaît la BMW M3 Sport Evolution en 1990 et la BMW M3 GT en 1995. Huit ans plus tard, la BMW M3 CSL fait son entrée, puis vient, en 2010, la BMW M3 GTS et enfin la BMW M3 CRT en 2011. Cette M4 GTS sera, en 2016, la dernière-née de cette suite logique.

+ de photos Bmw M4 GTS

Sous le capot de la M4 GTS…

La version GTS, reprend naturellement le moteur de la nouvelle M4. À ceci près que les motoristes lui ont offert un gain de 16% de puissance. La cavalerie passe ainsi à 500 pur-sang dès 6 250 tr/min. Le couple maximal a augmenté, quant à lui, de 10 pour cent pour atteindre 600 Newtons-mètres disponibles sur une plage de régimes très large, comprise entre 4 000 et 5 500 tr/min.

De l’eau dans le moteur de la M4 GTS !

Même si BMW reste discret sur les méthodes et astuces pour gagner autant de canassons, ce que l’on sait c’est que le moteur utilise une injection d’eau à l’admission. D’après les ingénieurs de la marque, ce système innovant permet de refroidir la température dans la chambre de combustion, tout en faisant grimper la puissance et le couple.

Les performances…

La BMW M4 GTS abat le zéro à 100 km/h en 3,8 secondes, sa vitesse maximale est de 305 km/h (bridée par l’électronique). Malgré cette puissance en nette hausse, le moteur impressionne par des valeurs de consommation exceptionnelles : la consommation de carburant en cycle mixte est de 8,3 litres et les rejets de CO2 en cycle mixte se montent à 194 grammes par kilomètre. Avec ces valeurs, la BMW M4 GTS se situe au niveau peu élevé de la BMW M4 Coupé et satisfait donc à la norme antipollution Euro 6.

Elle ne fait pas semblant !

Certes c’est une M4. Mais avec son énorme aileron arrière en carbone, le capot moteur en plastique renforcé à la fibre de carbone (en PRFC), les jantes en alliage chaussées en Michelin 19 et 20 pouces, les lames aérodynamiques à l’avant et les inserts orange, il est difficile de passer à côté.

Au régime !

Pour qu’une pistarde soit une pistarde, les ingénieurs doivent l’optimiser en allant à la chasse aux kilogrammes. Elle fera donc l’impasse sur bon nombre d’équipements et utilisera au maximum les matériaux légers comme le plastique et le carbone.

Optiques arrière à technologie OLED...

Les optiques arrière de la BMW M4 GTS font appel à BMW Organic Light, soit à la technologie des OLEDs – du jamais vu sur une automobile de série. Les OLEDs sont des diodes électroluminescentes organiques (Organic Light Emitting Diodes) qui produisent la lumière dans des couches semi-conductrices ultraminces en matières organiques. À la différence des LEDs, les OLEDs émettent une lumière non pas ponctuelle, mais surfacique et extrêmement homogène. La faible hauteur de 1,4 millimètre seulement et la possibilité de piloter séparément les différents modules lumineux donnent aux stylistes une nouvelle latitude pour créer un design lumineux BMW caractéristique et reconnaissable entre mille, que ce soit de jour ou de nuit.

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  BMW M4 GTS, la furie de 500 chevaux

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !