Bugatti

Bugatti Chiron : 0-400-0 km/h en 42 secondes

41,96 secondes pour une accélération de 0 à 400 km/h et un freinage jusqu’à l’arrêt complet du véhicule. Il s’agit du nouveau record du monde réalisé et mesuré officiellement pour cette manœuvre par un véhicule de série. Bugatti justifie de ce fait la position unique occupée par la Chiron en matière d’accélération et de freinage et confirme ainsi son rôle de leader dans le domaine des performances extrêmes.

+ de photos Bugatti Chiron

Un week-end d’août 2017. Le soleil brille, le temps est sec et il n’y a pas de vent. La Chiron se dirige vers sa position de départ. Au volant, le coureur automobile Juan Pablo Montoya. Devant lui, une longue ligne droite. À l’aide de la « Speed Key », la deuxième clé spécifique à Bugatti, il active le mode Top Speed qui lui permet de conduire la Chiron à plus de 380 km/h. Un signal sonore retentit. Du pied gauche, il enfonce la pédale de frein. Il enclenche la première vitesse. Puis, il active le système Launch Control. L’écran numérique à gauche du tachymètre confirme la saisie de la commande. La bête et ses 1 500 ch se réveillent. À vos marques ! La concentration est à son paroxysme, tant pour le pilote que pour l’équipe. Bugatti avait invité Juan Pablo Montoya à réaliser cette manœuvre des 0-400-0 km/h dans des conditions réelles afin de prouver le caractère unique de la Chiron également en matière d’accélération et de freinage. Curieux de découvrir Bugatti et la Chiron, ce dernier a accepté.

De son pied droit, il enfonce à fond l’accélérateur. Le moteur tourne à 2 800 tours par minute. Les puissants turbocompresseurs s’activent. Il n’y a aucun doute à avoir : la bête veut être libérée. Prêt ! Montoya retire son pied du frein. Partez ! Les quatre roues motrices de la Chiron mordent l’asphalte. Avec un couple maximal, le véhicule bondit vers l’avant. L’antipatinage garantit une excellente adhérence. Grâce au contrôle de traction et à l’ESC (Electronic Stability Control), la Chiron est catapultée vers l’avant comme sur des rails. Pleins gaz. Le chronomètre tourne. La voiture semble voler.

La Chiron doit son accélération incroyable, sa courbe de performances totalement linéaire ainsi que son couple incroyablement élevé, notamment dans la plage inférieure, à la suralimentation bi-étagée développée par Bugatti. Elle est l’une des caractéristiques techniques exceptionnelles de la transmission de la Chiron. Pour atteindre des valeurs d’accélération maximales au démarrage sans subir d’« inertie du turbo », la Chiron démarre tout d’abord avec seulement deux turbocompresseurs. Ce n’est qu’une fois les 3 800 tours atteints que les deux autres turbocompresseurs sont activés.

Les pneumatiques à hautes performances, développés à nouveau par Bugatti et son partenaire stratégique Michelin, doivent maintenant résister à des sollicitations extrêmes. À une vitesse de 400 km/h, un gramme de caoutchouc se transforme en 3 600 grammes en raison des forces centrifuges. Et une valve de pneu qui, lorsque le véhicule est à l’arrêt, ne pèse que 18,3 grammes devient alors, avec ses 45 kilogrammes un véritable « poids lourd ».

À peine 32,6 secondes et 2 621 mètres plus tard, la Chiron atteint le seuil des 400 km/h. Extrêmement réactif, Juan Pablo Montoya enfonce la pédale de frein. Seulement 0,8 seconde après l’actionnement des freins, l’aileron arrière de 1,48 mètre de large se déploie à un angle de 49 degrés en mode « Air Brake » et constitue ainsi un aérofrein particulièrement efficace pour mener la Chiron à l’arrêt. En mode « Top Speed », l’aérofrein produit un appui aérodynamique d’environ 900 kg au niveau de l’essieu arrière à 400 km/h. Cela correspond peu ou prou au poids à vide d’une Golf II. Au moment du freinage total à 400 km/h sur une Chiron, le véhicule et le conducteur subissent des forces d’environ 2 g, ce qui correspond à peu près aux forces exercées lors du décollage d’une navette spatiale.

Grâce aux disques de frein spéciaux en carbone-céramique (de 420 mm à l’avant et 400 mm à l’arrière) et aux étriers de frein développés spécialement pour Bugatti et équipés chacun respectivement de huit pistons en titane sur l’essieu avant et de six sur l’essieu arrière, les freins de la Chiron offrent des performances exceptionnelles. Après seulement 9,3 secondes et 491 mètres, la Chiron s’immobilise.

L’appareil de mesure GPS VBox 3i des experts de la société internationale d’inspection et de certification indépendante SGS/TÜV Saar affiche 41,96 secondes. Lors de ce laps de temps, la Chiron a parcouru une distance de 3 112 mètres. La Chiron est de ce fait bien plus rapide que son prédécesseur, la Bugatti Veyron 16.4 qui, en son temps, fit fureur avec ses performances de conduite et révolutionna le monde de l’automobile.

Par conséquent, il est désormais clair qu’avec cet exploit, la Chiron place la barre particulièrement haut. Wolfgang Dürheimer, Président de Bugatti Automobiles S.A.S., affirme : « Bugatti est la première marque automobile qui ne se contente pas uniquement de calculer par ordinateur en combien de temps un véhicule peut réaliser ce 0-400-0. Nous avons réellement effectué cette manœuvre. Là où les autres s’en tiennent à la théorie, nous, chez Bugatti, allons plus loin et apportons des valeurs réelles pour étayer notre théorie. »

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Bugatti Chiron : 0-400-0 km/h en 42 secondes

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter