Audi

Essai Audi A3 TDI Cabriolet : l

Je me souviens de la premi?®re g?©n?©ration d‚ÄôA3. Elle faisait tourner bien des t?™tes et cela, peu importait l‚Äô?¢ge et le sexe du badaud. C‚Äôest gr?¢ce ?† elle qu‚ÄôAudi peut s‚Äôenorgueillir d‚Äôavoir cr?©?© le segment des berlines compactes premium, il y a maintenant une vingtaine d‚Äôann?©es. Aujourd‚Äôhui, l‚ÄôA3 compte m?™me plus d‚Äôun million d‚Äôunit?©s vendues ?† travers le monde.

+ de photos Audi A3 Cabriolet 2016

En sachant cela, il est facile de comprendre l’importance que revêt ce nouvel opus d’A3 pour le constructeur d’Ingolstadt. En cette fin d’année, la firme se lance dans un lifting pour la rendre plus moderne. Mais pas question de perturber les clients. Sur le plan du style, cette nouvelle génération d’A3 se contente d’affiner ses traits. Par contre, elle propose une véritable rupture technologique. En effet, la compacte pioche allégrement dans l’armoire informatique de sa grande sœur Q7, pour se transformer en une voiture semi-autonome.

Un écrin pas vraiment commun…

Une telle automobile ne pouvant se borner à un cadre parisien pour en faire l’essai, la firme nous a concocté un voyage au bout de l’Europe. Plus exactement dans une île qui se situe à plus de 660 km des côtes marocaines. Cet endroit, fouetté par les embruns de l’océan atlantique et jouissant de températures clémentes, est plus connu par les Lisboètes comme l’île aux bois, j’ai nommé la belle Madère.

Le rendez-vous nous a été donné, avec Étienne, un beau mardi matin à l’aéroport Charles de Gaulle. Un vol de la compagnie Transavia nous conduira en presque 5 heures jusqu’à Funchal, le chef-lieu de l’île.

En sortant de l’aérogare, une pléthore de nouvelles Audi A3 nous attend. Le choix s’avère difficile, mais alors qu’Étienne jette son dévolu sur une A3 berline TDI 150 S Line revêtue d’une peinture gris-pastel, je n’ai d’yeux que pour la belle A3 cabriolet S Line toute de rouge parée.

La décision est prise : sur les deux jours d’essais, chacun aura la sienne.

Ma belle rouge !

Peinture rouge, jantes de 18 pouces, capote noire et look sport du pack S Line, mon cabrio en jette ! Même avec mon œil que j’autoproclame averti, il n’est vraiment pas simple de faire la différence entre l’ancienne et la nouvelle génération. Il faudra se pencher sérieusement sur les optiques plus effilées en forme de « L » et sur la calandre plus large et aux contours plus marqués, pour deviner le changement de génération. Et c’est plutôt une bonne chose, car l’A3 plaît, il ne faut surtout pas brusquer ses adeptes !

intérieur nouvelle AUDI A3 TDI Cabriolet

Je monte à bord. Pas de bouleversements par ici non plus, si ce n’est des ajustements stylistiques opérés sur les 4 finitions disponibles. Mais ça sent bon le cuir de qualité, les plastiques de bonne facture et bien arrangés. Pas grand-chose à redire, elle reste une référence pour la gamme. C’est en mettant le contact que je suis surpris. Deux fois ! 


La première fois en constatant la disparition des cadrans derrière le volant. Le système « Audi Virtual Cockpit » les remplace. Sous ce nom un brin ostentatoire issu des gens du marketing, se cache en fait un écran couleur de 12,3 pouces entièrement numérique. Il permet de configurer son instrumentation de bord à sa convenance via un bouton sur le volant. Le pilote a le choix entre les informations concernant la voiture, le voyage, ou la sono… et il peut même récupérer la navigation GPS en 3D. 

Audi Virtual Cockpit, écran de bord digital configurable

La seconde fois par le son du moteur. Le claquement caractéristique du mazout a du mal à se faire discret. En regardant la fiche technique du cabriolet, je ne tarde pas à comprendre. Le célèbre sigle TDI est bien là. Il s’agit même du 2 litres TDI de 150 chevaux. Une œuvre du diable pour les puristes, alors que pour les autres il pourrait bien constituer une sorte de compromis idéal entre plaisir de rouler la tête dans les nuages et consommations de moineau.

Sur les routes de Madère

Dès les premiers tours de roue, les 340 Nm de couple, présents à très bas régime moteur, me mettent en confiance. Disponibles à tout moment, il suffit de chatouiller la pédale de droite pour gagner la dizaine de km/h, simplifiant grandement tout dépassement. En jouant avec la boîte de vitesses et en le poussant vers la zone rouge, on lui découvre un petit grain de folie. Cependant, les claquements du diesel, sous haute charge, finissent par avoir raison de moi et m’obligent à descendre la cadence.

la Nouvelle AUDI A3 sur les sites de madère

Et c’est à allure modérée que le plaisir de conduite s’exprime le mieux. Car malgré son look dynamique, il ne faut pas la considérer comme une sportive. Son comportement reste « propre ». Trop propre même ! Aucun dérapage du train arrière n’est possible, même en y mettant du sien. C’est l’avant qui lâche le premier la trajectoire et un simple lever de pied le remet en position d’attaque.

Définitivement, il faut se laisser porter par l’esprit du cabriolet, qui ne demande que de rouler sur un filet de gaz pour nous permettre de profiter au maximum des paysages lunaires et des effluves odorants des eucalyptus qui recouvrent une grande partie de l’île portugaise.

Un bottin d’aides à la conduite…

Comme je le soulignais plus haut, cette génération d’A3 gagne ses galons de nouveautés surtout pour sa technologie embarquée. La liste est longue…, très longue. À croire qu’Audi se lance dans la réalisation d’un bottin. Je vais donc nous éviter une fastidieuse énumération pour me concentrer sur ce qui fait la différence avec ses concurrentes.

Certes, il y a le régulateur de vitesse adaptatif que tout le monde commence à connaître, mais il est ici couplé à une fonction automatique en embouteillage. Opérationnel jusqu’à 65 km/h, il permet de se désintéresser complètement du bouchon, pour lire son magazine, de préférence un bon La Revue Automobile. En effet, dans les bouchons et sur autoroute, la voiture freine, accélère et va même jusqu’à tourner le volant toute seule, pour peu que vous posiez de temps en temps les mains sur le volant, une exigence de la législation, qui interdit donc légalement la conduite autonome.

De façon imperceptible, cette A3 adapte sa vitesse à la route grâce à l’assistance prédictive à la conduite qui mêle les informations du GPS, du régulateur de vitesse adaptatif et des caméras de reconnaissance des panneaux… C’est comme cela que je la vois ralentir d’une dizaine de km/h à chaque gros virage. Déconcertant au départ, mais addictif sur autoroute après la prise en main.

Louverture de la capote en toile peut se faire jusqu'a 50km/h sur la nouvelle Audi A3 TDI cabriolet

La douloureuse…

Audi propose son cabriolet à un tarif de 31 400 €. Mais à ce prix, vous n’aurez droit qu’à un petit 1.4 TSI de 115 chevaux à la finition de base et à l’équipement carrément chiche. Ma compagne du moment, avec son 2,0 TDI 150 et sa finition S Line fait allégrement grimper l’équipement de série et l’addition, avec un prix de 42 550 €.

Quand on aime, on ne…

Sous cette nouvelle enveloppe bien étudiée se cache un cabriolet indéniablement réussi ! Sans révolutionner le genre, l’A3 cabriolet combine intelligemment passion et raison. Si le TDI choque nos tympans au démarrage, il remplit parfaitement sa fonction par la suite en incitant le conducteur à une conduite tranquille. Sa consommation moyenne d’à peine 6 litres comblera d’aise le portefeuille du conducteur.
Note : 3,5/5

Bien vu :
- Les aides à la conduite.
- Habitacle joli et bien fini.
- Avec ou sans toit, c’est un plaisir de la conduire.

À revoir :
- Jolie, mais trop proche de l’ancienne génération.
- Comportement trop « propre ».
- Tarifs élitistes.

Photos : Etienne Rovillé

La nouvelle AUDI A3 cabriolet sur les routes de Madère

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Audi A3 TDI Cabriolet : l

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter