Audi

Essai Audi Q5 : voyage en terre bien connue !

Un SUV c’est avant tout un véhicule capable de remplir plusieurs fonctions. L’Audi Q5, qui a été leader des ventes de ce segment en France pendant presque 8 ans, le sait bien. Il se doit d’être logeable, fonctionnel, performant sur route et assez robuste pour sortir des sentiers battus. Un exercice technique auquel les ingénieurs d’Ingolstadt se sont évertués à répondre une nouvelle fois, avec ce deuxième opus de Q5.

C’est dans un décor hors du temps et de l’espace, plus exactement dans un univers minéral vallonné – que certains qualifient de lunaire – uniquement animé par le passage occasionnel d’un troupeau de chèvres… que les gens d’Audi nous accueillirent. En effet, ils nous avaient donné rendez-vous au Maroc pour faire le premier essai du nouvel Audi Q5 version 2017.

+ de photos Audi Q5 TDI 190 2017

Le même Audi Q5 en mieux !

Une flotte de nouveaux Audi Q5 est bien là, sur le parking de l’aéroport de Marrakech, en train de nous attendre. Avec Étienne, nous nous jetons sur celui d’entre eux qui est revêtu d’une belle robe blanche immaculée lui conférant une certaine légèreté.

Les modifications esthétiques sont plus profondes qu’il n’y paraît au premier abord. La face avant complète est redessinée et bénéficie d’une nouvelle calandre plus large et moins haute à « effet 3D ». Ce qui lui assure une prestance inédite et bien plus sportive. À l’arrière, les feux sont également revus et la signature lumineuse dynamique fait maintenant partie de l’équipement de série. La porte du hayon, bien que nouvelle et automatique, singe comme deux gouttes d’eau l’ancienne génération. Le profil conserve son style, mais accentue sa pliure de caisse tout en renforçant l’effet creusé de ses portières. Ce nouveau Q5 parvient à affiner son design, alors qu’il incarne un engin pourtant particulièrement massif, avec ses 4,66 m de long, 1,89 m de large et 1,65 m de haut. Vous pouvez même y voir, de trois quarts, un petit côté Q7.

Heureusement, ces dimensions en légère hausse se répercutent également au niveau de l’habitabilité. Les occupants récupèrent, ici et là, quelques millimètres pour leurs jambes et leurs épaules. Cependant, attention, le toit ouvrant et panoramique rogne un peu sur la garde au toit des passagers arrière. Toutefois, seuls les plus grands, comme Étienne et son mètre quatre-vingt-seize, le remarqueront… Et les valises ? Elles seront très convenablement reçues par une soute à bagages de 550 litres qui est commodément modulable à 610 litres en coulissant au maximum la banquette. Si cette même banquette est rabattue, le volume grimpe alors à 1 550 litres.

En dépit de ses mensurations en légère hausse, la plateforme MLQ – qui utilise en masse l’acier à haute résistance et de l’aluminium – lui fait perdre du poids. Audi annonce jusqu’à 90 kg de gagnés, selon les versions. Notre modèle équipé du 2.0 TDI 190 quattro S tronic 7 revendique une perte de 45 kg. Ainsi paré notre Q5 réalise un 0 à 100 km/h en 7,9 secondes et est apparemment capable, sur l’Autobahn, de parvenir à la vitesse de 218 km/h. Des performances qui ne seront jamais atteintes sur les routes et chemins de notre essai marocain.

Essai du nouvel Audi Q5 TDI 190 quattro

Imperturbable sur… la route !

Fidèle à la réputation des « quattro » d’Audi, le Q5 propose une transmission intégrale très aboutie et de dernière génération. Notre modèle reçoit la dernière version « quattro ultra ». Elle a la particularité d’être un système « prédictif ». Kézako ? Ce quattro utilise les différents capteurs – ABS, ESP, cartographie GPS, tension du volant et du pédalier – pour anticiper les besoins du véhicule. Ainsi, il déclenche, seulement si nécessaire, le train arrière. Cela évite, de fait, une surconsommation de carburant. Et dans les faits ce nouveau Q5 se montre à son aise sur route. Assez précis et dénué de mouvements de caisse parasites, il enfile les virages sereinement et affiche une belle stabilité en toutes circonstances. Remettez les gaz en milieu de courbe et le train arrière offre une poussée qui permet de replacer la machine sur de bons rails et éviter le sous-virage. Son confort est également l’un de ses points forts, avec la suspension pneumatique – en option – qui filtre magistralement les irrégularités et maintient un contrôle parfait de la caisse. Si l’insonorisation face aux bruits de vent est décente, le moteur se fait entendre en charge et à hauts régimes…

En revanche, tout Audi Q5 quattro qu’il est, ce nouveau venu n’est pas tout à fait à la hauteur de nos espérances en matière de franchissement. Certes, avec le fameux « Drive Select », vous pouvez modifier les performances de la transmission intégrale et la hauteur de caisse pour patauger dans quelques centimètres d’eau ou passer par dessus quelques cailloux, mais ses angles d’attaque relativement modestes ne font pas de lui un rival digne d’un Land Rover ou d’une Jeep, par exemple. Cependant, il se révèle globalement assez performant pour faire du tout chemin, ce qui est déjà très brillant pour un SUV de cette classe.

Décidément, ce qu’il préfère c’est bel et bien un tarmac lisse. D’autant qu’il est équipé, tout comme les derniers modèles de la gamme Audi, de l’armada technologique qui en fait un véhicule semi-autonome. En plus du régulateur de vitesse adaptatif avec assistance de conduite dans les embouteillages et de l’avertissement de changement de voie, vous pouvez maintenant opter pour le freinage automatique d’urgence avec détection de piétons, un système de reconnaissance des panneaux de signalisation et une aide au stationnement. Tout ce qu’il faut pour enrouler les kilomètres et se laisser bercer par les kilomètres défilant sans effort.

Audi Q5 et son système QUATTRO

Parlons gros sous !

À la pompe, un lourd et long SUV à transmission intégrale ne peut évidemment pas faire des miracles. Mais emmené gentiment, il est parfaitement possible de se contenter de moins de 9 litres aux 100 km. Ce qui, au final, est plutôt une bonne affaire. En conduite plus pressée ou sur terrain difficile, le moteur est évidemment plus sollicité et vous le fait payer avec un peu plus de 11 litres.

Audi propose son nouveau Q5 à un prix de base de 40 750 €. Mais il faudra alors se contenter des seules roues avant motrices, de la boîte manuelle et du TDI 150. Quatre finitions, en plus de celle de base, sont proposées : Design, S Line, Design Luxe et Avus, à des prix grimpant jusqu’à 63 900 € pour le TFSI 252 chevaux essence Avus. Hélas, Audi ne semble pas avoir besoin de changer sa politique d’équipements, en présentant un nombre important d’options à un tarif généralement dissuasif… Mais quand on aime…

Audi Q5 TDI 190 quattro, les performances en tout terrain
Toujours à la place de numéro 1 ?

Avec ce nouveau Q5, Audi réaffirme sa position de leader dans ce segment encombré de modèles prestigieux. Même les nouveaux venus – comme les nouveaux Mercedes GLC, Jaguar F-Pace, Discovery Sport, Porsche Macan, Alfa Romeo Stelvio et le futur DS 7 Crossback – auront du mal à lui chiper sa place de numéro 1. En même temps, il offre tout ce que les clients de cette gamme attendent. C’est-à-dire : le prestige du logo, la finition impeccable, une vie à bord connectée, des technologies de pointe, une ligne classique mais statutaire et un comportement routier de bonne facture.

Ses prestations hors des sentiers battus sont certes restreintes, bien qu’en large progression, mais les clients de ce genre de véhicule se contenteront d’une grimpette de trottoir ou d’un chemin de campagne. Ce qu’il fera avec maestria !
Note : 14/20

Bien vu :
- Prestations dynamiques sur route
- Une habitabilité très convenable pour tous
- Les suspensions pneumatiques offrant confort et performance

A revoir :
- La monotonie du design
- Les options et finitions couteuses
- Le offroad en progression mais loin d’un Land Rover

Voici le comparatif technique entre ce nouvel Audi Q5 TDI 190 quattro S-tronic et le Land Rover Dicovery Sport TD4 180 AWD BVA :

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Audi Q5 : voyage en terre bien connue !

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter