Subaru

Essai du Subaru BRZ

Nous avons pris, pour quelques jours, les cl?©s du seul Subaru BRZ finition Club disponible en France. Ainsi, nous avons eu le temps de faire un essai routier qui s‚Äôest av?©r?© tr?®s int?©ressant. Cette voiture m?©rite r?©ellement l‚Äôint?©r?™t d‚Äôun plus large public, ?† l‚Äôinstar des avertis qui connaissent d?©j?† ses qualit?©s. Le BRZ a ?©t?© pr?©sent?© pour la premi?®re fois lors du Salon de Tokyo en 2011, d?©j?† 3 ans, mais ses qualit?©s n‚Äôont pourtant pas pris une ride. Nous faisons ici le point sur la seule propulsion propos?©e au catalogue de Subaru.

+ de photos Subaru BRZ Club 2015

Design du BRZ, le coupé sport japonais "type"

Ce titre ne se veut pas réducteur : le Subaru BRZ est un coupé sport comme on l’imagine au pays du Soleil Levant. Le design du BRZ se traduit par des lignes compactes, comme le confirment sa longueur de 4,24m et sa largeur de 1,78m.  Le capot moteur étire néanmoins joliment l’ensemble vers le logo Subaru, qui est mis en avant par un bosselage. Les projecteurs HDI avec correcteur d’assiette automatique donnent un caractère bien trempé à son regard. La ligne latérale marque l’équilibre général du véhicule, et l'on remarque immédiatement la faible hauteur de l'automobile. En effet, le BRZ a une hauteur de 1,285m hors antenne (soit  par exemple équivalent à une 911 Carrera S), ce qui affirme le caractère sportif de ce coupé. L’arrière est marqué par une double sortie d’échappement et par un court béquet. Même si l’allure générale du BRZ suggère un petit côté « frime », l’esthétisme reste simple, épuré et efficace pour un coupé sport. Car, il ne faut pas oublier son véritable caractère de voiture sportive. En effet, même si tous les éléments distinctifs sont des apports pour l’esthétisme, le but premier est d’asseoir la caisse et d’offrir l’un des meilleurs coefficient de trainée  (0,27) du marché. Globalement, le design du BRZ est réussi et se différencie nettement de la concurrence, si l'on écarte bien entendu sa cousine la Toyota GT86. L'on ne passe pas innaperçu au volant d'un BRZ, sans compter que rouler en Subaru est aussi une marque distinctive.

Intérieur sobre et élégant

L'un des points marquant du BRZ est la qualité des matériaux utilisés. La finition Club, qui est la seule proposée en France, est dotée de finitions cuir. On apprécie les sur-piqûres rouges sur le cuir foncé autour du volant, sur les sièges, sur le pommeau de vitesses ou encore sur le frein à main. Mais, le vrai point fort du BRZ sont ses sièges qui enveloppent parfaitement et qui apportent ainsi un réel confort, réussissant parfois à faire oublier la dureté des suspensions à faible vitesse. En revanche, chez Subaru, on n'apprécie pas vraiment le superflu, à l'image des compteurs de vitesse qui auraient mérités d'être mieux travaillés, même s'ils sont parfaitement visibles. D'ailleurs, le plus visible d'entre eux est le compte-tour qui ose afficher les 9 000 tr/min, avec en son centre un compteur numérique de vitesse, bien pratique. 
A noter qu'il est dommage d'avoir installé un simple radio CD, sans bluetooth... Sans faire de chichis, le bluetooth est quand même bien utile aujourd'hui. En revanche, l'on remarque l'effort  fait quant au choix des boutons de la climatisation bi-zone : les boutons poussoirs type aviation apportent un bel effet.

Au volant sur route ouverte... malheureusement

Prendre place derrière le volant donne déjà envie d'allumer le contact du BRZ, prévu sans clef.  Le volant sport offre une bonne prise en main. Allez,C'est parti !  l'on entend immédiatement le moteur de 2.0 Litres atmosphériques de 200ch (7000tr/min), dont la sonorité, sans en faire de trop, occupe quand même bien l'espace. D’emblée, l'on note la précision de la boîte de vitesses dont les rapports passent parfaitement. Les premiers contacts avec une propulsion Subaru sont un peu déconcertants tant le constructeur nippon nous a habitués aux tractions intégrales. Le compte-tour affiche rapidement 3000-4000 tr/min, et c’est d’ailleurs là que le plaisir commence. Le BRZ avale le 0 à 100 km en 7,6 secondes pour la boîte manuelle 6 vitesses  (comme lors de notre essai) contre 8,2 secondes pour la boîte auto.  Sa vitesse de pointe est de 226 km/h en 6ème et de 210 km/h en 5ème. Même en respectant les limitations de vitesse le plaisir est là !
Le centre de gravité très bas permet de ressentir rapidement la réactivité du BRZ et d’aborder les virages sereinement, sans prise de roulis. L'on n’oublie pas que le BRZ est une propulsion, il faut donc les aborder avec une bonne trajectoire d’entrée et de sortie afin de profiter au mieux du coupé sport, sans faire chasser l’arrière de la caisse. Il est nécessaire également d'adapter sa vitesse en fonction de la qualité du sol (mouillé ou sale), et de prendre un peu plus de précaution même si dans l’ensemble le BRZ sait se montrer rassurant. A noter, une monte de pneu en 17 pouces, ce qui est assez étonnant. Cela explique sa très bonne maniabilité à faible vitesse et dans les courbes ; cependant une monte en 18" aurait peut-être été plus adéquate. D’ailleurs, l'on sent parfaitement les effets de caisse arrière, ce qui laisse entrevoir de belles possibilité sur circuit. Le BRZ semble être aussi une excellente automobile pour commencer à apprendre le pilotage. Il faudrait que notre pilote Laurent Laskowski, qui court en rallye, me le confirme lorsque l’on fera l’essai du BRZ sur circuit ! 
Pour autant, les 200 ch suffisent largement pour une conduite de tous les jours. Il ne faut pas oublier que le BRZ ne pèse que 1239 kg, grâce en partie à un capot moteur en aluminium. Il est vrai qu’il faut aller chercher le couple au-dessus de 4000 tr/min, mais c’est le genre d’automobile qui, plutôt que d'être utilisée en 5ème, donne le meilleur dans les tours. D’ailleurs, la 6ème permet, sur des trajets plus longs, d’atteindre une consommation correcte de 8,5 l/100 km (constat suite à un essai de 400km). En terme de freinage, le BRZ s’en sort une nouvelle fois parfaitement. Sans pouvoir effectuer le fameux "talon-pointe" (la pédale d’accélérateur est trop courte à mon goût), le freinage se dose aisément.  

Dernier tour de piste

En conclusion, le BRZ est une automobile à part, où le plaisir de conduire prend le pas sur le confort ou l’habitabilité. Le BRZ s’affiche au tarif de 31 000 € pour la finition Club, pour un malus de 3600 € pour les 181 g/km de Co2 (seulement 161 g/km pour la boîte auto et 2 200€ de malus).  Une automobile qui mérite le détour. En France, le BRZ n'a pas encore vu ses ventes décoller, contrairement au GT86 qui est mieux distribué via un plus large réseau. Pourtant, Subaru possède une image plus en adéquation avec le style du BRZ.

Credit photographique: Gilles Vitry, La Revue Automobile

Note : 16,5 / 20

Bien vu :
- Légère
- Sonorité du moteur à partir de 5000 tr/min
- Plaisir de conduire, maniabilité, pilotage
- Consommation raisonnable 

A revoir :
- Poste radio/CD des années 90
- Pas de fonction Bluetooth pour les téléphones (mais prise USB disponible pour le recharger)
- Pas de radar de recul

Virgile Partouche

Votre avis nous intéresse sur :  Essai du Subaru BRZ

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter