Mitsubishi

Essai Mitsubishi ASX : « Suivez la route sans revêtement. »

Cette instruction donnée – parfois – par nos GPS, prête à sourire et nous sommes souvent plus enclins à faire demi-tour qu’à écouter cette voix dématérialisée. Dans la foulée, nous farfouillons dans les paramètres de notre système de navigation afin de lui demander de ne jamais recommencer cette petite blague. Du moins, nous le faisons avec la grande majorité de nos véhicules… sauf en Mitsubishi ASX.

+ de photos Mitsubishi Asx 4wd

En s’attaquant au très concurrentiel segment des Crossover Compact, l’ASX ne choisit pas la facilité. Esthétiquement, critère majeur de choix sur le segment, la Japonaise la joue plutôt sobre, malgré son immense calandre trapézoïdale Jet-Fighter et son regard acéré. L’ensemble s’habille d’un beau rouge Orient et se pose sur des jantes en alliage de 18".

design de la Mitsubishi ASX 2016

L’intérieur est très dépouillé, pour ne pas dire triste. La planche de bord est simple et sans attrait particulier, les fonctions principales étant accessibles directement, ce qui devient un luxe de nos jours. Nous trouvons un écran tactile pour les fonctions telles que le téléphone et le système audio. L’ergonomie de l’ensemble se révèle peu pratique et demande un temps d’adaptation non négligeable.

L’habitacle est égayé par un beau toit panoramique, très agréable, qui illumine les sièges en tissus. Ces derniers proposent un confort moelleux appréciable, même à l’arrière. Les occupants de ces places-ci, d’ailleurs, bénéficient de plus d’un bel espace tant pour la tête que pour les jambes. Pour finir sur le sujet, le volume du coffre s’établit à 442 litres, dans la moyenne haute de la catégorie.

Habitacle du Mitsubishi ASX

La Mitsubishi ASX sur la route :

Notre modèle d’essai est équipé du moteur 2,2 DI-D de 150 ch allié à la boîte automatique à 6 rapports. L’ensemble est plutôt homogène et les performances honnêtes. Le 0 à 100 km/h en 10,8 secondes n’est certes pas extraordinaire, mais à l’usage le couple généreux de 360 Nm permet des reprises efficaces. La boîte automatique peine parfois à rétrograder lorsqu’on a besoin de la puissance, mais dans l’ensemble elle fait ce que nous lui demandons. Le défaut majeur de ce moteur reste sa sonorité peu agréable et trop présente dans l’habitacle, d’autant plus lors des phases d’accélération. Un travail sur l’insonorisation serait vraiment le bienvenu.

Sur la route, l’ASX présente un confort de suspension très correct, quelle que soit la qualité du bitume. Par contre, elle a une propension au sous-virage très marquée et plonge sur l’avant en courbe. Du moins, c’est le cas en mode 2 roues motrices. Nous sentons bien que ce mode, suffisant la majeure partie du temps, est là principalement pour faire des économies de carburant, mais la tenue de route en pâtit. En revanche, lorsque vous sélectionnez le mode 4 roues motrices, la tenue de route devient nettement plus saine et le sous-virage désormais peu marqué. Le revers de la médaille est une hausse de la consommation non négligeable, dépassant les 9 litres de moyenne.

Essai Mitsubishi ASX sur piste sèche, en 4x4

Hors des sentiers battus

C’est sur ce type de terrain que la Mitsubishi ASX se montre la plus à l’aise, d’autant plus avec notre version à 4 roues motrices. Avec sa garde au sol élevée et son couple important, elle se débrouille très bien sur les chemins de terre même un peu cassants. Évidemment, elle n’offre pas les capacités de franchissement du très bon L200, mais elle peut nous emmener sur des terrains un peu inégaux ou à faible adhérence. Dans ce dernier cas, il suffit de passer en mode 4WD LOCK et l’ASX nous sort de situations mal embarquées sans difficulté. De plus, sur ce type de terrain accidenté, elle préserve un très bon confort pour ses occupants.

La Mitsubishi ASX se trouve sur un segment très concurrentiel et malheureusement pour elle, de nombreux concurrents font mieux, notamment sur la présentation intérieure. Jouent en sa faveur un bon confort et des capacités hors des sentiers battus intéressantes. Un autre bon point est son prix attractif de 31 500 € pour cette version Intense 2,2 DI-D équipée de la boîte automatique et des 4 roues motrices.

Note : 13/20

Bien vu :
- Confort
- Comportement en 4 roues motrices
- Prix correct

À revoir :
- Système d’infodivertissement
- Insonorisation
- Matériaux intérieurs

Etienne Roville

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Mitsubishi ASX : « Suivez la route sans revêtement. »

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter