Nissan

Essai Nissan Juke Nismo RS au col de Turini

Qui a dit que les crossovers urbains ne pouvaient pas gagner en muscle ? Certainement pas Nissan qui, apr?®s une premi?®re d?©clinaison Nismo, s‚Äôest d?©cid?© ?† aller encore plus loin. Et puisqu‚Äôen France nous avons la chance de b?©n?©ficier de routes merveilleuses, impossible de passer ?† c?¥t?© d‚Äôun essai grandeur nature, dans tous les sens du terme. Nous voil?† partis pour une journ?©e pas comme les autres‚Ķ

+ de photos Nissan Juke Nismo Rs 2015

Quel dur métier que celui de journaliste automobile dans lequel on vous demande de vous exiler à Monaco le temps de tester les Juke Nismo RS et 370Z Nismo millésime 2015. Comme si cela ne suffisait pas, l’essai se termine par l’ascension du col du Turini

Juke_Nismo_RS_backNismo_RS_logo

Une gueule avant tout ...

La Juke, on l’adore ou la déteste. Visiblement, beaucoup l’aiment si l’on en croit les excellents chiffres de vente du crossover Nissan. Mais à quoi sert la version Nismo RS et à qui est-elle destinée ? À celles et ceux qui apprécient le Juke, qui en ont même peut-être déjà un exemplaire dans leur garage, mais qui souhaitent aller plus loin dans l’exclusivité et la performance. Ce fut concrètement le cas de la première cliente qui en fit l’acquisition et qui craqua sur son look. Bouclier, extensions d’ailes, spoiler, la panoplie du parfait tout-terrain nerveux est de sortie. Il est vrai qu’il y avait déjà la Nismo – que la RS remplace – pour cela, mais étant donné que le surcoût n’est que de 500 euros, pourquoi se priver ? D’autant que comme je le détaillerai dans les paragraphes suivants, cette faible rallonge s’accompagne d’une hausse d’équipements non négligeable. 

À l’intérieur, les superbes baquets Recaro captent le regard. Mais ils ne sont pas que beaux à regarder puisqu’ils ont également l’avantage de combiner confort et maintien latéral. Véritable nouveauté de la version RS, ils sont certes en option, mais ils ont le mérite d’être facturés au prix « décent » de 1 500 €. Tous les constructeurs n’en font pas autant ! Le reste de l’habitacle est moins flatteur, mais à 27 450 € en prix de départ, on ne peut pas crier au scandale.

Juke nismo RS recaroJuke Nismo RS compteur

Plus de puissance ...

Sous le capot du Juke, pas de bouleversement en vue. On retrouve le 1.6 litre DIG-T aux multiples facettes, qui motorisait la précédente Nismo de 200 chevaux. En récupérant le badge RS, le moteur gagne 18 chevaux et 30 Nm. Creux sous 2 000 tr/min, il dispose d’un véritable effet turbo à l’ancienne à pleine charge aux alentours de 3 500 tr/min. Le coup de pied au derrière est réel et plaira à la clientèle visée. Avec un 0 à 100 km/h abattu en 7 secondes, vous ne devriez plus vous faire griller la politesse aux feux rouges, mais pas que… 

Autobloquant et gros freins ...

Il devient de moins en moins courant de voir un autobloquant mécanique et c’est même sans doute une première dans la catégorie des crossovers. Indispensable pour gagner en motricité sur une traction, ce choix se justifie pleinement, bien que certains constructeurs fassent l’impasse dessus. C’est d’autant plus remarquable que la Juke Nismo RS n’est pas vendue comme une véritable sportive, mais plus comme une Juke performante. Sur le – très – sinueux, les limites de la voiture sont franchement atteintes rapidement. Ce n’est pas son terrain de jeux, mais ne boudons pas notre plaisir d’avoir pu nous éclater sur cette mythique route qui, accessoirement, sert de piste au Rallye Monte-Carlo. Bien que peu à l’aise sur épingles serrées du fait d’un train avant manquant de mordant, la Juke n’en demeure pas moins sécurisante à conduire. Le comportement routier est sain, pour peu que l’on tolère le sous-virage.  

Le confort a été privilégié à l’efficacité pure, en dépit d’un travail effectué sur les ressorts, si bien que certains de nos confrères ont trouvé la RS presque trop ferme. Pas nous et, dans le même temps, il était hors de question de vendre une Juke inconfortable tant cela aurait été incompatible avec la philosophie du produit. Je terminerai sur une bonne note, le freinage. Aucune crainte à avoir dans ce domaine grâce à une endurance infaillible, et pourtant Dieu sait que les gros freins ont été sollicités. 

Nissan Juke Nismo franchissement

Du franchissement ? Même pas peur !

Quitte à essayer un crossover en montagne, autant aller au bout du concept, n’est-ce pas ? Et il faut bien admettre que le petit japonais se défend très bien sur ce registre, même avec seulement deux roues motrices. Il s’est volontiers plié aux quelques acrobaties demandées sans jamais nous mettre en défaut. Pas si urbain que ça et pas non plus cantonné au franchissement des trottoirs, le Juke

Et quatre roues motrices en option ...

L’offre est décidément hyper complète. Traction avec autobloquant ou quatre roues motrices, faites votre choix ! Seul regret, bien que nous ne l’ayons pas essayée, la All Mode 4x4 ne peut recevoir que la boîte automatique Xtronic à variateur à huit rapports avec palettes au volant. C’est d’autant plus dommage que la boîte manuelle est excellente. La Xtronic limite la puissance à 214 chevaux et le couple à 250 Nm, pour un prix de vente débutant à 30 750 €. Ce n’est pas donné, mais la doublette boite auto/transmission intégrale a toujours un prix… 

Conclusion

Il ne faut jamais écrire à chaud. D’un côté, le manque de sportivité pure dénote avec un véhicule badgé Nismo et, de l’autre, il a suffisamment d’autres atouts dans sa manche pour que l’on repense différemment à l’essai en se focalisant sur ce que recherchent les acheteurs : une voiture polyvalente, performante, mais utilisable au quotidien. En somme, quelque chose d’un peu sportif, mais pas radical. Voilà une définition qui correspond bien à notre Juke… 

Photos : Étienne Rovillé pour la Revue Automobile

Note : 14/20

Prix : 27 450 €

BIEN VU
- Design affirmé
- Sièges baquets Recaro (bien qu’en option)
- RS seulement 500 € plus chère que la Nismo
- Comportement sécurisant
- Freinage endurant
- 4 roues motrices en option
- Capacités de franchissement même en traction

À REVOIR
- Boîte CVT imposée sur la transmission intégrale
- Amortissement peu convaincant
- Pas réellement sportif

Le Mini Countryman John Cooper Works est bien le seul concurrent de la Japonaise. L'occasion pour nous d'en faire un comparatif technique avec le Juke Nismo RS All Mode :

Maxime Joly

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Nissan Juke Nismo RS au col de Turini

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter