Peugeot

Essai Peugeot 208 GTI by Peugeot Sport : l’héritière

Les GTI, les vraies d’après les puristes, ont marqué une époque et surtout les esprits. Depuis, elles ont été plus ou moins abandonnées pendant un temps avant de redevenir à la mode. C’est ainsi que depuis quelques années, nombre de marques y vont de leur petite sportive, essayant de recevoir le titre suprême de GTI des temps modernes. Peugeot aura mis le temps depuis sa célébrissime 205 GTI, mais cette fois, c’est la bonne?!

+ de photos Peugeot 208 GTi BPS

Encore ne faut-il pas se tromper entre la 208 GTI et la 208 GTI by Peugeot Sport, la première étant la déclinaison sport chic et confortable. Non, l’héritière, c’est la seconde avec ses suspensions affermies, ses voies avant et arrière élargies, son comportement plus joueur et surtout son différentiel autobloquant de type Torsen.

Esthétiquement, elle est légèrement abaissée, offre une double sortie d’échappement ainsi que, dans mon cas, la teinte bi-ton Coupe-Franche rouge et noir mat. Les avis sur cette dernière sont à son image, tranchés ! On aime ou on déteste et à titre purement personnel, je me situe dans la deuxième catégorie. A fortiori avec la teinte noire sur la partie avant en plus du contraste entre le rouge brillant et le noir mat texturé. Pour finir, elle est posée sur quatre jantes aluminium de 18" à l’aspect noir mat et chaussées en Michelin Pilot Super Sport en 205/40 ZR18.

À l’intérieur, le traitement est résolument sportif et toujours dans les tons rouge et noir. Je trouve ainsi de beaux sièges baquets cuir et alcantara, un levier de vitesse qui tombe bien en main, et un petit volant à la préhension parfaite. L’ensemble est mis en valeur par des surpiqûres aussi rouges que les tapis de sol. Léger bémol néanmoins sur les contre-portes réalisées principalement en plastique dur ; à 29 200 € en prix de base, j’aurais aimé quelque effort supplémentaire.

Sur la route :

Dès les premiers tours de roue, je remarque les suspensions résolument fermes qui font que les dos d’âne et autres aspérités de la route ne sont pas une sinécure. Le confort n’est pas mauvais tant que la route est lisse, mais dès que le bitume se désunit, les vertèbres en prennent un coup… Une pure GTI, ça se mérite !

Sur ces routes peu lisses, la 208 demande d’être tenue avec poigne, même en ligne droite, où l’amortissement ferme la guide le long des inégalités, me baladant de droite à gauche parfois sur plusieurs décimètres. Ce n’est pas l’endroit idéal pour tester sa vitesse maximale de 230 km/h. Le Torsen, de son côté, fait des miracles en m’emmenant toujours un peu plus vers l’intérieur du virage lorsque je mets les gaz, néanmoins il n’est pas simple à appréhender. En effet, ce dernier réclame une certaine douceur avec la pédale de droite, si je lui envoie les 300 Nm de couple trop brusquement, il me punit par une dérobade de l’avant. Afin de bien cerner le comportement de la voiture, je décide de l’amener sur la piste de La Ferté Gaucher en Seine-et-Marne.

Sur la piste :

Le tempérament bien particulier de cette 208 GTI by Peugeot Sport sur la route demande un certain apprentissage, et c’est sur une piste qu’on peut le faire avec toute la sécurité nécessaire. Non pas qu’elle soit dangereuse sur route, mais elle n’est pas si facile.

Sur la piste, mes premières impressions se confirment et la petite Peugeot n’est pas de ces voitures récentes qui permettent tout. Elle me demande de l’engagement pour profiter au maximum de son comportement très vif, mais surtout de le faire de façon réfléchie. À l’approche des virages, j’entre franchement sur les freins, mettant du poids sur le train avant et permettant au différentiel de travailler de manière optimale, l’arrière, lui, ne demande qu’à tourner et pivote autour du train avant. Si je mets un peu trop d’angle dans le volant, l’arrière se fait franchement mobile et m’offre de belles et saines dérives, pas efficaces, mais carrément amusantes. Pour effectuer un bon temps, il faut avoir un pilotage fluide en gardant les freins bien loin dans la courbe avant de remettre les gaz progressivement en même temps qu’on replace les roues droites. Dans ces conditions, la 208 GTI BPS devient véritablement une professeur, nous demandant de rendre une copie parfaite sous peine de sanction immédiate.

La Peugeot 208 GTI By Peugeot Sport est bien une héritière directe de la 205 GTI, offrant de vraies sensations de conduite et de belles performances (0 à 100 km/h en 6,5 s), mais demandant en échange un réel investissement. Elle n’est pas facile à vivre au quotidien, surtout en zone urbaine, mais sait nous emmener, à bonne allure, sur un circuit où elle s’avère ludique à souhait. De plus, en usage normal, la consommation descend assez aisément sous les 8 L/100 km.

Note : 17/20

Bien vu :
- Sensations
- Performances
- Différentiel

À revoir :
- Un peu trop ferme
- Plastiques durs sur les portes

Etienne Roville

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Peugeot 208 GTI by Peugeot Sport : l’héritière

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter