Renault

Essai Renault Talisman dCi 130 : bonne routière.

Jeudi, 13 h 30, Boulogne-Billancourt. J’ai réservé une chambre d’hôte à Ashburton, aux portes du parc national du Dartmoor dans le sud-ouest de l’Angleterre, pour le soir même. Les comptes sont simples, je dois couvrir 830 km, coupés par la traversée de la Manche, d\\'ici le dîner vers 20 heures Pour ce faire, j’ai opté pour la nouvelle Talisman en finition Intens et équipée du moteur diesel de 130 ch.

+ de photos Renault Talisman dCi 130 EDC

Ma berline, parée du gris Cassiopée, en impose avec ses 4,85 m de long et son 1,87 m de large. L’avant offre une belle prestance, bien aidé par la signature lumineuse en forme de C désormais bien connue. L’arrière assez haut et vertical reprend les codes de la berline haut de gamme. Je ne suis toujours pas convaincu par la forme des feux arrière qui ont néanmoins le mérite d’apporter un signe de reconnaissance fort à la marque.

Étant un peu pressé par le temps, clé dans la poche, je m’approche de la voiture, qui se déverrouille comme une grande. Je mets mes affaires dans le profond coffre de 608 litres puis prends place derrière le volant. Je règle électriquement mon siège en cuir et démarre via le bouton dédié placé derrière le volant.

Dès mes premiers hectomètres de ville je remercie la marque française pour son 4CONTROL. Quelle agilité ! Malgré un gabarit assez imposant, la conduite urbaine est d’une facilité déconcertante, les 4 roues directrices simplifiant sensiblement virages et manœuvres. La boîte de vitesses EDC remplit très bien son rôle, passant les rapports assez tôt comme ma conduite coulée le demande. Malheureusement, au moindre imprévu nécessitant une relance, il ne faut plus en espérer grand-chose. Le mélange de rapport trop long et de boîte peu rapide à rétrograder me fait pester en attendant que la voiture veuille bien repartir.

Je ne me formalise pas, la Talisman est une routière et la boîte de vitesses ne me dérangera pas sur mon trajet. Direction Coquelles, juste à côté de Calais, pour prendre le shuttle afin de traverser la Manche. J’emprunte le périphérique et ses lénifiants 70 km/h avant de prendre l’A1 en direction de Lilles. Très rapidement, la Renault me fait comprendre que le trajet sera agréable et peu fatigant. Le confort est remarquable, la voiture semblant flotter au-dessus de la route tandis que l’insonorisation de bonne facture me préserve de la moindre céphalée. Ne comptant pas faire la route dans le silence, je branche ma clef USB dans un des deux ports et profite de la hi-fi Bose Surround System (options à 800 €). Histoire de rendre le trajet définitivement plaisant, j’enclenche le chauffage et le massage de mon siège. Les kilomètres défilent et le 1,6 dCi de 130 ch m’emmène à bonne allure jusqu’à ce qu’un camion déboîte sous mon nez sur l’A26, à moins de 90 km/h. Le freinage est puissant et très stable dans cette légère courbe, mais la boîte EDC, une fois de plus, gâche mon plaisir. C’est bien simple, la Talisman semble frapper de cataplexie, incapable de réagir et de relancer un poids pourtant convenable de 1 500 kg.

J’arrive tout de même à l’heure pour ma traversée, durant laquelle j’ai le temps de regarder d’un peu plus près la bonne finition, avec du cuir sur les contre-portes ou encore sur la planche de bord. Quelques inserts style bois ajoutent une touche « premium » à l’ensemble. Le grand écran vertical est pratique, mais le très complet système d’infodivertissement n’est pas des plus ergonomique avec de trop nombreux sous-menus. Le plus risible étant celui pour rappeler la position du siège préalablement enregistrée. Là où la concurrence propose des boutons directement accessibles près des sièges, ici il faut rentrer dans pas moins de cinq sous-menus et le pire de l’histoire est que l’on ne peut enregistrer qu’une seule position… M’interrompant dans ma visite, le couple d’anglais de la voiture de derrière vient voir la Talisman et en complimenter le design et la qualité perçue de l’intérieur duquel je leur ai donné l’accès.

Arrivé en Angleterre, à Folkestone, il me reste encore près de 500 km à couvrir. J’enchaîne donc les kilomètres sur les M20 et M26 à allures soutenues, toujours dans le même confort malgré la qualité des « motorways ». Malheureusement, je dois rapidement m’arrêter afin de remplir le ridicule réservoir de 47 litres — oui, 47 litres seulement sur une routière — en quittant la M25 pour la M4. Je couvre en un peu moins d’une heure la distance jusqu’à Bristol, avant de prendre une dernière autoroute, la M5 jusqu’à Exeter et enfin de rejoindre, à l’heure, Ashburton, 35 km plus loin. Ma Talisman étant équipée du pack City, je la laisse se garer comme une grande, n’ayant que le frein à gérer. Pratique et efficace, mais dispensable.

Le lendemain, je pars faire une longue balade dans les superbes paysages du Dartmoor, laissant traverser ici ou là moutons, vaches ou poneys en semi-liberté. Les routes sinueuses et vallonnées mettent une fois de plus en exergue les qualités indéniables du 4CONTROL. Là encore, lors de mes rares arrêts, quelques personnes viennent m'interroger sur la voiture. Il semblerait que le nouveau style de Renault ne laisse pas indifférents nos amis anglais, jusqu’à présent peu acheteurs en dehors des modèles Renault Sport. Déjà, il est l’heure de faire le trajet inverse, durant lequel je dépasserai même, au compteur, la vitesse maximale annoncée de 205 km/h.

La Renault Talisman dCi 130 se sera montrée remarquablement agréable à vivre lors de ces 1 700 km effectués en moins de 36 heures, avalant les kilomètres avec facilité y compris sur les autoroutes anglaises pleines de raccords. Le 1,6 de 130 ch m’a largement convaincu de l’inutilité de pencher du côté de la Renault Talisman dCi 160. Cette dernière n’apportant pas sensiblement plus d’agrément. Mon modèle bien équipé s’offre au prix décent de 43 460 € (à partir de 35 700 € en dCi 130 Intens). Quant à la consommation, malgré mon rythme elle s’établira à 7,5 litres de moyenne aux 100 km et descendra sous les 7 litres après 600 km supplémentaires, cette fois à rythme normal.

Note : 15/20

Bien vu :
- 4Control (1 700 €)
- Confort
- Conso

À revoir :
- Boîte de vitesses
- Jantes de 19" inutiles

Etienne Roville

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Renault Talisman dCi 130 : bonne routière.

image profil
dilemblue
2016-05-25 10:47:12  

En même temps si on cherche de la performance faut passer au 160 DCI le Dci 130 ne développe que 130 cv !

image profil
TREND67
2016-06-29 14:09:25  

On ne peut mémoriser qu'une seule position de siège conducteur PAR PROFIL.... et on peut mémoriser 6 profils différents, en sachant que chaque profil contient également les réglages de la radio, du tableau de bord, du multisense, etc. Bref, ce n'est pas un point négatif, bien au contraire :-)

image profil
ETIENNE
2016-07-07 17:33:24  

Merci TREND67 pour votre vigilance, j'ai mis une note dans le texte en ce sens.

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter