Toyota

Essai

Chez Toyota, l’Auris a déjà une longue histoire. Lancée en 2007, elle voit la version hybride arriver en 2010 à l’occasion d’un premier restylage. En janvier 2013, la seconde génération de l’Auris avec une variante en break, entre en scène. Tout récemment, nous étions invités à essayer les nouvelles Auris 2015.

+ de photos Toyota Auris 1.2l Essence

Pascal Ruch, Président de Toyota France, annonçait clairement la couleur. L’Auris vise en 2016 la quatrième place du segment C, celui des compactes. Bien évidemment, la version hybride qui réalise plus de 50 % des ventes, continuera à jouer le rôle d’ambassadeur mais, l’élargissement envisagé des ventes va s’appuyer sur les deux nouveaux moteurs lancés pour l’occasion : un essence, et un diesel.

En plus de ces deux éléments clés, le pack Safety Sense constitue un autre atout, mis en avant par les commerciaux avec un coût modéré de 500 euros.

Une évolution mécanique

La carrosserie de cette nouvelle Auris diffère peu de ce que nous avons l’habitude de voir. Quelques subtilités au niveau des feux avant et arrière et de la calandre suffisent à donner une impression d’élargissement et d’abaissement de la caisse. En fait, l’objectif premier des responsables Toyota consistait à apporter une notion renforcée de bien être au volant pour toutes les nouvelles Auris. C’est donc à l’intérieur qu’il faut s’installer pour découvrir vraiment l'Auris 2015.

La planche de bord a été redessinée, présente une ligne épurée et bénéficie d’une intégration réussie d’un écran tactile de 7 pouces. Entre les deux compteurs dans des puits circulaires, toutes les informations répétées concernant les limitations de vitesse ou les alertes, ou celles de température de distance parcourue ou de consommation, peuvent être consultées. La hiérarchie des niveaux de finition a été calquée sur celle proposée sur ceux du modèle hybride avec, dans l’ordre : Tendance, Dynamic, Design et Executive, qui s'appliquent tout autant à la berline qu'au break Touring Sports.

Il faut préciser qu'une gamme business réservée aux professionnels suit les mêmes déclinaisons. 

Pour notre essai nous disposions de la version Design dotée des équipements spécifiques suivants : jantes bi-ton de 17 pouces, système d'ouverture sans clé, sièges arrière rabattables 1/3 - 2/3, barres de toit en finition aluminium anodisé et un cache-bagages.

Pour ce qui concerne la mécanique, nous avions jeté notre dévolu sur le nouveau moteur 1,2 litre turbo à injection directe, alors qu'un nouveau diesel de 1,6 litre succède à l'ancien 2 litres.

Au titre des options, nous avons pu également bénéficier du pack Safety Sense qui comporte quatre fonctions de sécurité. 

Le système de précollision réduit les risques de chocs par l'arrière dans une plage de vitesses comprise entre 10 et 80 kilomètres/heure.

L'alerte de franchissement de ligne opère quand la voiture déboîte sans déclenchement des clignotants. 

La gestion automatique des feux de route libère le conducteur de la commutation manuelle, alors que la lecture automatique des panneaux permet de disposer en permanence des informations, notamment celles concernant les limitations de vitesse. Il faut dire que le signal d'alerte de dépassement de la vitesse autorisée nous fut bien utile car les environs de Bruxelles étant truffés de radars, sans ces alertes nous nous serions fait piéger plus d'une fois !

Tous ces équipements concourent effectivement à une conduite détendue mais d'autres modifications plus fondamentales encore ont été apportées à l'Auris 2015.

Un véhicule abouti

Nous nous sommes dans un premier temps entièrement concentrés sur le nouveau moteur essence sur lequel un très gros travail a été opéré en matière d'optimisation de la combustion en vue de la performance, de la souplesse et de la sobriété. Nous sommes agréablement surpris par deux facteurs générateurs d'agrément de conduite. Le silence global de fonctionnement est surprenant et la souplesse, le silence et l'instantanéité du système Stop & Start méritent d'être cités en exemple.

Les tendances actuelles poussent à rechercher toujours moins d'émissions et une consommation contenue, ce qui conduit Toyota à allonger les rapports d'une boîte de vitesses mécanique à six rapports. Alors, dans ces conditions le moteur se montre sous son meilleur jour sur les trois premiers rapports, un peu moins vif en quatrième et quasiment insipide en cinquième et sixième.

Les passages de vitesse s'effectuent en douceur mais nous demeurons persuadés que la boîte automatique serait bien plus agréable encore, mais cette option n'est pas disponible en France.

Au niveau de la conduite, les progrès les plus sensibles concernent la direction. Un travail substantiel a dû être opéré pour effacer le flou qui existait au point milieu. En outre, une assistance plus progressive en fonction de la vitesse de roulage confère une certaine fermeté doublée d'une précision redoutable.

En dehors d'une utilisation normale exempte de toute critique, le freinage a affiché une très belle efficacité en situation d'urgence avec un ABS jouant parfaitement son rôle.

Les améliorations apportées au plan des suspensions participent d'un confort amélioré, même si nous aurions espéré encore un peu plus d'onctuosité. Les divers travaux d'isolation acoustique portent également leurs fruits et, le confort des sièges, la praticabilité des commandes ainsi que la clarté de l'habitacle (large toit translucide en option) constituent autant d'éléments qui rendent la vie à bord agréable.

Lors de notre essai nous avons pu circuler tant sur autoroute que sur route et souvent également dans les embouteillages. Notre consommation oscillait plus souvent près des 7 litres que les 5,3 litres de la consommation normée en cycle mixte. 

Globalement, nous avons trouvé chez cette Auris 2015, une ligne plaisante et connue avec un ensemble mécanique évolué et bien abouti. Le moteur 1,2 litre essence appelé à conquérir de nouveaux clients possède effectivement bien des atouts de silence et de souplesse, mais aussi de sobriété. 

Notre modèle d'essai figure au catalogue au prix de 24 600 euros.

Le lancement en concessions aura lieu les 14 et 15 juin, lors de journées portes ouvertes. 

Crédit photographique: Gilles Vitry, La Revue Automobile

Note : 15/20

BIEN VU :

Direction ferme et précise

Silence de fonctionnement

Stop & Start performant

À REVOIR:

5e et 6e rapports trop longs

Absence de boîte auto

Caractéristiques techniques:

Moteur : 1 197 cm3 16 soupapes à injection directe turbocompressé

Puissance : 116 chevaux  5 200- 5 600 tr/min

Couple : 185 Nm 1 500- 4 000 tr/min

Norme anti pollution : EURO 6

Suspension avant : jambes Mac Pherson

Suspension arrière : double triangulation 

Direction à crémaillère et assistance électrique

Freins avant : disques ventilés (277 mm)

Freins arrière : disques pleins (270 mm)

Pneumatiques :  215/455 R 17

L x l x h: 4 330 mm x 1 760 mm x 1 475 mm

Empattement :  2 600 mm

Poids à vide :  1 350 kilos

Coffre : 360 litres

Performances :

Vitesse maxi : 200 km/h

0 à 100 : 10,1 secondes 

Consommation

cycle urbain : 6,5 litres

cycle extra-urbain : 4,8 litres

cycle mixte : 5,4

Réservoir : 50 litres

 

Alain Monnot

Votre avis nous intéresse sur :  Essai

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter