GP F1 USA 2014

F1 USA: HAMILTON vainqueur pour la 10ème fois !

La F1 fait escale aux Etats Unis avant de terminer sa ronde mondiale au Brésil puis à Abou Dhabi, où les points compteront double. Tout ce beau monde des pilotes sait bien que le titre n’échappera vraisemblablement pas à un des pilotes Mercedes, mais chacun d’eux entend bien marquer si possible les esprits en se mettant en valeur, surtout ceux qui n’ont acquis encore aucune certitude quant à leur avenir.

Problèmes d’argent

L’avenir parlons-en, il pourrait se révéler fort sombre. Pour l’heure, il faut noter, comme nous l’écrivions ici, que la F1 est malade. Le grand cirque de la F1, un colosse aux pieds d’argile, constate à Austin l’absence de deux teams : Marussia et Caterham, qui faute d’argent se retrouvent sur la paille avant la fin de la saison. On murmure que Sauber et Force India ne vont guère mieux, alors on imagine bien les grandes manœuvres ourdies par le manitou du système, Bernie Ecclestone, pour trouver des parades afin que sa poule aux œufs d’or retrouve quelques plumes. Dans ces conditions, il y a fort à penser que les discussions quant aux transferts, aux évolutions des spécifications techniques et sportives et au mode de répartition de l’argent aux écuries ont occupé toutes les instances officielles et les teams. 

La course

Pourtant, la course a, malgré les absents, repris ses droits. Une fois encore, et pour la dixième fois de la saison, les flèches d’argent de Rosberg et Hamilton  se sont assurées la première ligne du Grand Prix des USA. En seconde ligne ce sont les Williams de Bottas et Massa qui avec leur moteur Mercedes contiennent Ricciardo (Red Bull) et Alonso (Ferrari) en troisième ligne.

Comme souvent le départ est un peu chaud et comme trop souvent, Perez (Force India se rend coupable d’un accrochage sur Sutil (Sauber) ce qui entraine l’entrée en piste de la voiture de sécurité.

Au tour 5 les affaires reprennent avec Hamilton qui chasse Rosberg et  Bottas qui contient Massa. Vettel parti des stands  par suite d’un changement de moteur non autorisé, tente un coup en repassant au box pour changer ses tendres pour des pneus medium.

Grosjean et Vergne nos français, orphelins de course de leur ami Jules Bianchi s’expliquent pour la neuvième place, certes provisoire. En effet la FIA se montre sourcilleuse maintenant à propos des vitesses des F1 sous régime de « Safety car ». Ainsi Vergne (Toro Rosso), Gutierrez (Sauber) et Maldonado (Lotus) écopent de 5 secondes de pénalité. 

Rosberg en souci avec ses pneus rentre au tour 15 et Hamilton hérite de la tête de course, mais tout le monde va suivre dans les tours suivants si bien que Rosberg retrouve sa position de leader devant Hamilton, Massa et Ricciardo ( Red Bull), qui a fait sauter le verrou Bottas. Alonso et Raikonnen (Ferrari) semblent à la peine en naviguant aux 9ème et 11ème places tout en battant comme des beaux diables pour améliorer leurs positions respectivement contre Button (Mc Laren) et Vettel (Red Bull) ! Quand des champions du monde s’expliquent entre eux on peut dire que la course prend du relief, même quand ils ne jouent pas la gagne.

C’est bien entendu de chez Mercedes que sont attendues les bagarres les plus farouches. Hamilton depuis plusieurs GP placé sur une orbite positive, semble à la mi-course être en mesure de contrôler la situation. Après la seconde salve de passages aux stands rien n’est changé en tête et c’est bien ce diable de Ricciardo qui vient tenter de mordre les mollets des Mercedes boys, alors que son coéquipier Vettel ne s’en sort vraiment pas avec la même voiture.

Maldonado va décidément trop vite, là où il ne le faudrait pas, alors  encore 5 secondes de pénalité  pour vitesses excessive dans les stands.

Devant les Mercedes font leur course et les autres essaient de ne pas perdre pied même si les écarts se creusent petit à petit. Dans les derniers tours avec l’énergie du désespoir Vettel parvient à se hisser à la septième place, mais à1’40’’ du vainqueur !

Et le vainqueur est Lewis Hamilton devant Rosberg et Ricciardo (Red Bull) qui sans moteur Mercedes arrive à tirer-une fois encore- son épingle du jeu. Suivent ensuite deux autres moteurs Mercedes avec Massa et Bottas (Williams) suivis de Alonso (Ferrari), Vettel (Red Bull), Magnussen (Mc Laren), Maldonado (Mc Laren) et Vergne (Toro Rosso).

Le titre de champion du monde des constructeurs ayant déjà été décroché par Mercedes, on sait maintenant que ce sera un pilote Mercedes, qui sacré champion et qu’il faudra attendre le dernier Grand Prix pour connaître son nom.

Le Grand Prix du Brésil se courra le 9 novembre.

 

Alain Monnot

Votre avis nous intéresse sur :  F1 USA: HAMILTON vainqueur pour la 10ème fois !

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter