Renault

Les Renault 5 Turbo: gloires des Rallyes (1981-1987)

Quand en 1977 Renault entend redynamiser les ventes de sa R5 l‚Äôaxe de la comp?©tition est d‚Äôembl?©e retenu et c‚Äôest ?† Renault Sport et Alpine que sont confi?©es les ?©tudes et la r?©alisation d‚Äôun projet ambitieux visant ?† s‚Äôinscrire dans le cadre du Groupe 3 des voitures de rallye homologu?©es par la FIA. Ensuite, celle qui nait sous l‚Äôappellation de R5 Turbo et fait sa premi?®re apparition en 1980 au Salon de l‚Äôautomobile, conna?Ætra plusieurs ?©tapes de d?©veloppement. Une premi?®re victoire au Rallye de Monte Carlo en 1981 avec Ragnotti-Andri?©, scella d\'entr?©e de jeu la r?©ussite sportive de l\'auto.

+ de photos Renault R5 Turbo

C’est ainsi que l’on parle successivement de Turbo 1 (1981- 1982), puis de Turbo 2 (1983-1986) avant de passer à des versions, dites « compétition-client type Cévennes d’abord (1981), puis Tour de Corse(1983) après que l’acrobate Jean Ragnotti ait remporté l’épreuve de manière étincelante en 1982 sur une version usine. Enfin, pour tenter de contrer les 4 roues motrices impériales en rallye, Renault fit encore évoluer son produit avec la bête de course, à savoir l’impressionnante Maxi 5 turbo (1985). Les puristes reconnaissent presque de premier coup d’œil les autos qui se différencient notamment au niveau des jantes : de série sur la version Cévennes, Minilite sur les Tour de Corse et Speedline sur les Maxi.

La caractéristique principale de cette R5 Turbo se situait au niveau de son implantation moteur en position centrale arrière. Le 4 cylindres de 1397 cm3 était turbo compressé, alimenté par injection mécanique. On peut souligner que la puissance disponible a beaucoup évolué au cours des années et selon les modèles avec une l’amplitude se situant entre 150 et 320 chevaux. Il convient surtout de préciser que le turbo en était à ses débuts et que nombreux travaux ont été conduits au fur et à mesure de la montée en puissance, afin de réduire le temps de réponse du fameux turbo. Ragnotti expliquait avec son humour hilarant que le turbo donnait encore de la puissance alors que l’on freinait. La différence considérable entre la largeur des pneus avant et arrière surprenait mais était rendue nécessaire pour passer la cavalerie au sol.

En tout cas, la bête de course très appréciée des spectateurs pour son arrière trapu et ses ouïes si caractéristiques, ainsi que ses trajectoires en glisse, impressionnantes, a permis d’écumer bien des épreuves  pendant une dizaine d’années. Quelques grands noms du rallye se sont illustrés au volant des R5 Turbo comme Bruno Saby, Jean-Luc Thérier, Jean Ragnotti ou encore François Chatriot. Pour être le plus complet sur la question sportive, précisons que de 1981 à 1984 une Coupe d’Europe Renault 5 Turbo sur circuits fut organisée et ouverte aux R5 turbo d’origine dotées des équipements nécessaires de sécurité. Là aussi Jean Ragnotti réussi quelques prouesses tout comme Jan Lammers ex-pilote de F1, mais aussi Joël Gouhier toujours sur le podium annuel de 1981 à 1984 et vainqueur en 1982.

Petit clin d’œil de l’histoire, la nouvelle Twingo, citadine par excellence a emprunté un air de ressemblance à cette génération fort appréciée des R5 Turbo, dont vous nous offrons quelques spécimens à admirer.

Archives photographiques : Gilles Vitry La Revue Automobile

Alain Monnot

Votre avis nous intéresse sur :  Les Renault 5 Turbo: gloires des Rallyes (1981-1987)

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter