Schumacher dernier point presse sur son état de santé

Retrouvez les dernières infos sur l'état de santé de Michael Schumacher. Nous vous donnerons au fur et à mesure les informations. En espérant, que les nouvelles soient meilleures.

12h25 - Montagny : « le risque zéro n'existe pas »

Franck Montagny, ancien pilote de F1 et actuellement consultant F1 sur Eurosport, donne son avis sur l'activité de ski hors piste de la part de Michael Schumacher "C'est un sentiment mitigé, parce qu'on a envie de dire "Pourquoi tu as fait ça ?" Et puis de l'autre côté on dait très bien pourquoi il le fait, donc on connait les ridques au départ avant même qu'il ne descende [...] le risque zéro n'existe pas"

12h01 - Vettel : "Je suis choqué"

Sebastian Vettel, surnommé « Baby Schumi », a réagi à l’accident de Michael Schumacher. « Je suis choqué et j'espère qu'il va aller mieux le plus vite possible. Je souhaite beaucoup de force à sa famille », a déclaré le quadruple champion du monde à l'agence allemande SID.

11h42 - Chabardès : "48h décisives"

Stephan Chabardès, neurochirurgien au CHU de Grenoble, a opéré Michael Schumacher ce dimanche. Il s’exprime au micro de BFM TV : « Il a été opéré dans des conditions sérieuses avec un traumatisme crânien grave, sévère. Il est actuellement en réanimation. Nous suivons les évolutions heure par heure. Son traumatisme grave nous inquiétait. Il est dans une situation critique. Nous ne ferons pas d’autre pronostic que celui-ci. Il y a eu une intervention faite pour évacuer les hématomes qui pouvaient l’être. Maintenant il faut protéger son cerveau et il n’a pas besoin d’être opéré pour ça. Nous surveillons l’évolution. Les prochaines 24 ou 48 heures seront décisives. Il est en plein traitement de réanimation et en plein traitement médical. »

11h28 - Pr.Saillant : "Je suis comme quelqu'un qui est inquiet"

Le Professeur Gérard Saillant qu’il a déjà opéré, s’est exprimé ce lundi matin lors du point presse organisé à Grenoble : « Je suis comme quelqu’un qui est inquiet, comme sa famille, ses proches. On est tous préoccupés par son état. Les médecins ne veulent pas vous en dire plus parce qu’ils ne peuvent pas vous en dire plus. Ils travaillent heure par heure, c’est à ce niveau-là que l’on peut prendre des décisions. Un homme de 70 ans supporte moins bien ce type d’accident qu’un homme de 45 ans. Et un homme de 45 ans, sûrement moins qu’un sportif de très haut en parfaite condition comme l’était Michael Schumacher. Il faut que ce soit suffisant. »

11h21 - Pr.Safran : "Impossible de donner un pronostic vital"

Denis Safran, chef du service de réanimation chirurgicale à l’hôpital Georges Pompidou de Paris, sur BFM TV : « Si près de l’accident, il est impossible de donner un pronostic vital. L’évolution peut être rapide dans un mauvais sens, sinon elle peut être relativement lente, dans les jours, les semaines et même les mois qui viennent. Les prochains jours vont être déterminants. »

11h17 - Pr.Safran : "lésions cérébrales diffuses"

Professeur Denis Safran, chef du service de réanimation chirurgicale à l’hôpital Georges Pompidou de Paris, livre son sentiment sur le discours tenu par les spécialistes du CHU de Grenoble : « Le discours est en totale cohérence avec ce que nous vivons dans les traumatismes crâniens graves. Il a des lésions cérébrales diffuses et maintenant le travail repose sur les réanimateurs qui vont appliquer des traitements bien connus et qui correspondent aux données internationales. »

11h16 - Payen : « En hypothermie thérapeutique »

Jean-François Payen, chef du service anesthésie réanimation : « Il est en hypothermie qui est thérapeutique. C’est-à-dire que l’on contrôle sa température pour la maintenir entre 34 et 35 degrés, selon les recommandations internationales dans ce type de gravité de traumatisme crânien. Il est sous anesthésie générale induite par des médicaments pour réduire au maximum tout stimuli qui soit de nature à consommer davantage d’oxygène dans son cerveau. Notre objectif est d’assurer une bonne oxygénation de son cerveau. »

11h15 - Payen : "Essayer de gagner du temps"

Jean-François Payen, chef du service anesthésie réanimation : « On travaille heure par heure, on va essayer de gagner du temps, de se donner du temps. Les traitements mis en œuvre, on sait ce qu’on en attend. Je ne peux pas en dire plus à l’heure actuelle et vers quel pronostic on peut aller. On n’ira pas au-delà de cette information. »

11h12 - Payen : "Son casque l'a protégé"

Jean-François Payen, chef du service anesthésie réanimation : « Son casque l’a protégé. Quelqu’un qui aurait eu cet accident sans casque ne serait certainement pas arrivé jusqu’ici. »

11h08 : "lésions cérébrales pour Schumacher"

Stephan Chabardès, neurochirurgien : « Nous avons constaté d'un point de vue clinique qu'il était dans un état grave avec des signes d'hypertension artérielle. Il souffre de lésions cérébrales diffuses. L'objectif, c'est de limiter l'augmentation de la pression intracrânienne. »

 

11h03 : Une seule opération a eu lieu

Les spécialistes présents au point presse ont indiqué que Michael Schumacher n'avait été opérér qu'une seule fois, ce dimanche après sa chute.

11h - Payen : "On ne peut pas se prononcer sur le devenir de Schumacher"

Jean-François Payen, chef du service anesthésie réanimation : « Tous les traitements recommandés sont mis en œuvre. On ne peut pas se prononcer sur le devenir de Michael Schumacher. Il est dans un coma artificiel. Il a des traitements qui visent à limiter l’apparition d’œdèmes cérébraux. Sa situation est jugée critique. »

10h57 : Schumacher "reste à ce stade dans une situation critique"

Marc Penaud, directeur-adjoint du CHU de Grenoble : « Lorsqu’il est arrivé il souffrait un traumatisme crânien grave avec coma, qui a nécessité une prise en charge immédiate. Il reste à ce stade dans une situation critique. »

10h52 : 4 spécialistes au point presse

Marc Penaud, directeur-adjoint du CHU de Grenoble, sera présent au point presse donné aux alentours de 11h pour évoquer l’état de santé de Michael Schumacher. Il sera accompagné du professeur Emmanuel Gay, chef du service neurochirurgie, du professeur Chabardes, neurochirurgien, et du professeur Jean-François Payen, chef du service anesthésie réanimation.

Avis titre