logo La revue auto

Fiat veut manger chrysler

Fiat est entrée au capital de Chrysler en 2009 en rachetant 20% des parts de l'entreprise. 4 ans après, la marque italienne détient 58.5% de l'américain. Sergio Marchionne, Pdg de Chrysler et de Fiat souhaiterait prendre le contrôle de la marque américaine à 100%, ce qui n'est pas gagner.

Exterieur_Fiat-500-America_0 Exterieur_Fiat-500-America_1 Exterieur_Fiat-500-America_2 Exterieur_Fiat-500-America_3 Exterieur_Fiat-500-America_7
Voir la galerie photo

Fiat, marque italienne propriétaire de Lancia, Alfa-Roméo, Abarth, Maserati et Ferrari envisage sérieusement de racheter la totalité des actions de l’entreprise Chrysler. Cette dernière détient les marques Dodge, Jeep et Ram. Classé 8e constructeur mondial avec 4.2 millions de véhicules produits en 2012 (derrière Toyota 1er constructeur au monde avec 9.7 millions de véhicules, General Motors 2e avec 9.3 millions, Volkswagen 3e avec 9.1 millions, Renault-Nissan 4e avec 7.5 millions, Hyundai-Kia 5e avec 7.1 millions, Ford 6e avec 5.7 millions et SAIC Motor 7e avec 4.5 millions de véhicules produits en 2012), le Pdg de Fiat Sergio Marchionne ambitionne de remonter le groupe dans le « Top 5 » des fabricants.

Les 41.5% d’actions restantes sont détenues par un Trust : VEBA (Voluntary Employee Beneficiary Association) qui est géré par le syndicat automobile américain VAW, et dont les fonds sont destinés aux employés de Chrysler (anciens et actuels) au travers d’assurances-vie, de pensions retraite, actions etc. …

Sergio Marchionne ne cesse de faire du pied à VEBA pour récupérer leur part d’actions, mais les 2 protagonistes ne sont pas d’accord sur le prix. Chrysler venant de déposer un dossier d’introduction en bourse auprès de la SEC, organisme boursier américain, une valeur va être étiqueter sur le prix de l’entreprise, et donc des 41.5% que lorgne Sergio Marchionne, opposé à une introduction en bourse. Une fois la valeur indiquée, Fiat pourra alors faire une proposition de rachat sans passer par la case « Bourse », si toutefois les 2 parties arrivent à tomber d’accord.