logo La revue auto

La nouvelle mini 2014 fait sa revolution cote moteurs

Ce sont désormais des moteurs BMW qu'on trouvera sous le capot de la Mini de troisième génération, qui doit être dévoilée le 18 novembre prochain. En essence, les 1.6 litre développés avec PSA laissent la place à un 3 cylindres 1.5 litre et un 4 cylindres 2.0 litres TwinPower Turbo avec injection directe. En Diesel, c'est un nouveau 4 cylindres 1.5 litre qui fait son apparition. Ce qui permettra aux différentes versions de la nouvelle Mini 2014 de se montrer à la fois plus puissantes et plus économes.

Exterieur_Mini-Vision_1 Exterieur_Mini-Vision_2 Exterieur_Mini-Vision_3 Interieur_Mini-Vision_4 Interieur_Mini-Vision_5
Voir la galerie photo

On connaissait déjà un certain de choses à propos de la nouvelle Mini, qui sera dévoilée le 18 novembre prochain avant d’être exposée au salon de Los Angeles. Notamment sa forme grâce au concept Mini Vision révélé cet été. Mais la filiale de BMW lève aujourd’hui le voile sur un certain nombre d’éléments techniques qui permettront aux différentes versions de la petite bombe britannique d’être plus puissantes, plus rapides mais aussi plus efficientes et donc, au final, moins polluantes.

Downsizing en essence et Diesel
Et cela passe en premier lieu par l’utilisation d’une nouvelle génération de moteurs. Fini les 4 cylindres 1.6 litre essence et Diesel, remplacés respectivement par un 3 cylindres 1.5 litre et un 4 cylindres 1.5 litre aussi, tandis qu’un 4 cylindres 2.0 essence fait son apparition pour les Cooper S et John Cooper Works. Mini applique donc le dowsizing pour ses modèles de base, aussi bien en essence qu’en Diesel, mais sans sacrifier la puissance, notamment grâce à la suralimentation et à l’injection directe. Tous ces blocs sont compatibles avec la norme Euro 6 et sont d’origine BMW, une première finalement pour Mini qui a auparavant travaillé avec Chrysler et avec PSA.

Puissance en hausse
Ainsi, le nouveau 3 cylindres essence 1.5 litre développera 136 chevaux (134 bhp), pour un couple de 220 Nm accessible dès 1 250 tours/min. Mais la fonction overboost permettra de porter ce chiffre à 230 Nm. De son côté, le nouveau 4 cylindres 2.0 essence développera 192 (189 bhp) chevaux dans la Mini Cooper S, avec un couple de 280 Nm (300 Nm en overboost) accessible lui aussi dès les 1 250 tours/min. Sa puissance sera portée à 223 chevaux (220 bhp) dans la Mini John Cooper Works. Le nouveau Diesel 4 cylindres 1.5 litres de la Mini Cooper D développera quant à lui 115 chevaux (114 bhp) pour un couple de 270 Nm.

Efficience maximale
Mini ne livre pour le moment aucun chiffre précis sur ces moteurs, à propos de leur consommation et de leurs émissions de CO2. La marque s’attend à une progression significative, aussi bien en essence qu’en Diesel, c’est bien le but de ces renouvellements. Les moteurs seront aidés par un Stop & Start et par de nouvelles générations de boîte de vitesse, aussi bien en manuel qu’en automatique, cette dernière étant par exemple capable d’anticiper les changements de rapports grâce aux données du GPS.

Plaisir de conduire
Pour la première fois également, les nouvelles Mini disposeront d’une suspension adaptative avec deux modes au choix : Confort et Sport. Le châssis sera globalement plus rigide, mais aussi plus léger grâce à l’utilisation d’acier à haute résistance. La suspension arrière multi-bras reste de mise mais elle a été repensée afin de prendre moins de place. Ce qui permet d’améliorer le volume du coffre et l’habitabilité aux places arrière. La direction électrique sera quant à elle plus précise en ville, pour les manœuvres notamment.