logo La revue auto

Les prochaines nissan z et gt r pourraient etre hybrides

Nous savons depuis longtemps que Nissan réfléchit à  l'idée d'électrifier ses voitures de sport de nouvelle génération, et l'un des responsables de la société nous en a donné quelques pistes.

Exterieur_Nissan-GT-R-Nismo-2016_0 Exterieur_Nissan-GT-R-Nismo-2016_1 Exterieur_Nissan-GT-R-Nismo-2016_4 Exterieur_Nissan-GT-R-Nismo-2016_5 Interieur_Nissan-GT-R-Nismo-2016_9
Voir la galerie photo

Ce plan s’inscrit dans la stratégie de Nissan d’offrir environ 40 % de ses véhicules équipés de groupes propulseurs électrifiés en Europe d’ici 2022, ce qui inclut le remplacement des modèles 370Z et GT-R.

« Je ne considère pas l’électrification et les voitures de sport comme des technologies contradictoires. C’est peut-être l’inverse, les voitures de sport peuvent tirer un bénéfice considérable de l’électrification », a déclaré Jean-Pierre Diernaz, directeur du marketing de la société automobile. « Un moteur et une batterie sont beaucoup plus faciles à déplacer d’une plateforme à une autre, d’un sous-segment à un autre, qu’une installation à combustion interne complète. »

Malgré les pressions exercées par d’autres véhicules du segment, telles que la prochaine Toyota Supra, l’avenir de la Nissan 370Z est encore flou. La question n’est pas de savoir si elle arrivera, mais bien de savoir quand, comme Diernaz l’a déclaré : « Tout n’est pas confirmé en termes de dates. Les voitures de sport font partie de ce que nous sommes, elles doivent donc être présentes dans un sens ou dans l’autre. »

Certaines des technologies de la Formule E ainsi que leurs partenaires Renault, Mitsubishi et Mercedes-Benz aideront Nissan à atteindre ses objectifs électrifiés. Les entreprises partagent déjà des technologies et des groupes motopropulseurs entre elles, et les liens se poursuivront probablement dans l’ère électrifiée.

Cela ne veut toutefois pas dire que le successeur de la GT-R actuelle partagera quoi que ce soit avec les futurs AMG, car cela ne se produira pas. Au lieu de cela, Nissan développera sa nouvelle supercar tout seul.

« La GT-R est la GT-R. C’est Nissan. Elle doit rester spécifiquement Nissan », a commenté Diernaz.