logo La revue auto

Minerva jm brabazon le reve belge

Une histoire qui appartient au passé glorieux de l'automobile de luxe est en train de revivre. La toute première marque de prestige, née le 15 octobre 1897, Minerva Automobile, dévoile son projet d'hypercar après 47 ans d'absence. La marque fondée par Sylvain de Jong à Londres et à Anvers nous présente la JM Brabazon qui utilise 4 moteurs cumulant 1200 chevaux.

Un grand nom oublié mais pourtant …

L’automobile est une icône de luxe, de réussite, pour quelques-unes d’entre elles, elle représente le savoir-faire unique de quelques hommes, alliant histoire, technologie et art accumulés sur plusieurs siècles. Minerva, a su, dès le départ, s’entourer de personnes ambitieuses et talentueuses qui ont participé à écrire l’histoire industrielle automobile. On compte, parmi elles, Charles S. Rolls qui se joignit à l’aventure avant de fonder Rolls-Royce, David et André Citroën et Frederick Koolhoven fondateur pionnier dans l’aviation de transport. Des hommes qui ont permis de créer des véhicules hors normes pour leur époque.

JM Brabazon …

En 1905, Charles S. Rolls et David Citroën influencèrent Sylvain de Jong, pour engager Minerva Automobiles dans la « Tourist Trophy Britannique » débutant à l’île de Man, créée la même année, une course devenu célèbre depuis. Charles S. Rolls, amena alors John Moore-Brabazon à Sylvain de Jong, en vue d’être Pilote de ses automobiles. De plus John Moore-Brabazon est le premier aviateur anglais. Il reçut le brevet numéroté 01 par le Club Royal Aéronautique Britannique, secondé par Charles S. Rolls, ayant reçu quant à lui, le brevet 02. John Moore Brabazon devient plus tard le Ministre des Transports et de l'Aviation anglaise… Bref, un homme indivisible de l’aventure de Minerva.

Les entrailles de la bête …

Maintenant que les présentations sont faites penchons-nous sur ce que nous propose Minerva. Sous cette esthétique qui reprend tous les codes du design « art déco », se cache de la haute technologie, bien moderne. Tout commence par un V12 gonflé par deux turbocompresseurs développant 1.000 chevaux à 10.000 tr/min. Bien que la cavalerie soit déjà délirante, Minerva ne se contente pas de cette puissance puisque deux moteurs électriques viennent se placer sur le train avant, tandis que le train arrière en reçoit un autre.

Objectif Bugatti Veyron ...

Cette automobile d’exception ne fait pas dans la demi-mesure. Car, en plus d’annoncer une cavalerie totale de 1.200 pur-sang, elle dispose comme les constructeurs d’hyper-car actuelle, de 4 roues directrices, de suspensions actives, d’un châssis-coque en carbone et d’une carrosserie évolutive pilotée électroniquement pour améliorer son aérodynamisme. Avec ses 1200 kg sur la balance et sa cavalerie, la Minerva serait capable d’atteindre et de dépasser les 400 km/h tandis que le 0 à 100 km/h serait pulvérisé en 2,1 secondes. Bugatti et sa Veyron Grand Sport Vitesse en tremblent déjà.

Il ne manque plus qu’a la marque de passer du virtuelle au réel, et c’est bien là son plus gros défi.