Salons

Motor Sportive Day 2018 : la montagne a du coeur

Comme chaque année depuis 2011, le parc national de la Vanoise résonne au son des mécaniques à l’occasion du Motor Sportive Day. Pour cette huitième édition, La Revue Automobile a fait le déplacement à La Plagne pour découvrir ce rassemblement unique.

+ de photos Salons Motor Sportive Day 2018

L’œuvre d’un passionné investi
Le Motor Sportive Day est né en 2011, de l’imagination de Nicolas Richel, passionné de belles mécaniques : « L’idée m’est venue quand je voyais passer beaucoup de voitures de rallye touristique dans la région. Après un essai réalisé avec le magazine Motorsport, j’ai été contacté par le maire de Bellentre afin de promouvoir ce type d’opération. Après avoir participé à un rassemblement sur circuit, j’ai trouvé l’idée intéressante et je me suis dit qu’on pouvait faire ça sur nos routes. J’ai donc contacté des propriétaires de belles mécaniques et en présentant la liste de pilotes engagés au maire, nous avons eu l’accord pour la première édition du Motor Sportive Day », témoigne Nicolas Richel.

Motivé par le son des mécaniques et la vision des plus belles carrosseries, Nicolas s’est associé à l’Office du Tourisme de la Plagne et à l’association des commerçants de la station afin de donner vie à son rêve : pouvoir organiser sur une route fermée des baptêmes à bord de sportives de toutes générations et de toutes puissances confondues. Un évènement dans un seul but caritatif, avec l’ensemble des recettes récoltées reversées à l’œuvre des Pupilles, une association qui vient en aide aux familles de sapeurs-pompiers, en deuil d’un parent décédé en mission.

La route en tout schuss
À cette noble cause, le Motor Sportive Day se démarque par son caractère unique, puisqu’il est l’un des seuls rassemblements à se dérouler sur une route fermée pour l’occasion. Une spécificité d’autant plus singulière, à l’heure où la voiture n’est plus vue du bon œil en France, notamment en ce 1er juillet 2018, date à laquelle la limitation à 80 km/h est entrée en vigueur sur les routes secondaires.

Le bandeau de bitume, défini entre Montchavin et Les Coches, se déroule sous les roues des soixante-trois voitures engagées pour cette édition. Deux choix se présentent aux passionnés venus s’offrir quelques sensations : acheter un baptême pour la somme de 30 euros, laissant le hasard de la file d’attente ouvrir les portes d’une auto, ou, plus régulièrement, faire un don de 60 euros afin de choisir la monture de ses rêves.

À cette occasion, nous avons eu le loisir d’embarquer à bord d’un véhicule, afin de prendre toute la mesure de l’évènement, depuis l’intérieur. Et c’est Olivier qui nous a embarqués dans sa Mitsubishi Lancer Evolution 9 frappée du numéro 15. Une monture qui, si elle n’est pas la plus prisée au milieu des autres supercars, se sent particulièrement à l’aise sur ce tracé montagneux, régulièrement lisse, mais parfois bosselé. Olivier nous a fait découvrir la route de cinq kilomètres aller/retour, composée au total de huit épingles. Des courbes sur lesquelles, dans des zones de sécurités bien balisées, se ruent un bon nombre de spectateurs acclamant les participants, donnant des airs de Tour de France à la virée en sportive.

Passion et sécurité
Certains habitués de l’évènement profitent des « S » fermés pour entrevoir la route par les portières, alors que d’autres, disposant d’une cavalerie impressionnante, comme les McLaren 720S ou Lamborghini Huracan Performante, profitent des lignes presque droites pour libérer les chevaux. Mais tous, comme Olivier au volant de son Evo 9, font preuve d’un coup de volant sportif, mais bienveillant et sécurisant, privilégiant le plaisir au frisson désagréable : preuve en est avec un historique sans un seul accident !

Outre les baptêmes, la commune des Coches offre aux visiteurs un village tourné vers la passion de l’automobile sportive. Plusieurs exposants ont fait le déplacement, à l’image de nos confrères de Motorsport Magazine ou d’Evo Magazine, alors qu’un salon de l’automobile éphémère permettait de découvrir de plus près les plus exotiques sportives. Mention particulière pour la présence de la Prato Orage, une supercar savoyarde de 900 ch, ainsi que la participation de Jaguar Land Rover, qui propose aux plus jeunes de découvrir la conduite avec le programme JLR Expérience 11-17 ans : en cette saison estivale, les ados passionnés ont pu mener, à côté d’un moniteur diplômé, un Range Rover Evoque Cabriolet sur un parcours tout-terrain.

Une édition sous le signe du cœur
Cette édition du 1er juillet 2018 a aussi été marquée par le témoignage de Jeannette Poisson, qui a perdu fin 2017 son fils David Poisson, membre de l’équipe de France de ski alpin et fidèle participant du Motor Sportive Day. Une lettre d’amour poignante et émouvante, signée par une minute de vrombissement des moteurs, en hommage au skieur parti trop tôt.

Au terme de cette édition 2018, l’organisation a accueilli près de 3 000 visiteurs et comptabilisé 294 baptêmes, permettant ainsi au Motor Sportive Day de reverser 9 000 euros à l’œuvre de Pupilles, portant ainsi à 64 958 euros de fonds reversés en huit éditions. La montagne a définitivement du cœur !

Soufyane Benhammouda

Votre avis nous intéresse sur :  Motor Sportive Day 2018 : la montagne a du coeur

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter