logo La revue auto

Rallycross premiere a pont de ruan 37

Pendant que Loeb et ses anciens amis en découdront sur les routes allemandes pour la manche teutonne du WRC, pendant que Vettel, Hamilton, Alonso et Cie tâteront du GB de Belgique à Spa, il est un petit village bien paisible de la Touraine qui, le temps d'un week end, sera livré aux glissades gourmandes des rois français de la glisse. Pour la première fois de son histoire, Pont-de-Ruan organise une manche du championnat de France de Rallycross. Une discipline qui a le vent en poupe.

Exterieur_Sport-Rallyecross-Pont-De-Ruan_0 Exterieur_Sport-Rallyecross-Pont-De-Ruan_1 Exterieur_Sport-Rallyecross-Pont-De-Ruan_2 Exterieur_Sport-Rallyecross-Pont-De-Ruan_3 Exterieur_Sport-Rallyecross-Pont-De-Ruan_4 Exterieur_Sport-Rallyecross-Pont-De-Ruan_5
Voir la galerie photo

En plein pays des châteaux de la Loire, dans cette Touraine bénie des dieux et des rois, une poignée de passionnés a réussi son pari : organiser une manche du championnat de France de Rallycross.

«Nous avons le soutien des municipalités et nous pouvons compter sur notre écurie qui compte plus de 130 bénévoles, note Anthony Meunier, pilote et organisateur de cette première édition en Touraine. Nous sommes donc bien armés. J’ai essayé de porter l’idée de l’organisation d’une manche de Rallycross, et tout le monde a suivi. Les premières courses sur ce circuit ont eu lieu au début des années 1970. Le Rallycross est donc une évolution logique pour notre tracé. Cette discipline prend de plus en plus d’essor, et de mon point de vue, il s'agit très clairement d'un sport d’avenir. »

Le Rallycross est une discipline très prisée dans l'Ouest de la France qui tarde pourtant à trouver d'autres espaces de prédilection mais qui, sans nul doute sera une des séries reines dans les années à venir. En témoigne l'extraordinaire événement qui se prépare à Lohéac les 31 août et 1er septembre avec la venue,à deux pas de Rennes, du championnat d'Europe avec en stars annoncées Sébastien Loeb, et Peter Solberg.

En guise de hors d’œuvre, c'est donc du côté de Pont-de-Ruan que s'en iront les flottilles de camping cars des passionnés du genre qui le temps d'un été s'offrent un tour d'Europe pour saluer leurs idoles. C'est donc de championnat e France dont il sera question entre Tours et Langeais à l'occasion de cette manche du championnat de France de la spécialité. Le plateau français est loin d'être des moins intéressants en Europe. Si jadis les Scandinaves possédaient à peu près tous les as de la discipline, les Français n'ont plus de complexe à avoir, en témoignent les belles prestations de David Jeanney au niveau continental. Jean-Luc Pailler fur même un incontestable champion d'Europe, il y a quelque temps maintenant.

Pour l'heure, en Touraine, nous retrouverons les supers cars (*1) françaises avec en leader solide le Savoyard Grosset-Janin. Il pilote une Clio 4X4 de plus de 550 cv qui démarre aussi fort qu'un Formule 1. Face à lui, il devra composer avec Hervé Knapick qui devra quand même veiller avec soin au devenir de sa DS3 4X4 qu'il confiera la semaine suivante à Sébastien Loeb.

Mais le plus rude adversaire du leader du championnat de France sera sans doute Fabien Pailler, l'un des fils de Jean-Luc, vainqueur à Kerlabo devant son père. Il a enfin fiabilisé le moteur de sa Peugeot 208.

Grosses bagarres aussi dans les autres catégories avec en particulier une rude empoignade en Super 1600 (*2), la catégorie sans doute la plus disputée de cette saison 2013. Adeline Sangnier (Citroën C2), la femme qui n'a surtout pas peur des pilotes masculins a de solides arguments à faire valoir face aux Dubourg (Clio), Olivier (Twingo RS), Chanoine (Dacia Sandero) ou Chartrain (Citroën C2). Le jeune Dorian Launay (Clio) aura sans doute à cœur de confirmer ses récentes sorties européennes. A ne pas manquer non plus les courses des Divisions 3 (*3)et Divisions 4 (*4) toujours propices à de très intéressants spectacles. La coupe Twingo sera aussi de la partie avec sans doute les stars de demain.

Pour s'y connaître en rallycross :quelques points du règlement

Définition succincte des différentes divisions
- 1 : Super Car : 4 roues motrices, homologuées groupe A ou Supertourisme, moteur turbo 2 litres ou 1600 cc. Plus de 500 cv
- 2 : Super 1600 : 2 roues avant motrices, homologuées groupe A, moteurs 1600 cc, Aux alentours de 220/230 cv
- Division 3 : Voiture à châssis tubulaire (comme les voiture du Trophée Andros) et quatre roues motrices. Ce sont des constructions originales qui sont quasiment aussi performantes que les Supercars.
- Division 4 : Voitures plus anciennes répondant à la réglementation F2000 de la FFSA.


Format des courses : Une séance d'essais chronométrés avec une superpole qui attribue des points au championnat, trois manches qualificatives. On prend les chronos, le plus vite marque 1 point, le deuxième 2 points, le troisième 3 etc... Seule l'addition des deux manches est comptabilisée pour composer trois finales. Les meilleurs en finale A, les ''un peu moins'' vite en B et les autres en C. Le vainqueur de la finale C va en B, le vainqueur de la B va en A. Le classement général se fait donc à l'issue de la finale A. Oui, je sais, c'est pas simple mais au départ c'est anglais alors tout s'explique. Une autre réglementation a vu le jour cette année à l'occasion du Monster FIA Rallycross Championship. Nous en reparlerons la semaine prochaine.