logo La revue auto

Un isuzu d max akoya pour le centenaire de la firme

L'année 2016 sera l'année de célébration du centième anniversaire d'ISUZU. Ce constructeur réputé à travers le monde pour ses camions et pick-up n'est autre que le plus ancien fabricant automobile japonais. Pour célébrer ce fait historique, Isuzu mettra en vente, tout au long de l'année, des séries spéciales pour marquer cet anniversaire. La première série spéciale, se dévoilera au salon de l'automobile de Bruxelles, il s'agit d'un D-Max Akoya.

Exterieur_Isuzu-D-Max-Akoya_2 Exterieur_Isuzu-D-Max-Akoya_3 Exterieur_Isuzu-D-Max-Akoya_4 Exterieur_Isuzu-D-Max-Akoya_5 Exterieur_Isuzu-D-Max-Akoya_7 Interieur_Isuzu-D-Max-Akoya_12
Voir la galerie photo

En proposer plus…

Le pick-up a le vent en poupe ! Pour preuve, Mitsubishi propose son nouveau L200 et Nissan vient de revoir en profondeur son Navara. D’ailleurs vous avez la possibilité de découvrir nos essais de ces deux machines à tout faire en cliquant sur les liens. De plus en plus civilisés, ces franchisseurs profitent de leur statut d’utilitaire pour ne pas être surtaxé. L’anniversaire d’ISUZU tombe à point nommé, puisqu’il permet de relancer l’intérêt du D-Max avec une série spéciale Akoya qui en propose plus.

Plus de « style » avec son coloris de carrosserie blanc nacré qui fait référence à son patronyme : Akoya qui signifie « perle » en japonais. Cette jolie robe blanche est mise en relief par des éléments de carrosserie noirs. Tout commence par des jantes de 19 pouces noires, des élargisseurs d'ailes noirs, des marchepieds latéraux noirs, des poignées de porte noires, des coques de rétroviseurs noires et un arceau noir. La face avant gagne également en caractère avec des éléments de bouclier et une calandre de radiateur noirs. Pour équilibrer l’ensemble, les optiques passent par la case LED pour offrir à ce D-Max Akoya une signature visuelle aussi bien à l’avant qu’à l’arrière.

Plus « d’atmosphère » dans un habitacle qui gagne en qualité avec un univers noir. Le conducteur prendra en main un volant garni d'un cuir à surpiqûres blanches, le même que celui qui recouvre les sièges. Et pour compléter le tout, un grand sigle Isuzu orne les sièges avant tandis que les tapis de sol mettent en avant le sigle Akoya.

Plus « d’équipements » avec un écran tactile GPS avec caméra de recul, un régulateur de vitesse, des sièges avant chauffants, une climatisation entièrement automatique, une commande audio au volant, des rétroviseurs à escamotage automatique, des vitres teintées et un éclairage Confort. Cet éclairage Confort permet d'illuminer l'environnement du véhicule lorsque celui-ci est verrouillé ou déverrouillé.

Toujours aussi costaud…

Si le D-Max Akoya a plus de style, d’atmosphère et d’équipements, il conserve ses prestations mécaniques. Son gros 4 cylindres diesel de 2,5 litres gavé d’air par un biturbo développe toujours 163 chevaux pour un couple de 400 NM. Avec sa transmission intégrale débrayable, ce D-Max Akoya est capable de tracter jusqu'à 3,5 tonnes et de charger dans sa benne l’équivalent d’une tonne de marchandises. L'acheteur d'un D-Max Akoya a le choix entre une boîte manuelle 6 vitesses et une transmission automatique à 5 rapports.

Le bon choix…

Si les prix français ne sont pas connus, nos voisins belges annoncent les tarifs. Le choix se portera sur 3 versions distinctes qui marquent leur différence via le bac de chargement. Le client peut ainsi faire son choix parmi les versions Design Box, Style Cover avec couvre-benne et arceau noir, ou Hardtop avec un bac qui est alors surmonté d'un toit.

Le prix du D-Max Akoya s’élève a 46 950 € (en Belgique) pour la version Design Box. La version Hardtop demande un supplément de 650 € alors que la version Style Cover coûte 1 000 € de plus (que la Design Box).