logo La revue auto

Le combat impitoyable de FORD contre FERRARI dans le film, LE MANS 66

Il y a des moments dans l’histoire automobile qui méritent d’être connus de tous. Le Mans 66 fait justement un focus sur ce qui a poussé le géant Ford à construire sa mythique GT40 et à conquérir les 24 heures du Mans en 1966.

Voir la galerie photo

L’histoire de LE MANS 66

Le film commence par la victoire de Shelby au Mans, suivie du diagnostic de sa maladie, avant d’avancer dans le temps jusqu’en 1963, lorsque Ford Motor Co., autrefois leader de l’industrie, est à la traîne sur le marché automobile derrière son concurrent General Motors. Lee Iacocca, responsable marketing, pense que si Ford veut attirer les jeunes qui cherchent à acheter leur première voiture, l’entreprise doit se concentrer sur la vitesse, et que si Ford gagne des courses automobiles, leurs voitures destinées au grand public deviendront d’autant plus attrayantes à leurs yeux. Comme aucune entreprise ne produit de voitures plus rapides ou séduisantes qu’Enzo Ferrari, l’acquisition du constructeur automobile européen semble être la solution. Ford envoie donc une délégation en Italie pour négocier le rachat du constructeur automobile, mais c’est un échec.



Furieux, le PDG de Ford, Henry Ford II alias «The Deuce», nomme immédiatement son bras droit, Leo Beebe, à la tête d’un nouveau département de voitures de course hightech, Ford Advanced Vehicles. Il le charge de construire une voiture qui battra Ferrari sur son terrain lors de «l’Everest» de la course d’endurance: les 24 Heures du Mans. L’équipe de FAV met alors au point la GT40 Mark I, mais sa première sortie en 1964 est un échec. Les trois modèles ne parviennent même pas à terminer la course. La Shelby Daytona Cobra Coupé se classe quatrième derrière 3 Ferrari. Un fait que Ford II ne manque pas de remarquer.



Henry Ford II engage alors Shelby pour développer, tester et finalement superviser l’ensemble du programme voué à la compétition automobile, mais le pilote d’essai principal de Shelby, Ken Miles, complique cette collaboration. Avec son franc-parler, ce dernier se fait rapidement un ennemi de Leo Beebe, et celui-ci va faire de son mieux pour manipuler Shelby et écarter Miles. Pourtant, en dépit d’obstacles insurmontables et d’une ingérence quasi ininterrompue de la direction, Shelby et son équipe qui comprend également l’ingénieur en chef Phil Remington et le jeune mécanicien britannique Charlie Agapiou fabriquent l’une des meilleures voitures de course jamais créées: la Ford GT40 MKII. Le véhicule a changé la perception de Ford et l’image de l’Amérique lorsqu’il a pris part à l’une des épreuves les plus célèbres de l’histoire, la course du Mans de 1966.


Les entrevues :

James Mangold : « LE MANS 66 relate quelques années de la vie de personnes en quête d’excellence, qui s’efforcent d’aller à l’encontre de la logique commerciale et du mode de pensée établis. C’est à mon sens un combat essentiel au XXIe siècle aux États-Unis car la prise de risque, l’audace et l’instinct qui ont été nécessaires pour inventer toutes ces choses qui font partie de notre quotidien et être ce que nous sommes, semblent aujourd’hui nous effrayer.»

Le producteur Peter Chernin : « Nous avons toujours pensé que ce film serait passionnant parce qu’il traite des conflits en coulisses et des choix de personnes passionnées, compétitives et déterminées, au moment où l’Amérique passait de l’optimisme de l’après-guerre, des années 1950 et du début des années 1960 au cynisme de la fin des années 1960 et des années 1970. C’est aussi une histoire d’outsider américain comme on les aime, pleine de nostalgie.»