logo La revue auto

Lightyear One : et si l’avenir de la voiture électrique était le solaire ?

Voilà une annonce originale. Lightyear a peut-être trouvé la véritable alternative à la voiture thermique. Bien sûr, il s’agit d’une voiture électrique, mais à la différence de la gabegie écologique des autos à batteries au lithium-ion, les ingénieurs de Lightyear sont passés à la voiture roulant à l’énergie solaire… description.

lightyear-one-et-si-l-avenir-de-la-voiture-electrique-etait-le-solaire_0 lightyear-one-et-si-l-avenir-de-la-voiture-electrique-etait-le-solaire_1 Exterieur_lightyear-one-et-si-l-avenir-de-la-voiture-electrique-etait-le-solaire_2 Exterieur_lightyear-one-et-si-l-avenir-de-la-voiture-electrique-etait-le-solaire_3 Exterieur_lightyear-one-et-si-l-avenir-de-la-voiture-electrique-etait-le-solaire_4 interieur_lightyear-one-et-si-l-avenir-de-la-voiture-electrique-etait-le-solaire_5

Lightyear vient de présenter la première voiture solaire au TheaterHangaar à Katwijk, aux Pays-Bas. Ce prototype a été dévoilé devant un panel ciblé d’investisseurs, de clients, de partenaires et de journalistes. Cette Lightyear One devrait entrer en production en 2021. Mais ne vous jetez pas sur le site de réservation car les 100 premiers modèles ont déjà trouvé preneur pour un montant de 119 000 €.

Lightyear One : du rêve à la production

« Ce moment représente une nouvelle ère automobile », a déclaré Lex Hoefsloot, CEO et cofondateur de Lightyear. « Deux années de rêve, de réflexion et de travail acharné ont permis de franchir cette étape importante qui constitue une grande avancée vers la réalisation de notre mission qui est de rendre la mobilité verte accessible à tous ».

C’est en 2016 que l’entreprise Lightyear est fondée par des membres de l’équipe Solar Team Eindhoven, après avoir gagné en 2013, 2015 et 2017 le Bridgestone World Solar Challenge. Depuis son lancement, Lightyear a reçu une succession de prix, de subventions et de soutiens de la part d’investisseurs majeurs.

« En seulement deux ans, nous avons réussi à développer un prototype fonctionnel de la première voiture solaire longue distance et avons déjà vendu plus d’une centaine de véhicules. La technologie qui permet au véhicule Lightyear One de fonctionner en fait l’un des véhicules les plus durables du marché, tout en offrant à l’utilisateur un confort de conduite optimal ».

Le véhicule Lightyear One a été conçu avec une perspective radicalement différente, Lox Hoefsloot ajoute à ce propos : « Notre expérience significative nous a permis de porter une attention particulière à l’optimisation de l’efficacité et de la sécurité de la voiture ».

  Ce n’est en partant de rien et en ne suivant que les lois de la physique que Lightyear One a été conçue minutieusement. Une voiture qui « puise le plus d’énergie possible de chaque rayon de soleil ».

Lightyear One, 725 km d’autonomie ?

« L’objectif principal de notre voiture est de combler les lacunes des voitures électriques. Les études ont montré que l’autonomie et le manque d’option de recharge sont les principales préoccupations des consommateurs qui envisagent de se procurer une voiture électrique », affirme Lox Hoefsloot.

« Nous résolvons ces problèmes grâce à ce que nous appelons l’ultra-efficacité. Cela se traduit d’une part par une autonomie exceptionnelle de 725km (WLTP), sur une batterie relativement petite et d’autre part, grâce au rechargement de la batterie grâce à l’énergie solaire. Le véhicule se charge directement grâce au soleil car sa consommation d’énergie est beaucoup plus faible, elle génère jusqu’à 20 000 km d’énergie par an. Le véhicule peut également se recharger plus rapidement qu’une voiture électrique classique à partir de n’importe quelle prise de courant. Il est possible de charger jusqu’à 400 km par nuit à partir de prises ordinaires (230V). »

- La voiture est construite à partir de matériaux high tech pour maintenir un faible poids, tout en garantissant la sécurité des passagers.
- Le véhicule Lightyear One est propulsé par quatre roues indépendantes pour optimiser la perte d’énergie au sein du circuit entre le moteur et la roue.
- Le toit ainsi que le capot sont composés de cinq mètres carrés de cellules photovoltaïques intégrées dans un verre de sécurité extrêmement solide (une personne de taille adulte pourrait marcher dessus sans causer de dommage).
- En plus de l’énergie solaire, la voiture peut être rechargée sur une station de recharge (rapide) ou sur une prise de courant normale.

Lors de la présentation du prototype, Lex Hoelsloot a souligné l’importance de cet évènement : « Le changement climatique est un des enjeux majeurs auxquels, nous, les humains, avons été confrontés dans notre histoire. L’évolution est tellement effrayante qu’elle en est presque paralysante. En tant qu’ingénieurs, nous pensions pouvoir faire quelque chose. Le véhicule Lightyear One est une vraie opportunité de changer la mobilité, de la meilleure des façons ». Lex Hoefsloot a aussi souligné que la nature a été une grande source d’inspiration. « Pendant des siècles, nous avons vécu en équilibre avec la nature. Grâce aux technologies actuelles, nous avons l’occasion de le faire à nouveau. En partant de zéro et utilisant les lois de la nature comme guide, elle devient notre meilleur allié dans le développement de designs ultra-efficaces. »

Selon Hoefsloot, ce n'est que le début : « Comme les nouvelles technologies ont un coût unitaire élevé, nous devons commencer dans un marché exclusif ; Lightyear One est la première voiture solaire longue distance et ses caractéristiques sont stupéfiantes. Les prochains modèles que nous prévoyons de développer auront un prix d'achat nettement inférieur. En outre, les futurs modèles seront fournis à des parcs automobiles autonomes et partagés, de sorte que le prix d'achat pourra être réparti entre un grand nombre d'utilisateurs. Combiné aux faibles coûts d'exploitation du véhicule, notre objectif est d'offrir une mobilité haut de gamme à un faible coût par kilomètre. Une troisième et dernière étape consistera à mettre sur le marché des voitures vraiment durables, plus abordables par rapport au cout de l’essence nécessaires pour conduire une voiture à combustion. Il s'agira de notre point de basculement le plus important, dans un avenir proche, il ouvrira la voie à un parc automobile durable à cent pour cent ».