logo La revue auto

Polestar, la marque Chinoise, fait la leçon aux Européens

Polestar, c’est la nouvelle marque dédiée aux voitures électriques de Geely. Comme elle est gérée par les Suédois, vous imaginez bien la prétention de ses dirigeants, qui aujourd’hui demandent à l'industrie automobile « de faire preuve de transparence en matière d'impact environnemental ». Un comble pour une marque de voiture électrique, lorsque l’on connaît le coût environnemental de ce genre d’engin. Bref… voici Thomas Ingenlath, PDG de Polestar, qui cherche à en imposer.

Exterieur_polestar-la-marque-chinoise-fait-la-lecon-aux-europeens_2
Voir la galerie photo

« Dans le passé, les constructeurs automobiles n'ont pas fait preuve d'une grande clarté vis-à-vis des consommateurs quant à l'impact environnemental de leurs produits », a déclaré Thomas Ingenlath, PDG de Polestar. « Cela n'est pas satisfaisant. Nous devons être honnêtes, même si cela peut ne pas être aisé. »

En utilisant sa propre analyse, car on est jamais aussi bien servi que par soi-même, Polestar a découvert que la nouvelle Polestar 2 sort de l'usine avec une empreinte carbone de 26 tonnes. Par rapport à une Volvo XC40 équipée d'un moteur à combustion à essence, qui induit 14 tonnes de CO2, la Polestar 2 a une empreinte plus importante en phase de fabrication. Principalement en raison du processus de production de la batterie qui consomme beaucoup d’énergie.

Jusque là, on comprend. Mais la suite est très drôle. Thomas Ingenlath, continue son exposé avec « Une fois que le VE parvient au client, s'il est chargé avec de l'énergie verte, les émissions supplémentaires de CO2 sont négligeables. Après 50 000 km de conduite, la voiture à carburant fossile surpasse le VE en termes d'émissions totales de CO2 ». C’est bien là le problème… L'énergie verte n’est pas encore une réalité sur le Vieux Continent. Seuls la Norvège et le Portugal disposent de cette électricité renouvelable du fait de leurs ressources géologiques.
Nous, nous devons avoir à faire avec le nucléaire.
Est-ce bien mieux que le pétrole ?

Thomas Ingenlath, continue son message tronqué avec « Les véhicules électriques ouvrent la voie vers la neutralité climatique et nous utiliserons les enseignements de ce rapport pour atteindre cet objectif. »

On vous laisse seul juge de la bonne leçon de gouvernance de cette marque chinoise tenue par un Suédois…