Bmw

Essai BMW X6 M : la reine de lÂ’Autobahn

Prenez un BMW X5, mélangez-le avec un coupé, puis insérez-lui sous le capot un moteur de supercar et vous obtiendrez le X6 M. Un mastodonte de presque de 2,3 tonnes capable de rouler à 280 km/h. Pour cette nouveauté, BMW m’a proposé d’en faire le test sur son terrain de prédilection : les autoroutes allemandes.

+ de photos Bmw X6M

Mon défi sera de réaliser un Frankfort/Stuttgart en moins d’une heure. Le problème, c’est qu’une langue de bitume rafistolée à la hâte par la DDE locale et longue de 203,8 km sépare ces deux villes.

Une question de valeur…

Certains disent que pour 149 410 euros, on n’a rien. Ils se trompent ! BMW propose son nouveau X6 M. Pour ce tout petit prix, à la portée de toutes les bourses, la firme de Munich vous donne accès à un engin capable d’accueillir très généreusement 4 passagers. Ils seront baignés dans un univers mélangeant le plastique moussé, le cuir à surpiqûre, l’aluminium et le carbone. Si l’envie vous dit d’écouter un opéra, le système HARMAN KARDON à 16 haut-parleurs et à la puissance de 600 watts, vous explosera les tympans avec l’une des plus parfaites restitutions sonores que j’ai pu entendre.

Lorsque je parle de son et de puissance, comment ne pas évoquer son moteur mélodieux ? Un 8 cylindres en V qui cube à 4.4 litres. Il respire généreusement grâce à ses deux turbocompresseurs et à son injection directe. Il a avalé, lors de notre essai, une moyenne de plus de 22 litres aux 100 km… C’est qu’une cavalerie de 575 chevaux et 750 Nm de couple, ça demande à boire !

Bien sûr, son plumage est à la hauteur de son ramage. Avant tout destiné à nos amis raffinés de la grande Russie, aux riches Chinois, aux émirs du Proche-Orient et aux maigrelets Nord Américains, notre X6 M fait dans la délicatesse. Tout commence par cette face avant horizontale qui met en avant le fameux double naseau BMW et ses nouvelles optiques full LEDs. Sous celui-ci, un bouclier qui semble vouloir aspirer tout ce qui passe devant lui fait office de pare-chocs. Le profil se montre sportif avec les petites jantes de 21 pouces chaussées en pneus de 325 mm de large. Enfin en poupe, la malle, qui pourra accueillir le sac de golf des gentlemen-propriétaires, sera soulignée par deux doubles sorties d’échappement.

La rage au ventre…

Bon j’arrête, mes simagrées. Un BMW X6 M, c’est violent ! Pour preuve, le 0 à 100 km/h est bouffé en 4,4 secondes. De quoi faire la nique à une Audi R8 V8 FSI. Mais ce qui m’intéresse, pour mon défi, c’est sa capacité à avaler du kilomètre à une vitesse moyenne de plus de 200 km/h. Une vitesse folle sous laquelle je ne pourrais réussir le challenge de BMW.



Il est 10 h 28, je me suis parfaitement installé dans le siège baquet. Le réservoir est plein. Lunette de soleil sur le nez, j’appuie sur le bouton « start ». Le V8 fait ses vocalises, et le drapeau à damier tombe à 10 h 30 précise.

Heureusement, pour sortir de la ville de Frankfort, je n’ai pris que 4’ 45’’ grâce au le GPS connecté qui trouve tout seul le meilleur chemin et évite les bouchons. La première portion d’autoroute est limitée à 120 km/h. Je continue à perdre du temps… Le chrono affiche déjà 10’ 23’’ lorsque enfin j’aperçois le fameux panneau rond, blanc, rayé de quatre bandes noires qui annonce la fin de la limitation de vitesse.

Je tape du pied droit ! La boîte de vitesses fait tomber 3 des 8 rapports qu’elle contient. Le V8 passe du ronron à un son strident et rageur. L’aiguille du compteur s’affole. En deux secondes, je grimpe de 120 à 160 km/h. Pas vraiment habitué à ces vitesses chez nous, il me faut un temps d’adaptation pour me dire que je ne suis pas un criminel chez nos voisins teutons. Je dois augmenter la cadence. 200, puis 220 ! Le problème c’est que ce n’est pas assez rapide. J’ai pris trop de retard, car cela fait plus d’un quart d’heure que je roule.

Aux grands maux, les grands remèdes. Cette fois, l’accélérateur est au plancher. 230, 250 la machine monte sans difficulté. J’ai la sensation, à son volant, de conduire une voiture 500 kg moins lourde qu'en réalité. C'est d'autant plus frappant que l'engin maîtrise sa tendance au roulis d'une façon vraiment impressionnante. 260, 268… 280 km/h. Le limiteur de vitesse entre en fonction. Il me semble que je remonte le temps ! La route devient comme floue à cette vitesse. Les autres usagers s’écartent prestement à la vue de notre colosse des routes plus rapide qu’un Rafale.

Stuttgart est à 3 km. Le panneau 120 limite à nouveau la vitesse et comme tous les conducteurs, je m'y contrains. J’arrive au lieu de rendez-vous, il est 11 h 28. Avec une moyenne de 210,827 km/h, je gagne mon défi et une médaille en chocolat… Chouette, j’avais besoin de sucre !

Alors, verdict ?

Eh bien, force est de reconnaître que ce gros 4x4 est capable de choses étonnantes, bien qu'il ne parvienne pas à cacher sa démesure outrancière. Prendre le volant d’un X6 M, c’est prendre en main tout le savoir-faire exceptionnel des ingénieurs BMW. Le X6 M est un engin à découvrir, étonnamment gratifiant à conduire, au point de pouvoir jouer avec talent une partie que l'on aurait crue perdue d’avance. En dehors du prix, son gros problème est qu’il faut être Allemand, pour pouvoir vraiment en avoir l'usage.

Note : 17/20

Bien vu :
– Une puissance d’avion de chasse
– Une supercar pour 4 personnes
– Une motricité sans faille
– Caméra 360°

À revoir :
– Accessible aux seuls nantis
– Un brin m’as-tu-vu
– Le prix des pneus

Place à notre traditionnel comparatif technique.

Le premier sera entre notre BMW X6 M et Mercedes ML 63 AMG

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai BMW X6 M : la reine de lÂ’Autobahn

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter