Peugeot

Essai Peugeot 208 GTI BPS et Renault Clio RS trophy : le match.

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, bienvenue?! Bienvenue sur le circuit de La Ferté-Gaucher pour ce match franco-français, opposant les deux stars de la catégorie poids plume. Dans le coin gauche, 3,96 mètres pour 1?160 kg, je vous demande un tonnerre d’applaudissements pour la Peugeot 208 GTI BPS et son coup préféré : le Torsen. Dans le coin droit, 4,06 mètres pour 1?204 kg de muscle, veuillez accueillir comme il se doit la Renault Clio RS Trophy et sa botte secrète : la boîte EDC.

+ de photos Peugeot 208 GTI BPS Renault Clio RS Trophy

Sur le papier, le match semble équilibré et les deux protagonistes sont bien affûtés. La Clio offre une puissance de 220 ch, légèrement supérieure à celle de la 208 qui en offre tout de même 208. Cette dernière se rattrape sur le couple, avec une valeur nominale de 300 Nm face au 260 Nm de la Clio. Les adversaires ne prendront pas non plus les devants grâce à leurs vitesses maximales ou à leurs prix, l’un comme l’autre étant trop proche pour faire la différence avec 235 km/h et 28 900 € pour Clio et 230 km/h et 29 200 € pour 208.

Les présentations sont faites, les duellistes se regardent d’un œil torve, prêts à en découdre pour remporter le titre de la meilleure bombinette.

Round 1 : le design

Coup bas d’entrée de la Clio RS Trophy qui énerve son adversaire en lui reprochant de se parer d’une couleur particulière pour cacher son physique disgracieux. Nous ne pouvons pas lui donner tout à fait tort, il est vrai que la face avant de la 208 GTI BPS pourvue de ses gros yeux globuleux n’est pas du plus bel effet. Cette dernière rétorque qu’au moins, elle, n’a pas une allure de mini-monospace et qu’elle est restée sur l’originelle version 3 portes. Ce n’est pas complètement faux non plus, mais nous avouons tout de même une préférence pour le style de la Clio, plus sobre, plus simple. C’est donc cette dernière qui remporte cette première manche.

Round 2 : l’habitacle

La 208 frappe fort dès le début, opposant aux plastiques cheap et brillants de la Clio un intérieur très sobre et simplifié à la qualité perçue bien supérieure. La Clio réplique avec ses très beaux sièges baquets, mais son adversaire lui oppose une qualité d’assise similaire et enfonce le clou avec son petit volant et des surpiqûres jusque sur la planche de bord. Les rôles s’inversent et la Renault, oubliant complètement sa sobriété extérieure, laisse échapper cette deuxième manche au profit de la Peugeot.

Round 3 : sur la route

La Peugeot 208 GTI la joue très ferme d’emblée, tant pis pour les vertèbres, nous sommes là pour voir du sport ! La Renault Clio Trophy, de son côté, semble plus civilisée et plus douce pour ses occupants. Pour autant, n’allez pas la croire gentille et confortable, il n’en est rien, elle est tout simplement moins ferme que la 208 et encaisse légèrement mieux les aspérités de la route.

La Peugeot tente une attaque avec ses 40 Nm de plus, lui permettant de rouler sur le couple lorsque la Trophy lui lance une attaque précise qui fait mouche. Le coup de la boîte EDC en usage urbain sonne la 208 qui titube sur ses jambes fatiguées par le maniement de l’embrayage.

C’est la fin de cette troisième reprise, qui voit la Clio retourner dans son coin en meilleure forme que son adversaire.

Round 4 : sur la piste

La Renault, ragaillardie par la manche précédente attaque à toute vitesse, bouge son train avant et son train arrière, mais ne semble pas totalement maîtriser ses mouvements. La boîte EDC qui avait fait tant de mal à la 208 GTI lors de la manche précédente ne paraît plus adaptée à la situation. Elle ralentit les relances par une certaine lenteur de réaction et l’empêche de reprendre au bon moment et de lancer une attaque percutante. Son train arrière mobile tente d’enrouler les virages autour du train avant, mais ce dernier manque d’efficacité.

C’est à ce moment que la 208 contre-attaque avec son Torsen. C’est incroyable toute la puissance qu’elle arrive à faire passer dans ce coup, guidant son train avant avec précision. Ce dernier permet au train arrière — tout aussi mobile que celui de son adversaire — d’enrouler ici sereinement, quelle que soit la courbe.

La Clio tente en vain de parer les coups et de se remettre dans le combat, mais la GTI lui inflige une correction jusque dans les freinages et la sonorité. Quelle démonstration de force de la lionne sur cette manche !

Verdict :

Nous avons assisté ce soir à un très beau match, avec des combattantes affûtées qui ont tout donné, marquant chacune des points. L’une comme l’autre ayant frôlé la victoire par KO, mais l’adversaire se relevant à chaque fois in extremis. Les juges donnent maintenant leur verdict… et c’est une victoire aux points, assez large, pour la Peugeot 208 GTI by Peugeot Sport. Cette dernière gagne sur une précision et un plaisir de conduite supérieurs à la Renault Clio RS Trophy, qui n’aura pas démérité, mais qui semble s’être fourvoyée dans certains choix techniques.

Retrouvez là nos articles complets pour la Clio RS Trophy et la Peugeot 208 GTI BPS.

Etienne Roville

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Peugeot 208 GTI BPS et Renault Clio RS trophy : le match.

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter