Renault

Essai Renault Talisman : Passat, prends garde ?

Renault remplace à la fois la Laguna et la Latitude avec une nouvelle berline statutaire tournée vers le haut de gamme, la Talisman. Un pari pour le constructeur français mais qui pourrait bien être tenu si l’on se fie à nos premières impressions au volant de la version ultra cossue 1.6 dCi 160 Initiale Paris.

+ de photos Renault Talisman Initiale Paris

Des quatre nouveaux modèles lancés par Renault en 2015, la Talisman n’est pas celle qui se vendra le mieux : ce créneau est réservé à la Mégane, sur le segment numéro 1 en Europe, celui des compactes. Ce n’est pas non plus celle qui séduira le plus : ce rôle est à priori réservé au Kadjar, qui marche déjà dans les pas très réussis de son petit frère le Captur. Ce n’est pas non plus le modèle le plus symbolique : ça, c’est pour l’Espace qui doit prouver que Renault a encore sa place sur le haut de gamme.

Mais la Talisman, c’est quand même le lancement le plus important de l’année. Car elle remplace deux modèles à la fois, la Laguna et la Latitude. Car elle doit permettre à Renault de relever un challenge presqu’impensable sur un créneau, celui des berlines, où le client va directement à l’originale (l’allemande type Passat) quand il ne préfère pas taper directement dans le premium (les BMW Série 3, Audi A4 et Mercedes Classe C, elles aussi allemandes). Surtout, ce n’est pas comme si la marque au losange n’avait pas eu le temps et les ingrédients pour mettre au point et peaufiner cette Talisman.

Les codes de la berline statutaire

A partir de la plateforme modulaire CMF C/D qui assure déjà les bases des modèles cités ci-dessus, Renault a décidé de concevoir une berline statutaire tricorps (tant pis pour le hayon si pratique de la Laguna et de nombreuses berlines historiques du losange) qui respecte les codes du segment : capot long, empattement allongé (2,80 mètres pour une longueur totale de 4,85 mètres), grandes roues, répartition 1/3 surfaces vitrées contre 2/3 surfaces tôlées pour évoquer la robustesse… Libre après aux designers de trouver de quoi se démarquer d’une Peugeot 508 ou d’une Volkswagen Passat.

Pour cela, ils ont doté la Talisman d’une façade qui affirme la présence de la berline sur la route : calandre chromée avec un logo hypertrophié au centre, signature lumineuse particulière avec des feux de jour à LED en forme de C autour des projecteurs, virgules chromées dans le bouclier autour des antibrouillards, etc. Sur les côtés, pas trop de plis de carrosserie mais un pavillon légèrement fuyant pour dynamiser l’ensemble et à l’arrière, un mini spoiler intégré dans la malle et des feux horizontaux qui viennent pointer sur le logo de la marque. C’est très réussi et ce n’est sans doute pas sur le plan esthétique que la Talisman fera parler ses détracteurs. Surtout en finition Initiale Paris, avec quelques éléments chromés supplémentaires sur la calandre et sur les ailes.

Le temps des innovations (motorisation hybride voire hybride rechargeable, version musclée) viendra plus tard. Pour le moment, il faut faire dans le rationnel avec des éléments forts repris de l’Espace comme le châssis 4Control à quatre roues directrices et le système multimédia R-Link 2 à grand écran vertical qui se manipule comme une tablette. Sous le capot, le dCi 110 chevaux fera le bonheur des flottes avec ses rejets de CO2 limités à 95 grammes/km et aucun bloc ne vous coûtera du malus : 115 grammes/km maxi en Diesel (dCi 130 et dCi 160) et 127 grammes/km maxi en essence (TCe 150 et TCe 200).

Un habitacle agréable et habitable

Il est temps de monter à bord de notre modèle d’essai, la Renault Talisman 1.6 dCi 160 Initiale Paris. Pas de doute, on est bien dans du haut de gamme, à défaut de pouvoir parler de premium. Le siège en cuir massant, chauffant et aéré se positionne pour m’accueillir, il se règle aux petits oignons, l’ergonomie du tableau de bord et des commandes semble excellente et surtout, la qualité perçue est de haute facture : matières souples sur la planche de bord, ajustements bien réalisés, etc. Dommage que des plastiques durs, notamment contre les genoux, viennent un peu ternir le tableau. Renault a eu la bonne idée d’oublier le tiroir de l’Espace au profit d’une boîte à gant classique, les rangements sont nombreux et l’habitabilité à l’arrière est excellente pour un adulte de taille normale. C’est un peu plus tendu pour mon copilote (Etienne, l’auteur des photos) mais il faut dire qu’il mesure presque 2 mètres de haut. Dernier point bonus : la contenance du coffre, 608 litres, c’est énorme. Mais point malus immédiat : la malle est très peu pratique pour charger. Heureusement, elle s’ouvre toute seule d’un mouvement de pied si vous avez les bras chargés lorsque vous arrivez près de la voiture.

Elle adore les virages

La première constatation au volant, c’est le confort du dos (merci les sièges) et celui des oreilles. En ville dans les bouchons ou sur autoroute à 130 km/h, le dCi 160 se montre très discret, on l’entend à peine. Il faut dire qu’en Initiale Paris, la Talisman est dotée d’un vitrage feuilleté spécifique. Ce qui permet de profiter de l’excellente installation hi-fi Bose 13 HP à bord. L’amortissement orienté « moelleux » peut être affiné avec les différents modes de conduite du Multi Sense. A notre avis, on ressent un peu trop de phénomène de pompage en mode Confort et il vaut donc mieux privilégier le mode Neutre ou le mode Sport, notamment ce dernier si vous attendez également un peu plus de pêche à l’accélération et un peu plus de réactivité de la part de la boîte EDC à 6 rapports (très douce au demeurant). De toute manière, un mode personnalisable vous permet de jouer sur tous les paramètres pour configurer la Talisman comme vous le souhaitez. Evitez juste les extrêmes (moteur et boîte Sport / amortissement Confort), c’est un peu trop déroutant.

Mais les sensations de conduite avec une Talisman Initiale Paris, c’est aussi ce que procure le châssis 4Control (obligatoirement lié à l’amortissement piloté, très bien, et aux jantes 19 pouces, moins bien). La berline braque très court en ville (les roues arrière tournent dans le sens contraire des roues avant) et enfile les virages sur route (les roues arrière tournent dans le même sens que les roues avant). Aucune sensation d’affaissement du train avant, de sous-virage ou de perte de stabilité n’est à signaler avec un tel système qui place la Talisman dans le haut du panier en termes de vivacité.

Dommage que ce mix réussi entre confort et vivacité soit gâché par les roues de 19 pouces qui ne laissent passer aucune saillie, aucune fêlure ni aucun défaut de revêtement sur la route. Certes, c’est bien pour la prestance de la voiture, mais cela nuit au plaisir de rouler. On n’a envie que d’une chose, redescendre en 18 ou 17 pouces (ce sera plus économique en plus). Seulement voilà, c’est impossible : le châssis 4Control est obligatoirement lié à ces jantes 19 pouces. Quel dommage ! Et elles sont certainement également liées à une consommation un peu élevée : entre 7,5 et 8 litres/100 km selon nos relevés.

Tout n’est pas parfait

On parlait des réglages du Multi Sense. Ils s’effectuent sur la tablette tactile 8,7 pouces placée en mode portrait du système R-Link 2. C’est très simple sur le papier, d’autant que l’écran est très réactif, un peu plus compliqué en réalité. Un temps d’apprentissage est nécessaire pour repérer où sont tous les réglages. Surtout, l’usage principal de cet écran restant la navigation GPS, on ne peut que regretter l’absence d’un bouton de retour direct à la carte. Il faut relancer la navigation en plusieurs touches pour la retrouver, alors qu’un raccourci direct est disponible pour l’affichage tête haute, qui sera tout de même paramétré moins souvent. Seule solution : se composer une page d’accueil personnalisée (qui dispose d’un bouton dédié) sur laquelle le GPS figure en bonne place. Dans le genre défaut d’ergonomie mal vu aussi, le fait que pour le régulateur/limiteur de vitesse, tous les boutons soient regroupés sur le volant sauf… ceux qui permettent d’enclencher l’une ou l’autre fonction. Ils sont déportés sur la console centrale, au pied de l’accoudoir, c’est très peu pratique !

Un petit mot pour terminer sur les aides à la conduite. Elles sont nombreuses (affichage tête haute, alerte d’angle mort, alerte de franchissement de voie, affichage des panneaux de signalisation, freinage automatique d’urgence, régulateur de vitesse adaptatif, etc.) et pas trop intrusives. Le système de stationnement semi-automatique est même capable non seulement de garer la voiture en créneau, en bataille et en épi, mais aussi de la faire sortir de son emplacement. Qui plus est, elles sont accessibles dès le second niveau de finition Zen et pour la plupart montées en série sur le niveau Intens. C’est un joli progrès chez Renault, qui rapproche la Talisman de la Passat et la fait devancer la 508. C’est juste que sur cette dernière, on aimerait piquer le 2.0 BlueHDi 180 pour le mettre à la place du dCi 160 un peu trop mollasson. Mais c’est déjà pas mal du tout !

Pour tout savoir sur les équipements de la Renault Talisman

Pour tout savoir sur les tarifs de la Renault Talisman

Conclusion

Ce premier contact avec la Renault Talisman (qui en appelle d’autres avec les motorisations essence et des finitions plus accessibles) est positif. La nouvelle berline du losange n’est pas loin de la Passat, c’est certain. Habitable, confortable, statutaire, bien équipée, agréable à conduire, elle cumule les bons points sur le plan général. Mais elle cumule aussi les petits défauts. Aucun d’entre eux n’est bien méchant mais c’est dommage de les trouver là, ils ternissent un peu le tableau. Reste à savoir ce qu’en dira la clientèle. Il faudra attendre l’été 2016 pour tirer un premier bilan.

Note globale
15/20

Indicateurs
Performance : 3,5
Tenue de route : 4,5
Habitabilité : 4
Consommation : 3
Prix : 3,5

Bien vu
- L’agilité du châssis 4Control
- L’insonorisation et l’impression de bien-être à bord
- L’équipement bien réparti à travers les finitions

A revoir
- Quelques petits défauts agaçants en ergonomie ou sur le R-Link 2
- Le manque de pêche de l’ensemble moteur/boîte
- Les regrets que laisse l’absence de hayon

Crédit photo
Etienne Rovillé pour La Revue Automobile

FICHE TECHNIQUE

Mécanique
Cylindrée : 1.6 L 4 cylindres en ligne
Puissance : 160 ch – 4000 tours/min
Couple : 380 Nm – 1750 tours/min
Transmission : aux roues avant 

Mesures
Longueur : 4,85 m
Largeur : 1,87 m
Hauteur : 1,46 m
Empattement : 2,80 m

Infos générales
Vitesse maxi : 215 km/h
0 à 100 km/h : 9,4 sec
Carburant : gazole
Poids à vide : 1 518 kilos
Consommation : 4.0/4.5/5.0 l/100
CO2 : 115 grammes/km (neutre)
Volume coffre : 608 L
Pneumatique : 245/40 R19
Prix : 41 000 €

 

Emmanuel Genty

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Renault Talisman : Passat, prends garde ?

image profil
Thierry
2015-11-07 17:27:54  

Quand je lis : "Habitable, confortable, statutaire, bien équipée, agréable à conduire" on se demande en quoi elle est moins bien qu'une Passat !
En effet à part dire qu'elle s'en rapproche vous ne dites pas en cours elle en diffère. Est-ce à cause de ses petits défauts? Cela revient t-il à dire que la Passat n'a pas de défauts ou que les défauts de la Passat sont encore plus mineur? On tend vers l'infiniment petit alors, bref elles se valent mais pour une berline il faut toujours dire qu'une allemande c'est mieux...

image profil
bernard
2016-02-17 17:51:11  

Bonne réflexion... le courage fait parfois peurrrrrrrrr.

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter