Opel

Opel Insignia Sports Tourer GSi : un super break, mais pas pour nous !

C’est au Salon de l’automobile de Francfort que la firme au Blitz présentera pour la première fois au grand public son Opel Insignia badgée GSi. La bonne nouvelle c’est qu’avec une filiation de plus de 33 ans, le constructeur ne fera pas l’impasse sur le diesel avec un moteur de 210 chevaux, l’essence y sera avec un 4 cylindres turbo de 260 chevaux et vous aurez le choix entre une silhouette de berline ou de break. La mauvaise c’est que pour l’instant, elles ne seront pas proposées en France.

Opel GSI, 33 ans de savoir-faire...

L’Insignia GSi s’inscrit dans une longue tradition de voitures sportives d’Opel ayant porté le sigle GSi. Les premières à susciter l’engouement ont été en 1984 la Manta GSi et la Kadett GSi (1,8 litre de 115 ch). Quatre ans plus tard, le moteur 2,0 litres 16 soupapes à double arbres à cames en tête (DOHC) faisait son apparition dans la Kadett 2.0 GSi 16V où il délivrait 150 ch.

La première Astra a également disposé de ce moteur, avant d’être rejointe en 1993 par une variante 1,8 litre 125 ch dans l’Astra GSi. Les différentes générations de Corsa ont aussi fait honneur à l’appellation GSi, en commençant par la Corsa A de 100 ch (1988), depuis devenue une young timer très recherché. La fin (provisoire !) de la série était représentée par la Corsa D sortie en août 2012.

Logo GSi d'Opel sur la nouvelle Insignia

Deux cœurs sportifs !

La première proposition d’Opel pour son Insignia GSi est un moteur de deux litres gavé d’air par un turbo. Il dispose d’une puissance de 260 chevaux pour un couple maxi de 400 Nm présent entre 2 500 et 4 000 tr/min (consommations officielles NEDC : urbaine 11,5 l/100 km, extra-urbaine 7,1 l/100 km, mixte 8,7 l/100 km, émissions spécifiques officielles en mixte 199 g/km de CO2). Il permet à l’Insignia GSi Sports Tourer de franchir le zéro à 100 km/h en 7,5 secondes et de pointer à 245 km/h.

Si la consommation de carburant est un facteur important pour votre portefeuille, Opel proposera également un tout nouveau moteur carburant au mazout. C’est ainsi que cette Opel Insignia GSi diesel BiTurbo dispose d’une cavalerie de 210 chevaux à 4 000 tr/min assortis d’un couple maxi de 480 Nm dès 1 500 tr/min. La GSi Sports Tourer BiTurbo passe ainsi de zéro à 100 km/h en seulement 7,9 secondes et atteint une vitesse maximale de 231 km/h (sur circuit).

Pour tenir au pavé !

Pour exploiter au mieux les performances des deux moteurs, l’Insignia GSi bénéficie d’un châssis particulier : des ressorts plus courts rabaissent le Sports Tourer de 10 millimètres et des amortisseurs spécifiques se chargent de réduire les mouvements de caisse au minium. Le châssis FlexRide proposé de série adapte les lois d’amortissement et le paramétrage de la direction en quelques fractions de seconde. Le système fait aussi varier en fonction de la situation de conduite rencontrée le calibrage de la pédale d’accélérateur et les points de passage de la boîte de vitesses automatique à huit rapports.

En fonction du mode sélectionné – Standard, Tour ou Sport – la réponse de la pédale d’accélérateur et de la direction peut se montrer plus douce (Tour) ou encore plus directe pour une expérience au volant encore plus jubilatoire (Sport). La GSi dispose aussi d’un mode exclusif, « Compétition », que l’on peut activer par le bouton gérant l’ESP. Une double pression permet aux conducteurs aguerris d’autoriser plus de dérive en désactivant l’antipatinage. Si le pilote de l’Insignia GSi veut prendre totalement la main, il peut gérer le passage des rapports de la boîte automatique à huit vitesses montée de série grâce aux palettes disposées au volant.

Pour bénéficier d’une exceptionnelle puissance de décélération à des vitesses élevées, les ingénieurs l’ont dotée de puissants freins Brembo à quatre pistons (345 millimètres de diamètre).

puissance Opel Insignia GSi

Liaison dangereuse ?

Le Twinster c’est le système de transmission intégrale à vecteur de couple opté par les ingénieurs. Déjà vu sur la nouvelle Ford Focus RS, ce système à double embrayage remplace avantageusement le classique différentiel de l’essieu arrière. Il a la particularité de répartir précisément la puissance à chacune des roues. De quoi suivre parfaitement la trajectoire en limitant le sous-virage qui est pratiquement banni.

Mais ceci ne pourrait se faire sans une monte pneumatique capable d’affronter ses conditions extrêmes. C’est pourquoi, l’Insignia GSi Sports Tourer est monté de série avec de généreuses jantes de 20 pouces chaussées des très performants Michelin Pilot Sport 4 S.

Vous êtes convaincu ?

Alors passez votre chemin, car pour l’instant Opel France a décidé de ne pas la proposer au catalogue. Il faudra passer chez un distributeur teuton ou bien encore belge pour en passer commande. Pour la douloureuse, la firme attend sa présentation à Francfort pour dévoiler les prix.

Gentleman Racer

Votre avis nous intéresse sur :  Opel Insignia Sports Tourer GSi : un super break, mais pas pour nous !

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter