Vous pouvez écouter cet article :

Essai Opel Grandland GSe : l'efficacité se paie…

En fin d’année 2022, Opel a fait renaître de ses cendres son légendaire label sportif « Grand Sport Injection ». Un GSi qui, outre-Rhin, était connu sous le doux et mélodieux nom de « Grand Sport Einspritzung ». 2023 sera donc l’année du grand retour de GSe, mais, cette fois, les modèles du blitz portant ce patronyme seront des versions usant de la fée électricité.
La nouvelle génération de Grandland profite donc de ce nouvel élan sportif de la marque pour s’essayer dans le segment des SUV compacts sportifs hybrides.

Voir la galerie photo

Sobriété, où es-tu ?

Le style épuré du Grandland de grande série est pour le moins bouleversé avec cette version GSe. Si les stylistes ne l’affublent pas d’extensions de carrosserie ou d’un aileron proéminent, le choix du bicolore est une option très originale. Il singe les voitures de rallye des années 60 et 70, auxquelles on avait peint en noir le capot moteur pour éviter d’aveugler les pilotes avec les rayons du soleil.
L’autre appendice esthétique de ce Grandland GSe est sans nul doute ses superbes jantes. Elles sont en alliage léger et mesurent 19 pouces. Elles s’inspirent des roues du concept Manta GSe. En poupe, le travail est discret avec un diffuseur arrière spécifique et un emblème GSe sur le hayon. De face, ce Grandland GSe reprend l’Opel Vizor, signature avant caractéristique de la marque, mais il est encore renforcé par les attributs particuliers de la gamme GSe.

À l’intérieur, les sièges avant Performance sont joliment dessinés et garnis d’Alcantara. Le conducteur a droit à un volant sport et à des compteurs digitaux sur un écran de 12 pouces. D’ailleurs, il n’est pas très personnalisable, c’est dommage. Mais à défaut, il est lisible. Le second écran trône au centre de la planche de bord. Il pilote le multimédia qui s’accommode si besoin d’Android Auto ou Apple CarPlay.


Image de l'article


Grandland et le « Grand Sport Electric ».

GSe est donc une nouvelle finition sportive, haut de gamme et électrique chez Opel. Mais ce Grandland n’est pas un SUV 100 % électrique. Il se « contente » du groupe motopropulseur hybride rechargeable et de 4 roues motrices du groupe Stellantis.

Il associe la puissance d’un 4 cylindres turbo essence de 1,6 l de 200 chevaux à celle de 2 moteurs électriques. Pour être plus précis, il y a un rotor sur chaque train roulant. Celui placé sur l’essieu avant délivre 110 chevaux, celui sur l’essieu arrière, 113 chevaux. La puissance du système peut ainsi atteindre 300 pur-sang. Pour alimenter les 2 blocs électriques, les ingénieurs ont placé dans le soubassement du SUV une batterie lithium-ion de 14,6 kWh. Une capacité énergétique qui nous a permis de rouler sur presque 50 km sans consommer une goutte d’essence. C’est la raison pour laquelle ce Grandland GSe a été homologué à 63 km, et même 1,2 l/100 km, soit 27 g/km de CO2 (norme WLTP). Mais pour arriver à ce chiffre, il faudra s’imposer une recharge régulière et limiter sa vitesse à moins de 135 km/h, qui est la vitesse maximum du système électrique.

Cela étant dit, si les 300 chevaux de la horde ne sont pas si sauvages en sensation, les performances sont bien là. Le compteur de vitesse s’excite à vitesse grand V lorsque l’on actionne le mode « Sport » et que l’on écrase la pédale de droite. D’ailleurs, les chronos officiels sont bien là pour le prouver, avec un 0 à 100 km/h en seulement 6,1 secondes et une vitesse de pointe de 235 km/h.


Image de l'article


GSe : puissance et maîtrise

Dès les premiers tours de roue, on comprend que ce Grandland GSe n’est pas un Grandland comme les autres. Les sièges sport sont fermes. Trop d’ailleurs. Les suspensions sont plus dures que du bois. Et la tenue de route à haute vitesse est imperturbable.

Ce comportement, digne d’une grosse sportive allemande, vient d’un calibrage excessif des suspensions. Ici, les concepteurs nous proposent des jambes de force, type McPherson, à l’avant et un essieu multibras à l’arrière. Les ressorts et les amortisseurs sont plus fermes. Ils bénéficient de la technologie KONI FSD. FSD pour Frequency Selective Damping.

Si cela ne vous dit rien, l’ingénieur en chef du système me confia lors d’une interview qu’ils « offrent des lois d’amortissement différenciées. Ce qui profite tant à la tenue de route qu’à la direction, devenant plus tranchante. En conséquence, le Grandland GSe répond immédiatement et de manière prévisible à chaque action du conducteur tout en limitant le roulis. […] C’est la stabilité typique qu’Opel veut offrir à ses clients sur Autobahn. »

Ce qui est certain, c’est que sur nos routes d’essai en montagne, le Grandland GSe est stupéfiant de vélocité. Il ne bouge pas d’un iota en courbe et le freinage est franchement rassurant. Par contre, en ville, c’est un enfer. Chaque déformation de la chaussée remonte directement dans votre bassin. Les lombaires ne sont pas épargnées par les pavés et le popotin s’affaissera lors des longs trajets.

Conclusion:

Pour ce premier tour d’essai, ce Grandland GSe s’est avéré être un sportif dans l’âme. Son comportement routier est de haut niveau. C’est simple, je me suis cru à bord d’une compacte GTI sur les routes virevoltantes des collines de mon parcours routier. Attention, cette efficacité se paie cher, avec un confort totalement dégradé.

Si Opel vous demandera un minimum de 59 700 € pour en devenir propriétaire, sachez qu’il pourra vous faire réaliser des économies.
Comment ?
Premièrement en l’utilisant quotidiennement en version 100 % électrique. Avec son autonomie réelle d’une cinquantaine de kilomètres, il peut vous permettre, comme plus de 80 % des Français, de ne pas consommer une goutte d’essence pour vos trajets quotidiens et de vous contenter d’électrons. Des électrons qui, de préférence, proviendront de votre habitation et du prix conventionné par EDF. Dans ce cas, vos 50 km électriques devraient vous coûter aux alentours de 2 €. Cerise sur le capot, comme il est un hybride rechargeable, Grandland GSe n’est pas soumis au malus.


Performance


Performance
3 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
3 / 5
Consomation
4 / 5
Prix
3 / 5
Confort
2 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • + Look très sportif
  • + 4 roues motrices
  • + Tenue de route de GTI
  • + Moteur hybride de 300 chevaux...
  • - ... mais avare en sensations
  • - Difficile à rentabiliser

les autres actualités sur Opel

Après la nouvelle Peugeot 3008, c'est désormais au tour d'Opel et de son modèle Grandland de bénéficier de la nouvelle plateforme technique du grou... Voir plus

Opel, où la simplicité est érigée en véritable art de vivre, nous présente aujourd'hui, sa nouvelle gamme Grandland. Si le catalogue s'est simplifi... Voir plus

Dans sa quête vers l'électrification complète, Opel franchit un pas de géant en annonçant que le successeur du SUV urbain Opel Crossland sera égale... Voir plus

Eisenach, Allemagne – Stellantis se la joue « vert électrique » avec un investissement de plus de 130 millions d’euros dans son usine d’Eisenach, e... Voir plus

Opel relance son blason GSe avec la dernière génération d’Astra et son SUV compact, le Grandland. Mais si la berline se contente de 225 canassons, le ... Voir plus

On le sait depuis quelques dizaines de jours. Opel lance un label sportif électrisé dans sa gamme. Après les Astra GSe et Astra Sports Tourer GSe, ... Voir plus

nos annonces

Voir plus de galerie photo Opel

Nos dernières actus

Comparatif

Voiture n°1
Voiture n°2

Actus les plus vues

Hashtags

0 Milano Elettrica 0 Alfa Milano 0 Veloce Q4 0 Alfa Romeo Milano 0 Milano 9 BYD SEAL