Bmw

Essai BMW 320d Modern : la berline incarn?

Si sa vocation familiale ne saute pas aux yeux, la Bmw Série 3 incarne parfaitement le plaisir de conduire si cher à la marque munichoise. Au volant de la 320d et de son moteur 184 chevaux, nous avons pu vérifier lors de notre essai ses indéniables qualités routières mais aussi le savoir-faire de la marque en matière de confort, d’élégance et de modernité. Par contre, il faut pouvoir se la payer.

+ de photos Bmw 320d

La 320d, incarnation d’une Bmw moderne

Elle a fière allure notre Bmw 320d dans sa robe Bleu Impérial agrémentée des touches chromées exclusives de la finition Modern à laquelle nous avons eu droit. Cette « petite Série 5 » place tout au bout d’un long capot une calandre effilée où le double haricot rejoint désormais les projecteurs, ronds comme il se doit pour une voiture de Munich. Telle est désormais la signature visuelle d’une Bmw et la Série 3 l’incarne parfaitement. Les jantes 18 pouces optionnelles (17 pouces en standard) contribuent à donner encore plus d’allure à cette berline de 4,62 mètres de long.

A l’intérieur, où l’on pénètre sans sortir la clé de sa poche, on est accueilli chaleureusement par une sellerie cuir et une planche de bord où se mêlent plastiques moussés et inserts décoratifs en bois, soulignés d’aluminium. La finition est à la hauteur de la réputation de la marque et même si certains trouveront cela un peu austère, on apprécie le sérieux sous-tendu par une telle présentation. Légèrement orienté vers le conducteur, le petit levier de vitesse de la boîte automatique 8 rapports tombe parfaitement sous la main. Quelques rangements permettent de se vider les poches, on branche la clé USB contenant la musique prévue pour le voyage, on positionne le smartphone dans son emplacement de recharge et nous voilà fin prêts pour le départ.

Le plaisir de conduire est là…

Avec 184 chevaux (bientôt 190 !), le moteur 4 cylindres de la 320d ne rechigne pas à la tâche lorsqu’il s’agit de pousser sur l’accélérateur. D’autant que la boite se montre très réactive, particulièrement en mode Sport. Parfait pour doubler, s’insérer dans une file, s’extirper rapidement d’une enfilade de virages, mais aussi en ville tant le couple est disponible dès les bas régimes (380 Nm à partir de 1 750 tours/min). La direction est consistante et on a vite fait de se prendre au jeu, en oubliant totalement qu’on a affaire à une traditionnelle propulsion.

Si le châssis est équilibré, l’amortissement est parfois un peu lâche. On ne sent rien sur l’autoroute, d’autant que les bruits venant du moteur et de l’extérieur sont parfaitement filtrés, mais ça secoue un peu plus sur des petites routes au revêtement pas vraiment impeccable. Les jantes de 18 pouces se font sentir également dès que l’on passe sur un malheureux nid de poule, mais globalement, le compromis entre dynamisme et confort a été bien trouvé et la 320d est une vraie routière qu’on a plaisir à prendre en main.

…avec une consommation maîtrisée

Le 4 cylindres 184 chevaux de la Bmw 320d est donné pour 4,4 litres/100 km, un chiffre normé qu’il est à priori impossible d’atteindre en conduite réelle. Pourtant, il y a moyen l’approcher de près. En effet, sur près de 1 000 km d’essai avec de belles plages où nous avons bien joué de l’accélérateur, nous nous sommes contenté de 6.0 litres/100 km. Un résultat très honorable voire impressionnant, qu’il est possible d’optimiser, notamment avec le mode Eco Pro qui optimise la récupération d’énergie. De même, sur autoroute à 130 au régulateur, on cruise aux alentours de 5.0 litres/100 km. Bref, pas la peine de choisir la version EfficientDynamics 163 ch de la 320d, cette version 184 ch fait aussi bien ou presque, mais sans compromis.

La 320d, pour les cadres ou les papas ?

Sûr que comme voiture de fonction voire de direction, cette Bmw 320d a de l’allure et de la prestance. Mais si le cadre qui l’utilise est aussi un papa, a-t-elle des arguments pour le séduire ? Quelques-uns car deux bambins voire deux jeunes ados disposent désormais d’un bon espace à l’arrière et qu’avec 480 litres, le coffre est dans la bonne moyenne de la catégorie des berlines familiales. Sans compter la banquette arrière rabattable en trois parties et qui forme un plancher plat s’il faut charger un supplément de bagages.

Mais les habitués des monospaces compacts ou des modèles à hayon regretteront la faible hauteur de chargement de la malle, le manque d’espaces de rangement à l’intérieur, l’absence d’option DVD pour le divertissement, la toute petite plage arrière et d’autres petits détails qui plaisent à la fois aux enfants et à leurs parents. A ceux-là, nous leur conseillons de se tourner vers la toute récente Série 2 Active Tourer, qui correspondra plus à leurs besoins.

Une voiture de technophiles…

Alors là, les fans de technologie embarquée seront comblés. La 320d, tout du moins notre modèle d’essai bardé d’options, intègre tout ce qu’il faut pour commencer à se croire dans la voiture de demain. A commencer par l’affichage tête haute très complet et le Pack ConnectedDrive qui propose même un service conciergerie. Toutes les fonctions se pilotent à la molette de sélection (classique), à la voix (efficace) et même du bout des doigts via un pavé tactile. Ça c’est vraiment bluffant !

Les manœuvres sont sécurisés grâce à l’éclairage dynamique au Xénon mais aussi grâce au Surround View, c’est-à-dire une caméra 360° qui vous permet de voir en temps réel tous les abords de la voiture. Si on ajoute le Pack Safety avec avertisseur de franchissement de ligne et freinage d’urgence semi-automatique, on peut voyager tranquille en toute sécurité.

…qui se paye

Bon, c’est inévitable, il faut bien passer à la douloureuse. Et c’est là que ça fait mal. Car si la gamme Bmw Série 3 débute à 30 000 euros, il faut compter 36 700 euros pour la 320d de base. Quant au modèle que nous avons essayé, un petit tour sur le configurateur Bmw nous apprend qu’elle vaut tout de même 54 400 euros. Le prix du plaisir.

Note : 16/20

Bien vu
- Ligne et élégance
- Agrément et plaisir de conduite
- Sobriété
- Finition, dotation technologique

A revoir
- Tarifs salés
- Commandes un peu compliquées au début
- Vocation familiale un peu oubliée

 

Plus de contenu : Bmw Série 3 320d Berline
Emmanuel Genty

Votre avis nous intéresse sur :  Essai BMW 320d Modern : la berline incarn?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter