Bmw

Essai BMW S?

La guerre fratricide pour conquérir le trône de la meilleure limousine au monde vient de prendre un nouveau virage chez nos cousins teutons. Après Audi et son A8, Mercedes et sa Classe S, c’est au tour de BMW de présenter sa nouvelle Série 7. Alors que la Mercedes avait placé sa limousine au firmament de la technologie, BMW va encore plus loin avec une Série 7 qui flirte avec la voiture autonome.

+ de photos Bmw 730d 2015

Élégance…

Elle semble bien loin, la polémique du style de Chris Bangle. Aujourd’hui, cette nouvelle Série 7 délaisse les lignes massives pour se montrer beaucoup plus « BMW ». De face, on retrouve les naseaux et les feux effilés, alors que la poupe s’élargit avec des traits horizontaux. Le profil est des plus dynamique. Il est proche, dans l’esprit, d’une Série 6 Gran Coupé sans pour autant abandonner son statut de limousine très haut de gamme.

Tout comme la précédente génération, elle est disponible en deux longueurs et dans les deux cas, elle se révèle harmonieuse. La version « longue » échappe avec brio à l’aspect souvent un peu maladroit de la porte arrière rallongée, et il faudra un coup d’œil exercé (ou une comparaison directe des deux versions) pour distinguer le châssis long du court.

prise en photo de la nouvelle BMW Série 7

Tenir le cap…

Avec une longueur de paquebot pouvant aller jusqu’à 5,24 mètres, « il est impossible de faire une limousine avec des velléités sportives », me direz-vous. Pour parer aux lois de la physique, le constructeur de Munich a développé des technologies hors du commun.

Tout commence par la technologie CFRP, déjà utilisée sur ses modèles « i ». Cette méthode de construction mélange de la fibre de carbone, du plastique et de l’acier renforcé. De quoi revendiquer une perte de poids pouvant atteindre jusqu’à 130 kg.

La Série 7 est livrée avec une suspension pneumatique et des amortisseurs pilotés électroniquement qui adaptent la hauteur de la voiture selon la charge, y compris à l’arrêt. À vitesse plus élevée, la suspension est rabaissée de 10 mm et à vitesse plus réduite, elle peut alors se voir relevée de 20 mm.

Enfin, le système à 4 roues motrices maison, xDrive, reçoit le renfort d’un mode à quatre roues directrices. De quoi la rendre très agile en ville avec un rayon de braquage court et très dynamique sur routes avec des roues arrière qui suivent l’angle de la courbe.

L’accastillage...

L’habitacle, on s’en doute, concentre des sommets de raffinement dans le choix et l’ajustement des matériaux, tout en cumulant ce qui se fait de mieux en matière d’équipements. Par exemple, le nouveau système de commande iDrive évolue. Outre la classique molette de commande, BMW utilise enfin un écran tactile pour gérer toutes les fonctions. À ceci se rajoute une « langue des signes ». En effet, via un capteur de mouvement placé juste au-dessus de la boîte de vitesses, les passagers avant peuvent piloter le système par des gestes de la main. Ainsi, vous pourrez, par exemple, adapter le volume sonore et prendre ou refuser un appel téléphonique. Donc, si vous voyez un propriétaire de nouvelle Série 7 brusquement agiter sa main, dans un embouteillage, ce n’est pas qu’il devient fou, mais simplement qu’il change de station radio.

L’armada technologique…

La voiture autonome, tout le monde en parle, mais c’est presque ce que nous présente BMW avec sa nouvelle Série 7. Par exemple, la clé à écran tactile est capable de commander à distance l’auto. Le remote control parking permet d’extraire ou d’introduire automatiquement sa BM dans une place de parking sans être assis derrière le volant.

La lumière laser BMW inaugurée par la i8 est une autre nouveauté dans le segment. Elle comprend la fonction BMW Selective Beam qui matérialise des feux de route anti-éblouissement. Sur la nouvelle BMW Série 7, elle est proposée en alternative aux phares tout LEDs de série. Les phares laser produisent une lumière particulièrement blanche et claire, en outre, ils doublent la portée du faisceau par rapport aux phares au xénon et à LED si bien que les feux de route portent sur 600 mètres.

Un yacht de luxe…

L’option Executive Lounge Seating joue dans une classe à part. L’option amplifie le confort de la place située derrière le siège du passager avant qui peut être avancé de 90 mm supplémentaires et qui intègre dans son dossier un repose-pieds qui sort grâce à une commande électrique. Le passager arrière peut ainsi adopter une position particulièrement relaxante puisque le dossier de son siège peut être fortement incliné à l’horizontale.

La console arrière abrite une tablette escamotable à commande tactile. Cette tablette numérique de 7 pouces, amovible et d’origine Samsung permet de piloter les fonctions d’infodivertissement et de confort proposées aux passagers arrière. Elle peut servir de console de jeux, lecteur de fichiers audio et vidéo ou permettre de surfer sur Internet.

Les versions longues peuvent aussi bénéficier du toit de verre panoramique Sky Lounge. La lumière produite de nuit par des modules à LED logés sur les côtés est diffusée de manière homogène dans la surface vitrée où elle accroche un graphique imprimé, créant ainsi un dessin magique simulant un ciel étoilé.

Virer de bord…

Prenant le volant de la BMW 750Li xDrive, je découvre le nouveau huit cylindres, d’une puissance de 450 chevaux, associé à la toute dernière mouture de la transmission intégrale xDrive. D’une rondeur exceptionnelle, il permet d’avancer sur un filet de gaz. Pourtant, lorsque j’appuie sur la pédale de droite, la cavalerie se met à rugir et catapulte le vaisseau à des vitesses folles. En même temps avec un couple de 650 Nm à partir de 1 800 tr/min pour un 0 à 100 km/h en 4,5 secondes, comment pouvait-il en être autrement ? À tel point que la limousine est capable de tenir tête à presque toutes les GT du marché. Le plus impressionnant est qu’à son volant, elle nous semble être aussi vive et réactive qu’un modèle nettement plus petit. Pour ce qui concerne le confort, BMW restait encore en dessous de la concurrence. Mais grâce à l’intégration des suspensions pilotées, ce constat n’appartient plus qu’au passé. Car après avoir expérimenté le mode « Comfort Plus », je peux vous le dire : la Série 7 devient une référence !

Au bout du chemin !

BMW prend la tête du segment, en détrônant la reine mère, la Mercedes Classe S. Car en plus d’offrir un confort de haute voltige, cette nouvelle Série 7 s’affranchit des lois de la nature en proposant une limousine capable de performances routières dignes d’une « grand tourisme ». Enfin, si on peut regretter un manque d’audace dans l’évolution stylistique, on se rappelle que la clientèle traditionnelle de ce genre d’engins préfère justement les valeurs sûres. Question tarifs, BMW propose une entrée de gamme à 86 500 € pour un 730d et fait grimper l’addition à 126 500 € pour la 750Li xDrive Exclusive. La seule et vraie interrogation que le propriétaire doit avoir est de savoir quelle est la meilleure place : derrière le volant ou en passager ?
Note : 17/20

Bien vu :
- Tenue de route
- Performances du moteur
- Confort digne d’un jet privé

À revoir :
- Les tarifs
- Lignes trop sages ?

Photos : Julien Fautrat

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai BMW S?

image profil
jmg
2015-11-09 21:06:02  

Détrôner la Classe S??? Une Mercedes n'est pas une BMW et inversement... Les clients qui achètent ces véhicules ne s'y trompent pas, alors vos affirmations de journalistes médiocres n'ont pas lieu d'être ici. Je vous suggère de vous concentrer sur des modèles plus à votre portée.

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter