Citroen

Essai Citroën C3 Aircross : des gènes de Picasso

Malgré un C4 Cactus plutôt réussi, Citroën demeurait très discret sur le marché très florissant des crossovers de toutes tailles. C’est désormais une époque révolue tant la marque se fait offensive sur ce terrain, au point de transformer sa C3 en semi-baroudeur, mais également de présenter coup sur coup les C5 et C3 Aircross. C’est cette dernière que je vous emmène essayer sur les routes et chemins corses.

+ de photos Citroen C3 Aircross PureTech 110

C’est à l’aéroport d’Ajaccio que je choisis mon modèle d’essai. De choix, c’est bien de cela qu’il s’agit, car Citroën propose 90 combinaisons de couleurs. Le choix porte parmi 8 couleurs de caisse, 4 teintes de toit et 4 « packs color ». Bien entendu, la marque aux chevrons ne nous les propose pas toutes aujourd’hui, mais il y a néanmoins du choix. Je jette mon dévolu sur un gris clair (Cosmic Silver) classique, mais contrasté d’un toit noir Ink Black et surtout du « pack color » orange. Ce dernier habille les barres de toit, les rétroviseurs extérieurs, les centres des jantes en alliage, les cerclages de feux à l’avant et ajoute des stickers sur les custodes.

Malgré son gris clair, elle n’est plus tellement classique, ma C3 Aircross, et quand bien même la couleur le serait, ce n’est pas le cas du design. Des termes tels que sympathique, joyeuse et autres qualificatifs se bousculent lorsque nous la regardons. À l’avant, sa bouille toute en rondeurs et ses belles joues paraissent enfantines. Néanmoins, malgré son air badin elle apporte du sérieux avec des sabots de protection avant et arrière à l’aspect costaud ainsi qu’une garde au sol élevée de 17,5 cm. Visuellement, le SUV urbain semble plus grand qu’il ne l’est en vérité. Ses dimensions sont proches de celles du C4 Cactus avec une longueur de 4,15 mètres et une largeur de 1,76 mètre. Il est toutefois nettement plus haut, culminant à 1,64 mètre, le laissant ainsi exprimer ses gènes de Picasso, notamment dans l’habitacle.

Monospace, es-tu là ?

Petit passage obligatoire par le coffre, pour y mettre mes affaires certes, mais surtout parce qu’il nous a été vanté lors de la conférence de presse. Citroën ne s’est pas moqué de nous en proposant tout simplement l’un des plus grands volumes de chargement de la catégorie avec au minimum 410 litres. Si vous avez coché l’option « banquette coulissante en deux parties », ce volume s’étend jusqu’à 520 litres et enfin jusqu’à 1 289 litres une fois ladite banquette rabattue. Mieux encore, le siège passager à l’avant peut également se rabattre pour offrir un chargement de 2,40 mètres.
Coffre Citroen C3 Aircross
À l’instar de la C3, l’Aircross propose différentes ambiances intérieures pour des prix toujours aussi attractifs. Mon exemplaire est paré de la finition Urban Red comprenant, entre autres, le garnissage tissu Quartz Grey, l’accoudoir central avant, les aumônières au dos des sièges avant, le bandeau de planche de bord gainé ou encore le cerclage des aérateurs orange. Sans être l’ambiance la plus joyeuse, ce pack apporte un petit plus de vie par rapport à l’intérieur de série particulièrement triste.

Dans l’ensemble, la finition est correcte malgré la profusion de plastiques durs. Est-ce réellement un défaut ? Premièrement, c’est le cas également chez de nombreux concurrents et, de plus, Citroën ne revendique pas d’aspiration premium. D’ailleurs, le prix d’appel (Live PureTech 82) du C3 Aircross à 15 950 € devrait vous en convaincre. Pour autant, je crains que ces plastiques se retrouvent relativement rayés avec le temps.

Les sièges, comme sur la C3, sont très accueillants, moelleux et larges… très larges, enlevant toute forme de maintien ou presque.

Côté technos :

Citroën a l’avantage d’arriver en dernier, ou presque, sur le segment et d’être ainsi particulièrement à jour sur le sujet. Je ne vais pas vous faire ici l’inventaire complet des équipements et technologies, mais sachez que vous pouvez trouver, de série ou en option – souvent dans des packs au prix contenus –, le kit mains libres Bluetooth et prise USB, le régulateur/limiteur de vitesse, le système audio MP3, la radio connectée avec tablette tactile 7’’, la climatisation automatique, l’affichage tête haute couleur, mais aussi la caméra de recul, l’alerte de franchissement de ligne ou encore le chargeur de smartphone par induction.
Intérieur Citroen C3 Aircross
Concernant le système d’infodivertissement, il est particulièrement long à l’allumage, mais ergonomique à l’usage ensuite. En parlant d’allumage, il est temps de démarrer le moteur et d’enfin prendre le volant.

Quelle souplesse !

Sous le capot de mon modèle d’essai se trouve un 3 cylindres essence de 1,2 litre, le PureTech 110 couplé à la boîte de vitesses automatique EAT6. Le premier fait marquant, au démarrage, est le bruit. Suis-je réellement équipé d’un moteur essence ? C’est plutôt bruyant tout de même, le tout avec le claquement avant réservé aux motorisations diesel. Peu importe, je sélectionne le mode Drive de la boîte et prends la direction du golfe de Sagone et la belle plage entre Tiuccia et Penisola.

Dès le début, le C3 Aircross s’impose comme une vraie Citroën grâce à son confort et sa souplesse. L’amortissement est tout simplement génial, offrant un toucher de route très moelleux et survolant les aspérités sereinement. Les sièges, je l’ai déjà dit, participent pleinement à ce confort, sauf lorsque la route se fait sinueuse. L’assise demeure bien entendu agréable, mais l’absence de maintien latéral, même sans hausser le rythme, est un peu gênante. Heureusement, les suspensions, bien que souples, maîtrisent très bien les mouvements de caisse contenant parfaitement le roulis, nécessitant in fine moins de maintien latéral. Arrivé à la plage et après quelques photos, j’emprunte la D56 jusqu’à Vico avant de bifurquer sur la D1 pour revenir sur Ajaccio. Sur ces routes particulièrement sinueuses et parfois exigeantes, l'Aircross ne démontre aucune velléité sportive, mais un train avant précis et un arrière très légèrement mobile permettant de conserver, une fois encore, le confort tout en enchaînant virages et courbes. Gros bémol néanmoins sur la direction excessivement molle, sans aucune consistance. Celle-ci peut séduire en ville en ne demandant aucun effort, mais sur route et à allure on ne peut plus raisonnable elle devient peu agréable et presque floue… sans doute une question d’habitude.
Avant Citroen C3 Aircross
De son côté, le petit 3 cylindres continue de se montrer sonore, a fortiori lors des phases d’accélération. Par ailleurs, l’étagement de la boîte de vitesses est tel qu’il se montre peu volontaire à bas régime avant de reprendre du poil de la bête. Malheureusement, l’absence de palettes au volant empêche de jouer facilement des changements de rapports, par exemple lorsque la boîte met du temps à rétrograder là où nous l’aurions fait préalablement avec une boîte mécanique. La consommation s’en ressent forcément et les 5,6 litres aux 100 km annoncés en conduite mixte se transforment rapidement en 8 litres.

La Citroën C3 Aircross s’échappe du bitume.

Un tour par Ajaccio afin de juger de l’agilité de la Française en ville où sa compacité joue en sa faveur, je prends les routes côtières au sud de la ville. Là, je profite des paysages qu’offre le littoral corse, avant d’emprunter une piste en terre en direction de la réserve de Saparella.

Équipé du Grip Control et du Hill Descent Control, et donc de pneus M+S, j’active les deux. Très rapidement, je me lasse de la voiture qui fait trop bien son travail en gardant une vitesse constante à ma place. Il me suffit d’accélérer ou de freiner pour choisir ma vitesse, jusqu’à 30 km/h, mais tout de même, je préfère le faire moi-même. Les voitures non équipées de l’option suivront le même chemin, c’est donc facilement praticable. Le SUV aux chevrons s’en sort d’ailleurs avec les honneurs et, là encore, l’amortissement fait un travail remarquable en avalant les ornières et autres bosses parfois à des vitesses peu recommandées. Les pneus M+S mordent la terre afin de tenir le cap facilement et de m’amener jusqu’à ma tente, au bord de la mer bleu azur sur lequel le soleil se couche.
Profil Citroen C3 Aircross
La Citroën C3 Aircross est bien née et je lui prédis un succès mérité. Avec sa bouille et un style général sympathique qui plaira aux grands et aux petits, elle n’en oublie pas le côté pratique. Reprenant la modularité de la C3 Picasso, elle offre à la fois le style crossover en vogue actuellement et la facilité d’usage. Le tout sans oublier le point fort de la marque : elle vous fera voyager dans le confort.

Note : 15/20

Bien vu :
- Amortissement génial
- Confort
- Praticité

À revoir :
- Bruit du moteur
- Plastiques qui semblent sujets aux rayures
- Direction sans consistance

Etienne Roville

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Citroën C3 Aircross : des gènes de Picasso

image profil
SABATIER
2017-09-28 16:22:31  

Bel esthétique, je l'ai essayé sur routes un peu cahoteuse. Bonne tenue de route, beaucoup de place, rien à jeter. C'est un petit bijou, à l'heure où les voitures se ressemblent toutes comme deux suppositoires sans emballage. enfin un peu de fraîcheur sur nos routes.

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter