Skoda

Essai Skoda Octavia Scout TDI : un Scout en jupe !

Le fer de lance de la marque tchèque, je parle évidemment de l’Octavia, a fait peau neuve en début d’année 2017. Cette nouvelle mouture de la berline s’accompagne évidemment de ses variantes à fort caractère. C’est ainsi que la firme nous propose une Octavia RS qui gagne en puissance pour l’occasion avec une version à 245 chevaux et une Octavia Scout faite pour ceux qui veulent explorer les chemins de traverse sans se ruiner.

Pour prendre la mesure de cette Scout, nous voici sur le terrible territoire des hommes à jupe.

+ de photos Skoda Octavia Scout 2017

Un lot d’évolutions…

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, l’Octavia Scout est le pendant slave des Audi A4 Allroad, Volvo V60 CrossCountry, Volkswagen Passat Alltrack, c’est-à-dire une version break qui se distingue par la protection renforcée de sa carrosserie, sa garde au sol surélevée et une transmission aux 4 roues pour sortir des chemins recouverts d’un beau bitume lisse.

Tout comme l’ancienne génération, l’Octavia Scout se détache du lot par les détails propres aux modèles aventuriers de la firme. On notera par exemple le pare-chocs avant plus enveloppant, un pare-chocs arrière équipé d’un diffuseur, une ceinture de caisse et des passages de roue en plastique noir. Mais le lifting de cette génération se voit surtout de face avec des optiques scindées et rectangulaires, alors que le blason Scout orne la nouvelle calandre.

L’habitacle a été conçu pour s’accorder à son tempérament baroudeur. On y retrouve le logo Scout sur le volant et le levier de vitesses. Le pédalier est recouvert d’acier inoxydable et de pastilles en caoutchouc antiglisse. De plus, l’espace dont on dispose à bord crée une impressionnante sensation de liberté, encore accrue grâce au grand toit ouvrant panoramique disponible en option.

Sous le capot moteur…

Pas de surprise. Skoda réutilise les meilleurs moteurs du groupe Volkswagen. En essence, l’Octavia Scout TSI propose 180 chevaux pour un « top speed » de 216 km/h et un 0 à 100 km/h en 7,8 secondes. Sa consommation normée s’affiche à 6,8 l/100 km soit 158 g/km d’émissions de CO2.

En diesel, l’Octavia Scout TDI récupère le fameux 2 litres TDI qui a fait la réputation du groupe et est disponible en deux puissances. La première est de 150 chevaux, alors que la seconde passe à 184 chevaux. Toutes deux ne demandent qu’à peine plus de 5 litres pour 100 km en cycle normé.

Dans tous les cas, la cavalerie passe par un système 4x4 que je nommerais « pour tous les jours »… Cette transmission intégrale ne sera pas capable de faire gravir des montagnes, mais bien de passer là ou les autres autos s’arrêteront.

La transmission 4x4 de la SKODA Octavia Scout TDI fonctionne à la perfection

Le système très intelligent gère automatiquement les changements de terrain. En utilisation normale, la voiture agit comme une traction avant, mais si les capteurs détectent un changement d’adhérence avec de la neige, de la boue ou encore du verglas, elle se transforme en 4x4. Cette solution permet de diminuer la consommation de carburant par rapport à une transmission intégrale permanente.

Il était une fois…

Notre voyage commence par la capitale écossaise réputée pour son ambiance. Édimbourg est en effet une ville à l’atmosphère changeante : en début de journée, la silhouette de l’Old Town, environnée du halo jaune des jonquilles, se découpait sur un ciel d’un bleu limpide ; mais quelques minutes plus tard, des langues de brouillard s’accrochaient aux flèches du Royal Mile. Puis, tout d’un coup, la pluie faisait luire les pavés, et la lumière chaude qui brillait à travers les fenêtres des pubs nous invitait à venir nous réchauffer au coin d’un feu. Le problème, c’est que nous avions un essai à vous rendre.

Ce n’est pas sans regret que nous voilà partis, avec le grand Étienne, photographe de son état, direction le grand Nord-Ouest et ses fameuses côtes des Highlands. Avant d’y parvenir, nous pouvions déjà établir un premier bilan. Les 22 premiers kilomètres, dans les avenues et les ruelles écossaises, n’ont été qu’une formalité. Il faut dire que la boîte DSG est ici un vrai régal. Douce, souple, et réagissant assez rapidement, elle mettra en valeur le gros mazout et son couple camionesque. Les suspensions surélevées font même gagner en confort sur les chaussées déformées. Il n’y aura que la consommation moyenne de 8,7 litres qui ternira l’ensemble. Il faut dire que tous ses équipements rajoutent de la masse à l’ensemble.

SKODA Octavia Scout TDI sur les routes d'Ecosse

En effet, notre Octavia Scout était équipée d’un paquetage électronique copieux ! Par exemple, le système multimédia utilise un écran tactile capacitif de 9,2 pouces. Il contrôle la sono, le GPS, l’Apple CarPlay ou Android Auto et les réglages de la mécanique de l’auto. Mais ce n’est pas fini ; avec ce lifting, l’Octavia en profite pour proposer des assistances électroniques à la conduite moderne. Celles-ci nous ont d’ailleurs été très utiles sur la portion d’autoroute. Régulateur de vitesse adaptatif, assistant au maintien de voie et même conduite semi-autonome dans les embouteillages ; nous n’avions plus qu’à tenir légèrement le volant. La Scout s’occupait de ralentir ou accélérer presque toute seule. Largement de quoi nous faciliter le travail pour atteindre le Graal des Highlands.

Et les paysages sont à couper le souffle ! La route côtière entre Durness et Kyle of Lochalsh offre une vue extraordinaire à chaque virage. C’est ici que l’on peut percevoir que, si elle n’a pas la robe sportive de sa sœur dévergondée, la RS TDI, elle n’en partage pas moins le même cœur : le 4 cylindres 2 litres turbo à injection directe TDI de 184 chevaux et 380 Nm. Et autant vous dire qu’avec sa cavalerie et sa boîte DSG fringante, la bestiole, perchée haut sur patte, ne demande qu’une pichenette sur l’accélérateur pour balancer sa silhouette à des vitesses interdites. La marque annonce 218 km/h et un 0 à 100 km/h en 7,8 secondes, ce qui reste d’un excellent niveau.

Toute bonne chose…

La boisson nationale écossaise est distillée depuis cinq siècles. Alors, trouver l’une des 100 distilleries encore en activité n’est pas si compliqué. Pourquoi vous parle-t-on de ce breuvage ? Ce n’est pas pour goûter les whiskies les uns après les autres, même si d’après les autochtones, c’est un excellent moyen de découvrir les régions.

Non, pas de ça chez nous ! Il nous fallait un moyen de tester la soute à bagages qui est pour le moins « élevée » avec une capacité de 610 à 1 740 litres, selon la position de la banquette arrière. Mais de là à essayer d’y mettre des tonneaux pour les importer dans l’hexagone...

Coffre de la SKODA Octavia Scout, le break en 4x4

… a une fin !

Malheureusement, après quatre jours de bons et loyaux services sur les routes de Sa Majesté, en terre de brume… pour nous, amoureux de landes couvertes de bruyères, de lochs, de falaises et de cascades, il nous fallait rendre notre Scout. La Chose fut faite, non sans un pincement au cœur. Pratique, bien motorisée, dynamique et spacieuse, elle a largement rempli son rôle de machine à tout faire. Une alternative dynamique aux SUV très tendance en ce moment.

Note : 14/20

Bien vu :
- Moteur/boîte DSG
- Comportement
- Assistances/équipements
- Espace intérieur

À revoir :
- Habitacle tristounet
- Style en fin de cycle

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Skoda Octavia Scout TDI : un Scout en jupe !

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter