Sport

24H du Mans: Pneumatiques et strat?

Alors que le jour descend et qu\'Audi a rĂ©ussi Ă  se placer en tĂȘte de la course assez provisoirement d\'ailleurs, avec sa nÂŹ? 9, toutes les interrogations des managers portent sur le mĂȘme objet: Ă  quelle heure la pluie va-telle arriver ?

+ de photos Sport 24 H du Mans course 2015

Jusqu'à maintenant, la majorité des teams savait sans coup férir quelle était la gomme optimale pour des conditions de piste connues et stabilisées.

En attendant la pluie ?

Maintenant que l'atmosphère lourde et les prévisions laissent craindre la pluie pour les heures à venir, les teams managers s'assurent auprès de leur conseiller pneumatique que tout est bien paré à toute éventualité en la matière. À propos des pneus, Nicolas Goubert, Directeur technique compétition chez Michelin, qui équipe tous les protos de la catégorie LMP1, accepte de nous apporter quelques précisons sur cette délicate question.

Cette année pour le pneu de jour, les constructeurs se sont dirigés dans la même direction. Par contre pour les pneus de nuit, basse température, nous notons certaines différences dues à la contrainte de mettre la voiture sur les pneus. En fait, moins de contrainte sur les pneus et il faut que les pneus se mettent en température facilement et donc, comme les voitures Porsche, Audi Toyota sont assez différentes, là on note des écarts.

Et pour Nissan ?

Ils nous ont contactés lors du lancement de leur projet. On était un petit peu surpris au début, puis en échangeant et en allant plus loin, nous nous sommes dit que c'était un sujet intéressant, donc nous les avons suivis. Pour ma part, je pensais que c'était un défi extraordinaire que de vouloir être prêt pour Le Mans 2015. Ils n'ont pas pu faire tout ce qu'ils avaient prévu, ce qui explique qu'ils ne soient pas encore au niveau en performance.

Vous avez développé des pneus spécifiques ?

Oui tout à fait, dans un contexte très particulier: traction avant avec un centrage des masses essentiellement sur l'avant pour bénéficier d'une réglementation aéro, qui laisse pas mal de liberté sur l'arrière. Pour que leur voiture ait une chance d'être performante il faut qu'elle soit extrêmement rapide en ligne droite. Ils nous ont demandé d'avoir des pneus arrière les plus étroits possibles. Comme leur centrage de masse était à plus de 65 % sur l'avant la chose était tout à fait possible. Nous leur avons proposé un pneu de 20 centimètres au lieu de 31 centimètres pour les autres LMP1

En tout cas, effectivement les Nissan tournent encore, mais à des années lumière de leurs rivales, la meilleure à plus de 26 tours du leader. Il est certain que l'on emmagasine de l'expérience et que l'on capitalise pour l'avenir.  

La stratégie à adapter

Par ailleurs, ce qui agite les salles des machines où sont reçues, enregistrées et traitées toutes les données embarquées, c'est bien entendu les capacités de chaque pilote à encaisser, avec plus ou moins de bonheur et surtout d'efficacité, le fait de doubler ou de tripler les relais. Cette option rendue possible en fonction de la tenue des gommes dans le temps, ne doit pas être annihilée par une baisse de cadence à cause de la fatigue du pilote.

En grand stratège devant l'éternel, Philippe Sinault manager de la Signatech Alpine no 36, avoue avoir rectifié le tir depuis le début de la course grâce au triple relais de Nelson Panciatici, laissant le soin aux Oreca 05 de KCMG no 49 et Thiriet no 46 de cavaler devant, puisqu'ils semblaient enclins à se montrer très rapides. Cependant, nous ne l'avons absolument pas senti résigné, de plus, il savait pouvoir disposer de deux vrais chasseurs et avait lancé Paul Loup Chatin malgré tout derrière les deux Oreca 05.

Un excès d'enthousiasme ou une poussée de fébrilité jeta l'Alpine dans le bac à graviers à Mulsane. Cette sortie fort malencontreuse déclencha une nouvelle sortie du safety-car et les écarts entre les autos de tête allaient encore une fois être quasiment effacés.

Qu'importe, après  la relance et sous drapeau jaune la Porsche no 17 n'hésita pas à doubler et hérita d'une pénalité de 1 minute lors d'un stop and go.

La nuit va être longue et laborieuse, mais dans toutes les catégories les trois premiers luttent pied à pied pour le leadership et si la pluie arrivait on vivrait presqu'une autre course.

Crédit photographique: Gilles Vitry, La Revue automobile.

Alain Monnot

Votre avis nous intéresse sur :  24H du Mans: Pneumatiques et strat?

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter