logo La revue auto

Nouvelle mercedes classe g la meme mais en mieux

Cela fait plus de 40 ans que l'armoire normande badgée de l/étoile Mercedes se balade dans les chemins, forêts, déserts du monde entier. La Classe G est d'ailleurs devenue une véritable légende des amateurs de 4x4. Mais les normes antipollution deviennent de plus en plus contraignantes. Alors plus le choix. Les ingénieurs se devaient de nous proposer un nouvel opus.

Exterieur_Mercedes-Classe-G-2018_0 Exterieur_Mercedes-Classe-G-2018_1 Exterieur_Mercedes-Classe-G-2018_2 Exterieur_Mercedes-Classe-G-2018_3 Exterieur_Mercedes-Classe-G-2018_4 Exterieur_Mercedes-Classe-G-2018_5
Voir la galerie photo

Du pareil au même ?

Du point de vue stylistique, il faudrait avoir un regard averti pour entrapercevoir les différences entre les générations. L’allure de bloc massif est toujours là. Les lignes sont droites et parfois entrecoupées de quelques courbes comme les optiques qui passent par la technologie LED.

Dans le cockpit, les passagers gagneront en espace habitable avec des cotes intérieures largement supérieures. Les plastiques seront toujours construits de manière aussi robuste, mais gagneront en qualité perçue. Si l’instrumentation conserve de classiques cadrans à aiguilles, le client peut sur demande, et en passant par la case option, équiper son engin de deux larges écrans multimédias, tout droit venus des Classe E et S.

Il passe toujours partout ?

Sous le capot moteur, Mercedes propose dans un premier temps une seule version : le G500. Il propose une cavalerie de 422 chevaux pour 610 Nm de couple. Cette puissance vient du très noble V8 turbo de 4 litres. Évidemment les versions AMG sont bien au programme. On parle en coulisses d’un G63 AMG de 510 chevaux et même d'une version S qui pousserait la puissance à 575 chevaux.

Pour encaisser cette puissance, on s'attendait à une structure moderne du genre monocoque. Mais il n’en est rien. Les ingénieurs restent fidèles au châssis en échelle avec un essieu arrière rigide. Cependant, si la solution paraît désuète, elle a le mérite d’être solide. En même temps, les concepteurs ont réussi leur challenge, avec une baisse de 170 kg de la masse globale.

Question compétences en hors-piste, pas de souci. Avec une garde au sol de 24,1 cm, trois différentiels pouvant être complètement bloqués, des angles d’attaque et de fuite au meilleur niveau, la nouvelle Classe G s’annonce déjà comme un baroudeur d’exception.