Peugeot

On est bien montés à bord de la nouvelle Peugeot 508 : 1er avis !

La révolution ou rénovation du style Peugeot continue. Après des 208, 2008, 3008 et 5008 très réussies, voici que la marque se lance dans la refonte de sa berline. Mais cette fois, la lionne ne fait pas dans la demi-mesure. Elle reprend les codes des berlines premium teutonnes et les réinterprète à sa sauce. Avant la présentation officielle de cette dernière au Salon de l'automobile de Genève, Peugeot nous offre les clés de son studio photo pour profiter de ses lignes.

+ de photos Peugeot 508 GT 2018

Les gens du design Peugeot ne sont pas avares en certitudes esthétiques avec leur nouvelle berline 508. Il est vrai que dès le premier coup d’œil, elle impose sa stature sportive. Plus courte, plus large et moins haute que sa devancière, on voit de suite que la nouvelle Peugeot 508 ne cible plus la même clientèle.

En discutant avec les marqueteurs présent sur place, on apprend que les berlines « classiques » ont perdu la bataille au profit des premiums dites « berline-coupé ». Sous cette appellation un brin barbare, comprenez que la nouvelle 508 s’inspire des Audi A5 Sportback, BMW Série 4 Gran Coupe et autre Volkswagen Arteon.

Sur le plan technique

L’offre de motorisation s’articulera sur les dernières générations de moteurs BlueHDi et PureTech répondant déjà aux normes antipollution Euro 6c. La puissance varie de 130 et 160 à 180 ch en diesel et 180 à 225 chevaux pour les essences. À noter : hormis la version d’accès 1.5l diesel de 130 ch, toutes les motorisations seront disponibles avec la nouvelle boîte automatique à 8 rapports EAT8. À l’automne 2019, Peugeot prévoit la vente d’une version hybride rechargeable à essence de 225 chevaux.

La nouvelle Peugeot 508 utilise la fameuse plateforme EMP2 qui fait déjà le bonheur des SUV 3008 et 5008. Grâce à celle-ci, la nouvelle 508 perd en moyenne 70 kg par rapport à sa devancière. Cela dit, les ingénieurs restent encore peu bavards sur les chiffres. Bref… Ils estiment qu’en moyenne le bolide se contentera d’environ 1 500 kg sur la balance.

Sa structure plus rigide et ses liaisons au sol taillées pour offrir un toucher et un rendu équilibrés à la Peugeot garantissent des « sensations de conduite démultipliées pour un résultat tout simplement époustouflant ! ». Voilà qui promet, surtout avec la version 508 GT PureTech que nous avons sous les yeux.

Force et délicatesse…

Ce sont ces deux premiers mots qui me sont venus à l’esprit lorsque nous sommes entrés dans le studio photo. La face avant est impressionnante, voire agressive avec sa calandre fine, large et travaillée en damiers. Le capot plat et ramassé a été rabaissé au maximum afin de dynamiser l’ensemble. Avec le lion au centre de la calandre et le logo « 508 » sur le nez de capot, elle fait appel à l’héritage de ses aînées PEUGEOT 504 et 504 coupé.

La signature visuelle verticale à LED assure une identité forte. Longilignes et acérés, ils encadrent comme des parenthèses l’avant de la voiture en courant depuis les projecteurs jusqu’aux entrées d’air du bouclier. C’est du plus bel effet !

De profil, la nouvelle 508 dévoile des proportions sportives avec sa ligne de pavillon basse, tendue et fluide. Ici, l’inspiration teutonne est évidente ! Le hayon habilement caché offre un style et une accessibilité optimale au coffre. Celui-ci est capable d’accueillir 487 litres de bagages dans un compartiment bien carré.

À l’arrière, on retrouve le bandeau horizontal noir brillant encadré par les feux arrières, désormais si caractéristique des faces arrières Peugeot. Mais ce qui se voit immédiatement, ce sont les feux arrière Full LED à effet de profondeur.

Puis, nous avons pu pénétrer dans l’habitacle. Bigre !

Si le style extérieur acéré et musclé de la nouvelle 508 ne nous laisse pas indifférents, la lionne nous fait pénétrer dans un autre univers en passant à bord. Surprenant, original et hautement qualitatif, l’espace dévolu à ses occupants est hors du commun.

Le regard est immédiatement capté par une planche de bord spectaculaire et sportive. Son dessin mélange avec volupté courbes et coupes franches. Le mélange des matières est splendide et les ajustements semblent tenir la comparaison avec les Allemandes. Le petit volant laisse apparaître au-dessus de lui un combiné digital tête haute capable de reprendre la cartographie GPS. Les sièges sport sont bien finis et parfaitement enveloppants. Du bel ouvrage !

Bilan ? Nous sommes impatients d’en prendre le volant pour les premiers essais au mois de juin !

Premier

3 questions à… Pierre-Paul MATTEI, responsable du design de la nouvelle PEUGEOT 508

Qu’est-ce qui vous a guidé pour dessiner la nouvelle PEUGEOT 508 ?
« Notre mission était de traduire l’ambition du projet à travers le design. Et cette ambition était double : incarner la montée en gamme de la marque et faire en sorte que notre voiture puisse jouer un rôle sur le marché hyper exigeant des berlines du segment D. Pour attirer l’attention, se démarquer, se différencier de ses concurrentes, la nouvelle PEUGEOT 508 se devait d’être bâtie sur des proportions uniques et spectaculaires. Ces proportions optimales nous permettent aussi de répondre à l’exigence d’élégance de la marque PEUGEOT avec simplicité et sobriété. »

Quelle partie de la voiture a été la plus difficile à faire ? Pourquoi ?
« La partie arrière s’est révélée comme étant la plus complexe à réaliser, puisque le dynamisme de la voiture est donné par cette chute de pavillon. Mais comme il fallait bien sûr préserver de l’habitabilité et garantir une accessibilité dans la norme du segment, il a fallu revoir notre manière de concevoir la structure de la voiture. Cela nous a conduits par exemple à réaliser une véritable prouesse d’emboutissage, que l’on perçoit notamment sur l’ampleur des ailes arrière. On n’avait jamais fait ça chez nous. En général, c’est réservé à des voitures de sport. Il a fallu qu’on revoie tous nos référentiels en termes d’emboutissage pour pouvoir obtenir ce type de traité. »

Qu’y a-t-il de particulier dans le design de la nouvelle PEUGEOT 508 ?
« À vrai dire, nous avons cassé tous les codes traditionnels liés à la morphologie d’une berline du segment D. Pour avoir de telles proportions alors que la longueur a été raccourcie de 8 cm par rapport à l’ancienne génération, nous avons par exemple reculé le montant de baie pour redonner du capot à la voiture. Et il y a aussi la technologie des portes sans cadres qui nous permet d’abaisser la voiture par rapport à ces principales concurrentes du segment. La voiture est 6 cm plus basse que la précédente ! C’est aussi ça qui va donner de la largeur perçue alors qu’en réalité, elle est dans la moyenne. Étant donné que cette voiture devait être très bonne en aérodynamisme, nous l’avons dessinée plus étroite à l’arrière qu’à l’avant, contrairement à l’impression qu’elle pourra peut-être vous donner ! Nous avons obtenu cette présence et cette manière d’être posée sur la route par ce resserré extrême de cabine, nous permettant aussi ces modelés d’ailes arrières d’une ampleur rarement atteinte. C’est l’un des secrets de la posture de la nouvelle PEUGEOT 508. »

Gentleman Racer

Votre avis nous intéresse sur :  On est bien montés à bord de la nouvelle Peugeot 508 : 1er avis !

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter