logo La revue auto

Et si on rechargeait notre voiture électrique via une bâche ARMOR ?

Voici une innovation qui pourrait bien marquer profondément le secteur industriel de l’automobile. Si ce n’est pour l’instant qu’un prototype qui est déployé sur la Gazelle, cette bâche solaire pour voiture électrique rétractable est, selon ARMOR, duplicable sur tout type d’objet pour rouler via la fée électricité.

Exterieur_et-si-on-rechargeait-notre-voiture-electrique-via-une-bache-armor_0

Qui est ARMOR ?

ARMOR est un industriel nantais, expert en formulation d’encres et enduction de couches fines sur films minces. La société s’enorgueillit d’être le « n°1 mondial de la conception et de la fabrication de rubans transfert thermique dédiés à l’impression de données variables de traçabilité sur étiquettes et emballages souples. »

Présent à l’international, ARMOR compte près de 2000 collaborateurs dans une vingtaine de pays. Il a réalisé un chiffre d’affaires de 280 M€ en 2019. Le groupe investit chaque année près de 30 M€ en équipements industriels et Recherche et Développement. Assez pour être leader européen et pionnier dans le développement et la production des encres industrielles et de matériaux innovants tels que les films solaires organiques, les collecteurs enduits pour les batteries électriques et les filaments sur-mesure pour la fabrication additive.

La bâche solaire ARMOR

ARMOR et son partenaire ACPV nous annoncent avoir conçu la première bâche solaire capable de recharger les batteries d’une voiture électrique. Ce premier prototype est déployé sur une voiture électrique bordelaise, la Gazelle et serait capable d’alimenter en partie ses cellules. De quoi prolonger son autonomie jusqu'à 8 000 km par an avec un objectif de 11 000 km par an d’ici à 2023

La bâche est faite à base de polymères organiques semi-conducteurs. Ce film photovoltaïque organique se compose de fines couches d’encres, déposées grâce à un procédé d’enduction sur un film mince et souple, permettant d’offrir des atouts innovants tels que la flexibilité et la légèreté.

Flexibilité : ASCA peut s’enrouler sans perte d’efficacité au moins 50 000 fois.
Légèreté : ASCA pèse environ 450 g/m2, soit 30 fois moins que les autres technologies photovoltaïques.

Le film solaire peut également être appliqué directement sur la carrosserie, intégré dans les éléments vitrés comme le toit panoramique ou les vitres passagers ou encore dans des pare-soleil.