logo La revue auto

Et si le luxe ce n'était pas l'espace à bord

Alors que tous les constructeurs premium se lancent dans le segment des SUV, celui des citadines ne sera jamais investi par ces marques. Pourtant, c'est ce qu'a imaginé un illustrateur.

Avec le chant des sirènes que représentent les volumes de vente des SUV, il ne faut jamais dire jamais. Ceux qui n’imaginaient pas une seconde voir arriver un Bentley Bentayga ou un Lamborghini Urus l’ont bien assimilé. Les mêmes qui apprendront encore une leçon avec le prochain SUV de Ferrari !

Toutefois, il est peu probable que ces fabricants se lancent dans le segment des citadines. Même si on se souvient, amèrement pour quelques-uns, de l’Aston Martin Cygnet, une Toyota iQ revue à la sauce de Gaydon. Pour le constructeur, c’est clairement un souvenir amer, avec une production qui n’a pas dépassé les 300 unités, dans le monde.

Le virtuel permet en revanche certaines fantaisies, afin de donner forme à des voitures qui ne verront jamais le jour. C’est ce qu’a fait Aksyonov Nikita, en recarossant une Fiat 500 et une Peugeot 208 avec les styles de quelques constructrices de luxe.

La Peugeot 208 adopte des lignes facilement reconnaissables, en provenance de la McLaren 720S, la Lincoln Continental et la Ferrari Portofino. La petite Italienne s’habille de son côté d’une carrosserie compressée de Bentley Continental GT ou de Porsche Panamera.

Si cette spéculation virtuelle ne voit jamais le jour (même chez les marques du groupe Volkswagen, capable de tout), elle apporte une ridicule fraîcheur à l’heure où nous sommes déjà dans l’indigestion de SUV.