logo La revue auto

La seat ibiza bien relancee par son moteur 1 2 l tsi de 85 chevaux

Depuis trente ans la SEAT IBIZA fait partie du paysage automobile européen sans que l'on se souvienne exactement des diverses évolutions subies au cours du temps. 2014 marquera sans doute une date dans l'histoire de ce modèle qui, pour des raisons évidentes d'économie d'énergie et de moindre pollution, vient de doter l'IBIZA d'un nouveau moteur essence. Nous avions envie de connaître les bénéfices qu'il pouvait apporter réellement à la citadine, dont nous prenons le volant à Paris pour un galop d'essai en ville, sur autoroute ou sur les routes de la campagne Seine et Marnaise.

Exterieur_Seat-Ibiza-1.2-TSI-85ch_0 Exterieur_Seat-Ibiza-1.2-TSI-85ch_1 Exterieur_Seat-Ibiza-1.2-TSI-85ch_2 Exterieur_Seat-Ibiza-1.2-TSI-85ch_3 Exterieur_Seat-Ibiza-1.2-TSI-85ch_4 Exterieur_Seat-Ibiza-1.2-TSI-85ch_5
Voir la galerie photo

Une bonne bouille

D’entrée de jeu, la bouille rouge de notre IBIZA iTech (série spéciale) avec ses phares Xénon surmontés de sourcils électroluminescents ses lignes bien marquées et ses jantes originales en 15 pouces, nous apparait fort sympathique. L’accès à bord est facile et, en plus des équipements classiques de base comme l’air conditionné, les rétroviseurs extérieurs électriques et dégivrants, la radio cd Mp3 avec 4hp, l’ordinateur de bord, le régulateur de vitesse et le verrouillage centralisé avec télécommande, nous trouvons d’excellents sièges avant avec bourrelets de renfort latéral assortis au volant et levier de vitesses recouverts de cuir. Un accoudoir bien pratique sépare les sièges avant. D’emblée on se sent bien installé pour conduire.

Nous nous étonnons de l’emplacement (au sommet de la planche de bord) et de l’écran minimaliste du système d’information, au demeurant de bonne qualité. Nous regrettons également d’avoir cet environnement totalement noir, en plastique dur et sonore sans aucune fantaisie.

Un moteur bien optimisé

Notre curiosité se porte sur le moteur. La tendance actuelle dite du downsizing, veut que l’on réduise la taille du moteur (cylindrée) sans faire de concession à la puissance tout en réduisant, bien entendu, la consommation et les émissions polluantes. Sur la SEAT, les ingénieurs de chez Volkswagen ont joué tout à la fois sur les deux leviers à leur disposition. A partir du 4 cylindres existant, ayant réduit la cylindrée, ils ont peaufiné leur système d’injection directe et ajouté un turbo et le tour était joué : exit le moteur 1,4 litre, place à une puissance identique (85 ch) avec une consommation normalisée  mixte de 5,1 litres et des émissions de CO2 abaissées de 139 à 119 grammes. Mieux encore, le nouveau moteur offre une plage et une valeur de couple supérieures, alors que les performances globales de la voiture en vitesse maxi et en accélération sont elles aussi améliorées.

Une bonne citadine…

En circulation urbaine, la citadine est à son aise. Le moteur, assez silencieux, répond à la moindre sollicitation. Le passage des vitesses est facile, la direction légère et précise combinée à un encombrement réduit autorise de ne pas s’en laisser compter dans les embouteillages parisiens. La visibilité vers l’arrière n’est pas extraordinaire, mais les gros rétroviseurs extérieurs sont de précieux alliés.

Le bilan d’utilisation urbaine est convaincant, normal me direz-vous pour une citadine.  Sur l’autoroute  le petit moteur est bien gaillard et la voiture tient son rang sans aucune difficulté. Les bruits de roulage par contre transmis  semble-t-il par des passages de roues peu insonorisés, ont tôt fait de nous lasser.

…mais pas seulement

Retrouvons les routes de campagne et les alternances de vitesses limites quasi incessantes : 50-70-90-30. Nous profitons de ces situations pour tester la souplesse du moteur. A notre grand étonnement il se montre capable de reprendre sur le 5ème rapport ou en 4ème à des vitesses très basses, sans manifester aucune mauvaise humeur.

Si la direction, comme le freinage ne souffrent d’aucune critique, il n’en va pas de même des suspensions.  Nous peinons à nous habituer à cette fermeté -à l’allemande dirons certains- sachant que, dans le même segment justement, il est tout à fait possible de faire mieux, à la française justement, avec Clio ou 208 par exemple.

Le coup de jeune apporté à la voiture, plus particulièrement avec l’équipement iTECH, qui nous vaut en plus des équipements précédemment énoncés,  un très original porte-clés, est fort bien accompagné par ce nouveau moteur capable de se montrer discret, efficace, docile en toute circonstance. Les consommations en ville ont pu monter largement au-dessus des normes annoncées, mais au final, c’est une moyenne de 6,2 litres qui ressort de notre utilisation sans ménagement de notre monture.

Notre version Série Spéciale i TECH est affichée au prix de 16 430 € avec un bonus/malus neutre. En version Style elle coûte seulement 15 030 €. Précisons également que cette IBIZA nouvelle génération  peut recevoir des moteurs essence développant des puissances allant de 60 à 180 ch et, en diesel, de 75 à 143 ch.

 

Une amélioration de l’insonorisation et du confort des suspensions, comme une petite refonte de la planche de bord devraient permettre de dépasser le 13/20 que nous attribuons aujourd’hui  à cette IBIZA 1,2 l TSI.

nos dernières annonces

  • Renault Megane
    4 (2) 1.5 BLUE DCI 115 RS LINE EDC + TOIT OUVRANT

    Diesel : Automatique
    10 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 12/11/2020
    Garantie : 24 mois
    Prix de vente : 24 980€
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 37 200€
    Remise de : -12 220€

  • Renault Kadjar
    (2) 1.5 BLUE DCI 115 INTENS EDC + TOIT PANO

    Diesel : Automatique
    10 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 24/11/2020
    Garantie : 23 mois
    Prix de vente : 25 280€
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 37 350€
    Remise de : -12 070€