logo La revue auto

Assurance automobile : ce qu’il faut savoir avant de choisir

Vous êtes automobiliste, alors vous vous devez d’avoir une assurance pour rouler avec votre voiture. Pour répondre à cette obligation légale, vous disposez d’une pléiade de solutions, mais les deux contrats les plus connus sont : l’assurance dite « au tiers » et la fameuse « tous risques ». Mais il existe, en sus, de nombreuses autres formules sur le marché. On fait le point.

Voir la galerie photo

L’assurance « au tiers »…

Comme son nom ne l’indique pas, cette formule d’assurance est le minimum requis et couvre votre responsabilité civile. Elle s’actionne dans les cas où vous causez un accident et que votre responsabilité est mise en cause. L’assureur s’occupe dès lors des dégâts corporels et matériels que vous avez occasionnés.

Cette formule, qui est de loin la plus économique, ne couvre cependant pas les dommages matériels ou corporels qui vous sont propres. Elle est à privilégier si, et seulement si, votre automobile a une faible valeur, elle est peu utilisée, votre budget d’assurance est limité ou bien la prime d’assurance est trop élevée, car votre profil d’assuré est jugé à risques pour vous prendre une formule « tous risques ».

L’assurance « tous risques »…

Si une formule « au tiers » est adaptée à un certain nombre de situations, ce n’est pas elle qui truste le suffrage des Français. En effet, les automobilistes de l’hexagone lui préfèrent la fameuse « tous risques » qui prend, selon une étude du secteur de l’assureur, 45 % de parts de marché contre seulement 33 % pour un contrat « au tiers ».

Les offres dédiées…

Notons également que certaines compagnies d’assurance se lancent dans des offres dédiées aux marques. Dernièrement, Allianz s’est lancée dans une offre dédiée aux automobiles du losange : assurance Renault. Ces offres sont capables de mettre à disposition un choix de garanties plus large, tout en bénéficiant d’une plus grande souplesse dans leur sélection, pour s’adapter idéalement aux besoins de chacun. Par exemple, une Renault ZOÉ n’a pas les mêmes besoins qu’un Kadjar.

Attention à la franchise ?

La plupart des polices d’assurance imposent une franchise. Par ce mot, il faut comprendre un montant que vous devrez payer en cas de sinistre avant intervention de l’assurance. Cette franchise est souvent exprimée en pourcentage de la somme assurée, mais cela peut aussi être un montant fixe. La règle veut que plus la franchise est élevée, plus la prime d’assurance est réduite.

En effet, si la franchise est élevée, il y a moins de risque que vous fassiez intervenir votre assurance. Si vous optez pour un contrat sans franchise, attendez-vous à une prime plus élevée ou à une prime soumise à conditions…

L’assurance conducteur…

En cas d’accident responsable, une assurance « conducteur » prendra en charge vos propres dégâts corporels, que l’assurance « au tiers » ne couvre pas forcément. Ce type de couverture peut être étendu à tous les véhicules que vous pouvez être amené à conduire, ou à toutes les personnes amenées à conduire votre véhicule. Ainsi, vous pourrez offrir le volant de votre auto à vos voisins, Jacquie ou Michel.