Jeep

Essai Jeep Cherokee 2.2 Multijet 200 ch : ?

Jeep revoit la gamme du Cherokee en le dotant d'un tout nouveau moteur 2.2 litres Diesel de 200 chevaux, bien adapté au gabarit de ce SUV. Nous l'avons pris à l'essai sur des routes et des pistes du Portugal, pour vérifier sa bonne tenue, quelles que soient les conditions rencontrées.

+ de photos Jeep Cherokee 2.2 Multijet Limited

Si le sympathique Renegade est appelé à très vite devenir un best-seller pour Jeep, la marque américaine (filiale de FCA, Fiat Chrysler Automobiles) compte toujours sur ses modèles historiques pour affirmer la progression entrevue ces derniers temps : ventes triplées depuis 2009 pour arriver au chiffre de 1 million de véhicules écoulés dans le monde en 2014. Des modèles historiques qui sont bien entendu la Wrangler, descendante directe de la Willis originelle de 1941 et le duo Cherokee/Grand Cherokee, dont l’acte de naissance prend source avec la Wagoneer de 1963.

Ils seront prochainement rejoints par le remplaçant du Compass (le « projet C ») afin de proposer une gamme complète face à la concurrence : Renegade (Captur, 2008, Mokka), Projet C (Qashqai, Kadjar, Tucson), Cherokee (Q5, XC60, X3) et Grand Cherokee (Q7, X5, XC90). Mais certains, en place depuis longtemps, doivent faire mieux.

 

Essai Jeep Cherokee – présentation

C’est le cas du Cherokee, dont les ventes restent éloignées des objectifs de la marque : seulement 10 % en France ; devancé par le Grand Cherokee dans le monde. C’est pourquoi Jeep a décidé de procéder à quelques ajustements, à commencer par un nouveau tarif d’entrée, fixé à 30 950 euros grâce à une finition Sport quelque peu dépouillée, mais toujours dotée du minimum vital (climatisation manuelle, jantes alliages 17 pouces, système multimédia tactile, etc.). Surtout, on note l’apparition d’un nouveau moteur Diesel 2.2 Multijet II en 185 et 200 chevaux, qui vient remplacer l’ancien 2.0 MultiJet II 170 chevaux. C’est lui qui nous intéresse aujourd’hui.

En version 185 chevaux, ce moteur est proposé en finition intermédiaire Longitude Executive et avec le système Jeep Active Drive I à 43 750 euros. En version 200 chevaux, il est proposé dans les finitions haut de gamme Limited et Limited Advanced Technologies, à 46 750 et 50 250 euros avec le système Jeep Active Drive I et 48 850 et 52 350 euros avec le système Active Drive II. C’est avec le Cherokee 2.2 Multijet II 200 ch Limited Advanced Technologies, version Jeep Active Drive I (50 250 euros donc), que nous avons réalisé un véritable road-trip mixant route et piste dans la région de l'Alentejo, au Portugal.

 

Essai Jeep Cherokee – le moteur 2.2 Multijet 200 ch

Doté d’un couple de 440 Nm (en version 185 comme 200 ch) et accouplé à la nouvelle boîte automatique à 9 rapports du groupe FCA, le nouveau moteur du Cherokee est à l’image de la voiture : passe-partout. À l’aise en ville dans les bas régimes, il offre de bonnes relances et ne manque pas de souffle dès lors que la route s’ouvre ou se met à grimper. Sur ce point, le retard avec la concurrence est rattrapé. On apprécie également sa discrétion, car s’il affiche bien une sonorité de Diesel, c’est sans les vibrations et les claquements que nous ont fait subir de nombreux blocs à allumage spontané.

Et encore, il réserve cette sonorité pour l’extérieur, puisque l’insonorisation particulièrement travaillée de l’habitacle permet aux oreilles du conducteur et de ses passagers de se reposer durant le trajet. Le corps aussi se repose grâce à des sièges en cuir épais, confortables même s’ils manquent de maintien latéral. Les suspensions réglées à l’européenne ne raidissent pas trop le Cherokee qui se montre tout à fait apte à vous emmener sur de longs parcours. Seuls les pneumatiques 18 pouces ne peuvent empêcher de ressentir les irrégularités de la chaussée. On conseille également une conduite coulée pour éviter de ressentir le léger sous-virage qui conduit à des élargissements de trajectoire dans les courbes prises un peu trop sèchement.

 

Essai Jeep Cherokee – vie à bord

Agréable, l’habitacle du Jeep Cherokee n’est pas au niveau du standard de ses concurrents allemands, plutôt au niveau d’un modèle comme le Nissan X-Trail. De belles matières comme le cuir côtoient encore des plastiques durs répartis de-ci, de-là. Dommage également que les belles appliques des poignées de maintien des portes ne se retrouvent pas sur la planche de bord. Mais les ajustages sont corrects et l’équipement très complet. Il faut dire qu’avec le pack Advanced Technologies, notre modèle d’essai faisait le plein côté sécurité : régulateur adaptatif, alerte de présence dans l’angle mort, remise dans la file en cas de déviation, assistance au stationnement semi-automatique, etc.

Tout cela se contrôle grâce au grand écran tactile 8,4 pouces du système multimédia UConnect, qui gère aussi la navigation et grâce aussi à certains raffinements comme le volant chauffant et la ventilation des sièges – pratique quand il fait trop chaud à bord ! Mais on apprécie également l’écran TFT configurable du tableau de bord, entre les deux compteurs, qui permet de gérer et valider tous les paramètres de route.

Enfin, un petit mot sur l’habitabilité, très correcte aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, même si on aurait aimé retrouver un peu plus de volume de coffre (335 litres seulement sous tablette, 514 litres en tout). De la place est perdue par l’emplacement de la roue de secours, alors que celle-ci est absente. La modularité est minimale, il n’y a même pas de tirettes dans le coffre pour rabattre les sièges. Mais au moins, on dispose d’un plancher plat une fois que la manœuvre est effectuée depuis la banquette.

 

Essai Jeep Cherokee – sur la piste

En quittant la route pour une longue piste terreuse, sablonneuse et rocailleuse de 15 kilomètres, nous n’avions aucune appréhension. Le Jeep Cherokee est l’un des 4x4 les plus solides qui soient et son système de transmission intégrale intelligente est éprouvé depuis des années. Pas besoin de tous les raffinements de la version Trailhawk capable de grimper aux montagnes pour affronter cette route un peu particulière, mais on apprécie le mode Boue/Sable qui optimise la motricité sur sol meuble.

Tout se passe à l’aide d’une molette de sélection, mais celle-ci est quasiment inutile. En mode Auto, les changements de répartition du couple s’effectuent de façon intuitive, lorsque les conditions de motricité se dégradent, mais aussi quand le besoin peut s’en faire sentir, par exemple en cas de déclenchement des essuie-glaces, ou de détection d’une température extérieure inférieure à 3°. Si vous choisissez l’option Jeep active Drive II, vous bénéficierez en plus d’une boîte de transfert avec réduction de 2,92:1 et du système d’aide à la descente.

 

Essai Jeep Cherokee – conclusion

Plus solide et plus moderne que jamais, le Jeep Cherokee se relance avec une nouvelle motorisation Diesel 200 chevaux puissante et coupleuse qui lui sied à merveille. Elle ne lui vaut qu’un malus de 900 euros (150 grammes de CO2), pour une consommation raisonnable (5,7 litres/100 km). Nos relevés durant l’essai ont cependant montré qu’il faut en réalité compter entre 7,5 et 9 litres selon le style de conduite. Quoi qu’il en soit, on est loin du gros 4x4 à l’américaine qui débarquerait avec ses gros sabots sans faire attention où il met les pieds. Le Cherokee 2015 est européanisé et comme il conserve ses valeurs d’authenticité et d’aventure, cela lui va très bien.

 

Note : 15/20

Bien vu

– Le moteur adapté au véhicule
– Le confort et l’insonorisation à bord
– L’équipement technologique et de sécurité

À revoir

– Le volume du coffre et la modularité
– L’ambiance à bord un peu terne
– Le manque de maintien latéral des sièges

 

Emmanuel Genty

Votre avis nous intéresse sur :  Essai Jeep Cherokee 2.2 Multijet 200 ch : ?

image profil
Anonyme
2015-12-15 18:05:13  

Très belle VOITURE, encore plus agreable à conduire, magnifique ce Jeep Cherokee

image profil
RC
2016-02-17 19:43:06  

Trés belle voiture, mais les finitions extérieurs ne sont pas à l'hauteur de leurs ambitions ( baguettes non alignées, volant pas droit), dommage pour une voiture de 50000 euros

image profil
Anonyme
2016-12-23 21:50:15  

Super en 200 cv limitée advanced technologie. 17000 km depuis 1 an, que des satisfactions. Pour le coffre, un tuyau : enlever la roue de secours, prendre le kit réparation et faire un plancher avec contreplaqué feutrine et le tour est joué. On gagne au moins 70 à 80 l !!!!! 7,4 l de conso sur 17000 km Les pneus (les 4) feront environ 22 à 25000

Du coup, ma femme s'est pris un renegade intérieur orange et beige elle est super!!!! Vive jeep, une légende, pas un faux semblant!!!!!

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter