logo La revue auto

Essai toyota avensis touring sports discretion assuree

Toyota nous a donné rendez-vous en Suisse pour tester la nouvelle Toyota Avensis Touring Sports. Sur un segment D qui montre des signes de faiblesse, Toyota espère redorer le blason et séduire les flottes qui représentent la plus importante part de marché. Avec des nouveaux moteurs d'origine BMW, cette nouvelle Avensis est-elle armée pour conquérir un segment de marché morose ?

Exterieur_Toyota-Avensis-Touring-Sports-2015-1.6-Diesel_6 Exterieur_Toyota-Avensis-Touring-Sports-2015-1.6-Diesel_8 Interieur_Toyota-Avensis-Touring-Sports-2015-1.6-Diesel_14 Interieur_Toyota-Avensis-Touring-Sports-2015-1.6-Diesel_17 Interieur_Toyota-Avensis-Touring-Sports-2015-1.6-Diesel_18
Voir la galerie photo

Nous avions lors de notre essai pour sillonner les routes alpestres, une Avensis Touring Sports avec moteur 1.6 litres Diesel  de 112 chevaux (moteur nommé 112 D-4D), en couleur Bleu Saphir en finition Executive. C’est le deuxième restylage pour l’Avensis depuis 2009.

Plus un Facelift qu'une nouvelle Avensis

Même si, l’Avensis est l’oeuvre de l’équipe européenne, les codes n’ont pas été brisé par rapport à une vision japonaise classique. On garde un break qui à une certaine allure avec ses feux effilés et des lignes franches que l’on peut voir sur les derniers modèles de la marque nippone. C’est évidemment un bon point car l’Avensis a défaut d’être une épreuve de style totalement réussit, se démarque de la concurrence et offre un réel ressenti de qualité, et  l’effet de ne pas voir un simple break. L’extérieur est dans l’ensemble bien renouvelé ( La calandre, du hayon, boucliers) offrant une  ligne générale fluide et plus dans l’air du temps.

Les vraies nouveautés de l’Avensis

De nouvelles motorisations font leur apparition. Les moteurs sont d’origine BMW, ce qui est forcément un signe de qualité. Pour les Diesel, nous retrouvons le 1.6 D-4D de 112 chevaux (270 Nm) et le 2 litres D-4D de 143 chevaux (320 Nm). En terme de performance, le moteur 1.6 D-4D affiche un rejet de co2 de 109 g/km, ,soit 10 g/km de moins que le moteur 2.0 litres qu’il remplace. Pour les moteurs essence, on retrouve un seul moteur le 1.8 litres VVT-i de 147 chevaux, unique car en France la grande majorité des ventes seront du Diesel. La motorisation essence sera la seule disponible en boite automatique CVT 7.

A noter, aucune version hybride n’est prévue pour l’instant car Toyota préfère orienter les acheteurs potentiels vers la Prius, pourtant différente en terme d’attente client…

Lors de notre essai, le moteur 1.6 litres D-4D de 112 chevaux s’est montré assez confortable même sur une route de montagne. Il s’est également montré très raissonable en consommation avec moins de 5.5 litres au 100/km. Même si, un manque de puissance se ressent sur ce type de tracé. La conduite de cette Avensis Touring Sports se comporte sainement même si, on préfère vous conseillez le 2 litres de 143 chevaux. La boite de vitesse est bien étagée, heureusement vu les 112 chevaux, et les rapports de la boite de vitesse se passent très simplement, un bon point. Le freinage est précis tout comme la direction qui ne souffre d’aucun défaut marquant. Dans l’ensemble, la conduite de l’Avensis est accommodant. Même si on le répète le moteur de 112 peut montrer rapidement des signes d’essoufflement, mais son utilisation hors montage reste adéquate à une utilisation dans de bonnes conditions.

Ambiance intérieure

L’une des priorité de Toyota pour sa nouvelle Avensis est d’optimiser le confort. Le renouvellement à l’intérieur est plus discret. Les finitions se sont bonnes factures, mais l’ensemble manque d’originalité. On a l’impression d’être dans une voiture du début des années 2000 comme la gestion de la climatisation.La console centrale est dominée par un écran tactile de 8 pouces. Le volant es agréable dans sa prise en main, on retrouve toutes les commandes classiques. Point positif, les deux sièges avant sont séparés par une console qui utilise des matériaux de bonnes factures et apporte une touche de modernité. Dans l’ensemble, l’intérieur de l’Avensis ne révolutionne pas le segment mais faute d’originalité, Toyota ne commet pas d’impair important.

L’Avensis, les équipements orientés vers la sécurité

Pour séduire, le marché des flottes automobile, Toyota se démarque en misant sur l’amélioration des équipements de sécurité. Cette nouvelle orientation porte un nom, c’est le nouvel ensemble Toyota Safety Sense. Il comprend un système de sécurité de précollision (PCS) avec alerte de franchissement de ligne (LDA), la gestion automatique des feux de route (AHB) et la lecture des panneaux de signalisation (RSA). Le Toyota Safety Sense est de série sur toute la gamme Avensis. Toyota renforce ainsi le sentiment de sûreté que l’on ressent lorsque l’on conduit cette nouvelle Avensis. En revanche, il aurait été intéressant de trouver des équipements qui sont aussi dans l’air du temps comme une aide au stationnement et surtout la détection des angles mort qui est purement absente du catalogue. Toyotan n’a pas jugé indispensable d’inclure ce type d’équipement, assez surprenant au vue son utilité. 

Bilan de l’essai de l’Avensis Touring Sports

Le tarif du 1.6 D-4D  en finition Dynamic débute à 31 900 €. Pour ce prix, de nombreux équipements sont de série : cuir, écran 8 pouces, Toyota Safety Sense.  Le rapport qualité / prix est intéressant mais à trop vouloir plaire aux décisionnaires de flotte automobile, Toyota nous a conçu une Avensis qui soit  d’avantage passe-partout, qu’une automobile coup de coeur. Nous vous conseillons dans ce cas la motorisation en 143 chevaux du moteur 2.0 litres. Toyota vise essentiellement le marché des flottes automobiles et marque de nombreux points pour ça : consommation, coût entretien, sécurité, allure statutaire.   l’Avensis peut néanmoins s’adresse à une famille qui cherche une automobile bien conçue et sûre mais qui manquera d’originalité pour plaire à toute la famille.

 

Note:  13/20  pour les familles

Note : 16/20 pour une flotte automobile

 

 

Bien vu  :

 - Qualité de construction

 - Assise

 - Consommation 

A revoir :

- Pas de détection d’angle mort

- Pas de boite auto sur les Diesel

- Manque d’originalité ?

nos annonces Toyota

  • Toyota Aygo
    1.0 VVT-I 69CH X-PLAY 5P

    Essence : Manuelle
    10505 km : Occasion
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 22/01/2018
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 8 880€
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 13 150€
    Remise de : -4 270€

  • Toyota Aygo
    1.0 VVT-I 69CH X-PLAY 5P

    Essence : Manuelle
    29209 km : Occasion
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 09/11/2017
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 7 480€
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 12 800€
    Remise de : -5 320€