logo La revue auto

Essai Abarth 595 vs McLaren 720s : C’est quoi une supercar ?

Déclinaison sportive de la Fiat 500, l’Abarth 595 fait la fierté de la branche performance de la marque italienne. Si bien qu’elle a officiellement été présentée comme une mini-supercar. Pour nous en assurer, nous lui avons opposé une supercar digne de ce nom : la McLaren 720s.

Exterieur_essai-abarth-595-esseesse-vs-mclaren-720s-c-est-quoi-une-supercar_0 Exterieur_essai-abarth-595-esseesse-vs-mclaren-720s-c-est-quoi-une-supercar_1 Exterieur_essai-abarth-595-esseesse-vs-mclaren-720s-c-est-quoi-une-supercar_2
Voir la galerie photo

La segmentation automobile et son interprétation ne sont pas chose aisée. Dans la plupart des cas, c’est la longueur qui fait foi pour segmenter le marché automobile, donnant parfois quelques fils à retordre avec certains modèles qui jouent à la lisière des segments. Mais arrivent ensuite des définitions moins évidentes lorsqu’il s’agit de départager certaines formes de carrosserie, comme les SUV par exemple.

Mais nous pensons aussi au titre ultime de supercar, qui retrouverait ses origines en Europe dans un texte de presse au sujet de la Lamborghini Miura, dans les années 70. Un terme officieux, qui a longtemps caractérisé une poignée de sportives haut de gamme, fers de lance technologiques de leurs constructeurs respectifs, qui ne découlaient pas d’un modèle de grande série et étaient exclusivement proposées en quantité limitée.

Le temps filant et les technologies évoluant à grands pas, le terme de supercar s’est rapidement éparpillé, en se basant d’une part sur les niveaux de performances d’une voiture, d’autre part sur les formes de carrosserie et/ou la position du moteur. Un véritable fourre-tout qui fait désormais les choux gras des différents départements marketing, au même titre que le terme de SUV désormais utilisé à toutes les sauces.


La plus petite des supercars

Preuve en est avec Abarth qui, à la présentation de la nouvelle 595, a indiqué que sa citadine sportive était « une petite supercar qui peut évoquer une richesse de sensation sur la route comme sur la piste ». Un terme utilisé sans rougir en raison de la « performance explosive », le « son de l’échappement », le « style irrévérencieux » et le « plaisir de conduite » de la 595. Rien que ça ! Mais cela est-il suffisant pour la qualifier de supercar ? Pour nous en assurer, nous lui avons opposé une véritable supercar (ou du moins ce qui s’en rapproche le plus) : la McLaren 720s.

Intégrée dans la gamme Supercar du constructeur anglais (forcément), la McLaren 720s est l’une de ces supercars modernes, laissant alors la Speedtail, celle qui aurait pu avoir le statut comme la McLaren F1 en son temps, briller dans le monde des hypercars (un autre débat). Aussi représentante du savoir-faire de la marque, dotée des dernières avancées technologiques au service de la performance, la 720s ne laisse planer aucun doute sur son appartenance.

La recherche aéro pour les vraies supercars

À commencer par sa plastique sulfureuse, entièrement dictée par les flux aérodynamiques, primordiaux à ce niveau de performance. Plate, large, courbée et dotée d’appendices aérodynamiques actifs, la McLaren 720s joue la carte de l’exotisme avec certaines pirouettes stylistiques à l’image des blocs optiques intégrés dans les prises d’air avant, des canaux d’air à l’intérieur des portes et une double sortie d’échappement posée sur le bouclier arrière.

Et des pirouettes, justement, la petite puce des villes aux prétentions sportives en effectue énormément. À commencer par des choix stylistiques ostentatoires sur une voiture de ce gabarit, à l’image de son bouclier avant, son large diffuseur arrière doté de deux sorties d’échappement (là aussi) et d’un aileron de hayon fixe.

Fibre de carbone pour tous

À l’intérieur pas de surprise non plus, et l’Abarth 595 ne peut se permettre de s’autoproclamer supercar. Non pas que ses différentes attentions comme les ceintures rouges ou les impressionnants sièges baquets ne soient pas au niveau, mais la position de conduite héritée de la citadine est troublante. Mais ses efforts sont louables, avec l’emploi massif de fibre de carbone. Comme à bord de la McLaren qui, elle, propose ses inserts en option : comptez 5 800 € de plus, par exemple, pour faire installer la fibre de carbone autour des lève-vitres, sur les branches du volant ou sur la console centrale.

Pour le reste, l’Abarth singe les plus grandes avec une instrumentation teintée de rouge et une pseudo télémétrie pour surveiller de près les données mécaniques de la voiture. Mais elle rejoint facilement le monde des supercars avec ses différents aspects pratiques : car avec 180 l de coffre, elle fait à peine mieux que les 150 l situés à l’avant de la 720s Spider, pourtant privée de ses 210 l de volume à l’arrière dans le coupé !


Une force d’attraction

Passons rapidement sur le chapitre des performances, complètement inutile dans ce comparatif volontairement farfelu. D’autant que la McLaren 720s se situe tout en haut de la chaîne alimentaire automobile en matière de performances. Et on ne parle pas du temps d’ouverture du toit de la Spider, qui réclame presque autant de temps que le 0-130 km/h de l’Abarth (11 s contre 10,3 s). Mais bien des performances en ligne droite : quand l’Abarth a passé les 100 km/h (en 6,7 s), la 720s vient de franchir les 190 km/h et s’apprête à rentrer dans une autre dimension. Mais, à sa façon, l’Abarth sait aussi faire ça.

Dès le premier tour de clé, la citadine sportive arrête le temps autour d’elle comme n’importe quelle supercar sait le faire. La raison : la sonorité envoyée par sa double sortie Akraprovic qui, à défaut d’être vraiment raffinée, est une véritable pompe à décibels. Vous avez beau enlever le toit de la McLaren 720s Spider ou ouvrir ses superbes portes en élytre, le démarrage de la 595 Esseesse fera tourner davantage les têtes. De quoi largement participer à l’expérience de conduite, qui n’a pas à rougir toutefois avec son châssis réglé aux petits oignons : les amortisseurs Koni FSD, le différentiel à glissement limité de type Torsen, le freinage Brembo et les Pirelli P Zero Nero améliorent sensiblement le comportement de la bombinette.


Conclusion:


C’est quoi finalement, une supercar ?

Fabriquer une supercar ne s’invente pas. Fière de l’une des plus abouties d’entre elles, la F1, McLaren a une longueur d’avance dans le domaine. Même si à nos yeux conservateurs, cela ne la dénigre pas pour autant, la McLaren 720s est davantage une super sportive à moteur central arrière plutôt qu’une supercar au sens historique du terme. Soit. La hiérarchie bougeant aussi vite que les technologies évoluent, elle peut légitimement s’autoriser le titre.



En revanche, à la définition de « capilotracté » dans le dictionnaire illustré, il y aurait une photo de l’Abarth 595 Esseesse : usant d’artifices pour s’offrir un caractère unique, la bombinette, aussi plaisante soit-elle à rouler, ne peut pas s’autoproclamer supercar. Ou du moins selon les critères habituels qui définissent la catégorie ultime.

Mais comme la McLaren 720s, elle dispose d’une capacité d’attraction insoupçonnée dès le lancement de son timide 1,4 l turbo. Et si, finalement, ça ne serait pas ça, une super-car ? Une voiture capable de mettre en éveil tout ou partie des sens des badauds qui l’entoure. À ce jeu, l’Abarth n’a pas à rougir, et nous ne nous y attendions pas.

nos annonces Fiat

  • Fiat 500
    1.0 70CH BSG S&S ROCKSTAR

    Diesel : Manuelle
    10 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 05/02/2021
    Garantie : 22 mois
    Prix de vente : 13 950 €
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 19 430 €
    Remise de : -5 480 €

  • Fiat 500
    1.0 70CH BSG S&S ROCKSTAR

    Diesel : Manuelle
    10 km : Neuf
    Indépendant: Seine-et-Marne
    Mise en circulation : 05/02/2021
    Garantie : 22 mois
    Prix de vente : 13 950 €
    Mensualité : NC
    Prix constructeur : 19 430 €
    Remise de : -5 480 €

  • Aiways U5
    Standard

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 06/12/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 33 300 €
    Mensualité : 299€/mois*
    Prix constructeur : 39 300 €
    Remise de : -6 000 €

  • Aiways U5
    Premium

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 06/12/2021
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 37 230 €
    Mensualité : 404€/mois*
    Prix constructeur : 43 230 €
    Remise de : -6 000 €