logo La revue auto

Essai chasse-neige à plus de 100k€ : BMW X6 et Série 8 Gran Coupé xDrive

Les températures ayant bien chuté ces dernières semaines, BMW a eu la bonne idée de nous présenter ses 2 dernières grosses nouveautés dans un cadre alpin idyllique, la station autrichienne de Sölden, au cœur du Tyrol.

BMW Autriche a depuis quelques années installé une base Xdrive au cœur des pistes de ski de la station de sport d’hiver, afin de présenter, tester et améliorer ses véhicules dans des conditions extrêmes.

Nous nous sommes donc retrouvés, après 2 avions et un transfert en série 7, avec quelques collègues européens pour découvrir une panoplie de X6 et Série 8 Gran Coupé. Si je vous parle de grosses nouveautés, c’est bien sûr par rapport au gabarit des 2 mastodontes star du jour.

Essai chasse-neige à plus de 100k€ : BMW X6 et Série 8 Gran Coupé xDrive Essai chasse-neige à plus de 100k€ : BMW X6 et Série 8 Gran Coupé xDrive Essai chasse-neige à plus de 100k€ : BMW X6 et Série 8 Gran Coupé xDrive Essai chasse-neige à plus de 100k€ : BMW X6 et Série 8 Gran Coupé xDrive Essai chasse-neige à plus de 100k€ : BMW X6 et Série 8 Gran Coupé xDrive
Voir la galerie photo

La BMW X6 pour commencer

Le gros SUV coupé est disponible en 4 versions, 2 essences, le Xdrive 40i de 340 ch et la brutale M50i et ses 530 ch, et donc 2 diesels pour l’instant, le Xdrive 30d de 265 ch et le M50d de 400 ch. Seule la « petite » version essence était manquante lors de cet essai.

Esthétiquement, le dessin est plus clivant que le modèle précédent, surtout au niveau des feux arrière. On vous laisse juge, il y a plein de belles photos dans notre galerie. La X6 n’a pas l’habitude de passer inaperçue, mais au cas où, vous pouvez choisir en option la (grosse) calandre illuminée, dénommée BMW iconic. Too much ou en avance sur son temps ?



Cette 3e génération s’allonge de 26 mm (4 935 mm) et s’élargit de 15 mm (2 004 mm), et son empattement s’accroît de 42 mm (2 975 mm). Avec une ligne de toit plus basse, le dynamisme de la ligne propre au pionnier des gros SUV coupés est conservé, voire renforcé. Pour la chausser, les 19 pouces de séries peuvent monter jusqu’aux 22 pouces en option.

L’intérieur, quant à lui, est maintenant bien connu, on retrouve un dessin similaire au reste de la production bavaroise. C’est beau, très bien fini, accueillant, des sièges superbes et confortables, et tout un tas de réglages d’ambiance pour parvenir au parfait accueil. Et avec la liste des options disponibles longue comme un jour sans pain, ça serait bien le diable si vous ne parveniez pas à vous faire la voiture idéale, hors considérations bassement matérielles.

Car oui, on commence à 80 k€, 100 k€ pour les M, auxquels on peut ajouter quelques dizaines de milliers d’euros pour se faire un modèle à sa convenance.

Et la conduite ? Soyez patient, on y reviendra après avoir discuté de l’autre nouveauté.

Donc la BMW Série 8 Gran Coupé.

On a déjà essayé la grande GT de BMW dans sa version 2 portes et en cabriolet, c’est une sportive classe, au sommet de la gamme bavaroise, pas rageuse mais rapide, lourde mais dynamique grâce à son châssis et ses 4 roues directrices ; bref on connaît et on aime.

Mais le plaisir automobile n’étant pas qu’un plaisir égoïste, BMW nous ajoute cette version familiale : 2 portes en plus et 3 cm supplémentaires aux places arrière. Et ce surcroît de place rend la voiture confortablement habitable pour 4 personnes, voire 5 pour un petit trajet ou un ennemi. De plus, l’intégration des sièges arrière, originale, est une vraie réussite. Pour arriver à cette habilité, la Gran coupé a vu son empattement allongé de 20 cm, pour arriver à une taille supérieure à 5 m. Sa silhouette est moins ramassée, au profit des passagers arrière. Les custodes agressives de la version 2 portes disparaissent au profit de vraies fenêtres, ce qui diminue l’agressivité de la partie arrière. Le 3e modèle de cette série 8 pèse 70 kg de plus que la 2 portes, une augmentation raisonnable pour une voiture au-dessus des 2 tonnes. Le coffre passe à 440 litres.

Pour le reste, rien de nouveau. On est dans du haut de gamme BMW, les qualificatifs utilisés plus haut pour la X6 restant appropriés.

Les 3 versions disponibles étaient présentes, à savoir la 840d de 320 ch, la 840i de 340 ch et enfin la M850i et son V8 biturbo de 530 ch. Si des versions 2 roues motrices sont présentes sur d’autres marchés, BMW France ne proposera que des versions Xdrive, anticipant une forte demande pour les 4 roues motrices.

Et niveau prix, cette familiale peut-elle rivaliser avec la Scenic de Renault ?
Hélas non, les 6 cylindres débutent à 80 k€, et 125 k€ seront demandés pour la M850i ; avec bien sûr une liste d’options longue comme un deuxième jour sans pain…



Un essai BMW en mode « Holiday on ice » 

Et la conduite de ces nouveautés alors ?

Déjà, déontologiquement, je dois vous avouer que la conduite sur route non enneigée a été famélique, de l’hôtel à la base d’essai en convoi de 20 voitures, et donc je ne pourrais pas vous donner un avis sur les différences ressenties par rapport aux X5 et Série 8 déjà essayés pour une utilisation quotidienne. Sauf si votre quotidien est de conduire sur la neige, alors là, oui !

BMW nous a fait travailler sur 4 ateliers, une route enneigée à monter et descendre, 2 slaloms avec des passages plus ou moins techniques, et un jouissif grand huit, 2 cônes à contourner en glisse maximale !

Le but étant quand même de prouver l’efficacité des systèmes Xdrive, les instructeurs nous ont fait passer plusieurs fois en jouant avec les aides électroniques et leurs désactivations.

En commençant toutes aides activées, les voitures, aussi bien X6 que Série 8 Gran Coupé, sont hyper rassurantes ; l’électronique contrôle le moindre écart, gère le moindre patinage, bref votre ange gardien vous permet de grimper une pente enneigée sans aucune appréhension. Cependant, on ne s’amuse pas.

Seconde étape, on désactive le Contrôle Dynamique de la Traction DTC et le Contrôle Dynamique de Stabilité DSC. Et là, le fun apparaît ! La voiture accepte du patinage, glisse plus ou moins légèrement à la demande, mais en ne devenant jamais piégeuse, les 4 roues motrices trouvant de la motricité sur chaque flocon. Évidemment, nos belles du jour étaient chaussées en pneu hiver de qualité, des Michelin Alpin 5.

Nous sommes passés et repassés sur ces routes, en ajoutant de la vitesse à mesure que la confiance grandissait, et il faut bien reconnaître que les ingénieurs châssis de BMW ont bien fait leur travail : le dynamisme de ces très gros SUV/Coupés/sportives/limousines de 2 tonnes dans des conditions extrêmes est bluffant. Il n’est pas évident que les futures propriétaires s’amusent à faire des travers dans la neige, mais si vous en croisez, rassurez-les sur les capacités de leur engin !

Le marché français est aujourd’hui peu enclin à accueillir ce type de véhicule lourd et surpuissant ; BMW prévoit surtout de les vendre aux USA, en Allemagne, Grande-Bretagne et en Asie. Et c’est bien dommage, car si elles sont quand même déraisonnables, le plaisir de les conduire est bien présent.

Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
5 / 5
Habitabilité
5 / 5
Consomation
3 / 5
Prix
2 / 5
Confort
5 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • - Un système Xdrive au top
  • - Une qualité de finition sans reproche
  • - Des prix et des options élevés
  • - Une 8 un peu aseptisée (le V8 pourrait crier plus fort)

Conclusion:


Cette nouvelle génération de X6 remet le pionnier au sommet de la hiérarchie, et la Série 8 Gran Coupé amène une belle grande GT qu’on peut qualifier de familiale autant que de sportive. Cet ESSAI nous a permis de nous rendre compte des progrès effectués en matière de sécurité sur la neige, mais surtout nous a rappelé pourquoi on aime autant ces BM !