Vous pouvez écouter cet article :

Essai Nissan ARIYA e-4ORCE : je t’aime, moi non plus

Alors que Nissan avait autrefois marqué le monde de l’électrique avec la LEAF, la marque semblait s’être un peu endormie depuis. Comment penser autrement, puisque depuis, la firme ne proposait que des mises à jour mineures de cette LEAF et de son petit utilitaire électrique ? Ça, c’était avant l’avènement de l’ARIYA, un SUV électrique qui aurait dû secouer le marché, mais on ne sait pas trop pourquoi, il est resté dans l’ombre. C’est comme s’il attendait son heure.
Et c’est peut-être le moment, car, en plus d’avoir revu ses tarifs à la baisse pour le millésime 2024, la firme lance enfin son ARIYA avec un système à 4 roues motrices qui développe 306 chevaux, voire 394 pur-sang pour l’Evolve+.
J’ai eu l’occasion de tester l’Evolve pendant deux semaines.
Voici mes impressions sur ce SUV électrique japonais.

Voir la galerie photo

ARIYA e-4ORCE : de l’avance, ou du retard… ?

Avant de partir tout de go à bord de ce Nissan ARIYA e-4ORCE Evolve, il est important de comprendre son histoire et celle de Nissan. Car oui, Nissan était l’un des pionniers de la voiture électrique grâce à l’impulsion d’un certain Carlos Ghosn. Si l’emblématique patron de groupe poussait les ingénieurs français et japonais à développer cette nouvelle automobile zéro émission de gaz, il leur a également mis un coup de bambou avec son arrestation. Et, oui, l’ARIYA, qui use de la même plateforme que la Renault Megane E-Tech et du prochain Scenic E-Tech, a pris énormément de retard dans sa conception.

Ce SUV électrique devait lancer sa carrière en 2020… autant vous dire que le Covid-19 a stoppé toute velléité de commercialisation. Malgré la crise des semi-conducteurs qui secouait l’industrie automobile mondiale, Nissan a tout de même pu ouvrir les commandes de son SUV électrique durant cette période. Mais pour ses débuts, il devait se contenter d’un modèle à propulsion disposant soit d’une batterie de 63 kWh ou, pour les gros rouleurs, d’une autre de 87 kWh net.

C’est cette dernière qui équipe les ARIYA e-4ORCE. Elle produit assez de jus pour libérer les 306 chevaux et 600 Nm de couple. Une cavalerie qui lui ouvre les portes du super chrono de 5,7 secondes pour exécuter le TOP. La vitesse maximale est limitée à 200 km/h, tout de même. Avec ses gros accus, Nissan annonce une autonomie de plus de 510 km.

Pour recharger son ARIYA, Nissan l’équipe d’un chargeur combo CCS encaissant théoriquement jusqu’à 130 kW en DC, permettant de passer de presque vide à 80 % de charge en une demi-heure. Et sachez qu’ils n’ont pas menti, les Japs. J’ai en effet pu atteindre la pointe des 130 kW lors de mes recharges. Mais le plus intéressant, c’est que ma moyenne de charge entre 15 et 80 % s’établit à un bon 115 kW. Il faut donc un peu moins de 30 minutes pour récupérer les électrons nécessaires pour faire un peu plus de 200 km. Cela étant dit, si l’ARIYA est correct sur le courant continu, il est un roi sur la recharge en courant alternatif. Ici, nous avons droit à une capacité de 22 kW. Une chose rare parmi les concurrents, qui vous servira très régulièrement lors de vos déplacements à la campagne. C’est, pour moi, un atout majeur… tout comme son intérieur.


ARIYA e-4ORCE : un intérieur paisible, spacieux et raffiné…

En passant dans l’habitacle du Nissan ARIYA, sachez que vous allez pénétrer dans un temple zen. Cette nippone offre une atmosphère raffinée et paisible, ce qui n’est vraiment pas coutumier des marques japonaises.

Le tableau de bord s’offre 2 écrans. L’un pour l’instrumentation et l’autre pour le système multimédia. Celui-ci intègre des fonctionnalités Google telles que les cartes et un assistant vocal. Si quelques boutons physiques subsistent, sous la bande d’aération courant le long de la planche de bord, ce sont les boutons tactiles avec retour haptique intégré dans le mobilier en bois qui donnent un sentiment de raffinement extrême. Les matériaux de qualité, comme le revêtement doux au toucher semblable à l’Alcantara, sont agréables, et il y a beaucoup d’espaces de rangement. La technologie s’invite même dans l’accoudoir central, qui peut aller de l’avant à l’arrière via une simple impulsion sur la commande. Cela libère l’espace entre les passagers avant, qui peuvent profiter du plancher plat.
Les sièges sont agréables au toucher et assez confortables. La lumière pénètre aisément l’habitacle via les grandes vitres et le toit panoramique en option. À l’arrière, la banquette est confortable et l’espace y est grand. Ce qui est moins vrai du coffre, qui se contente d’un médiocre 418 l de capacité. Heureusement, le plancher de chargement est plat et il y a de l’espace pour ranger les câbles de recharge sur le côté. Cependant, il n’y a pas de « frunk ». Et ça, c’est un défaut notable, car un frunk reste la solution la plus pratique pour avoir un accès facile aux câbles.

ARIYA e-4ORCE : 306 chevaux pour une douce conduite

Prendre le volant du Nissan ARIYA va vous surprendre. Cet engin, qui en impose par son allure de « gros vaisseau spatial », est d’une prise en main extrêmement aisée. La position de conduite est facile à trouver et on dispose d’une mémoire au cas où vous oseriez le prêter. Car c’est bien cela qui m’a le plus surpris. Si les canassons sont bien là et les 600 Nm de couple vous plaquent au siège à la moindre pichenette de la pédale de droite, l’ARIYA vous pousse à la conduite zen. Confortable et très silencieux, avec une direction précise, ce Nissan vous donne littéralement envie de conduire. Et je vous dis cela après plus de 1 300 km à son bord en à peine plus d’une semaine d’usage.

En même temps, il vaut mieux le jouer en douceur, car l’ARIYA n’est pas des plus économes en électrons. Sur autoroute, à une vitesse constante de 126 km/h, il vous faudra compter sur une moyenne entre 23 et 27 kWh. Ce qui vous obligera à passer sur une borne tous les 230 km, en vous contentant de l’usage des 20 à 80 % des accumulateurs.
Bon, en même temps, on demande surtout à une voiture électrique d’être super efficiente en ville… Malheureusement, c’est pas non plus son point fort.
L’ARIYA vous demandera en moyenne 20 kWh aux 100 km. Que vous soyez en mode « ECO », avec ou non l’e-Pedal, rien n’y fera. Le Nissan restera dans cette moyenne pas très avantageuse par rapport à la concurrence. Par contre, sur un parcours périurbain, il dévoile ses vraies compétences. La roue libre étant parfaitement maîtrisée, à tel point qu’il semble toujours rouler sur une route descendante, j’ai pu naviguer au gré des lignes droites de la nationale 7 et des virolos des départementales seine-et-marnaises avec une moyenne oscillant entre 15 et 16 kWh.
Ce qui est un très bon score !


Conclusion:

ARIYA e-4ORCE : étrange sensation

J’ai réellement apprécié ma dizaine de jours passée au volant du Nissan ARIYA, et ma famille aussi, pour être honnête. Confortable, spacieux, bien fini et équipé, ce SUV électrique remplit sa mission avec brio : celle de vous transporter où vous le souhaitez en toute quiétude et avec style. Son allure avant-gardiste est vraiment valorisante et très loin des banales Tesla Model Y qui pullulent un peu partout. Si ses aspects pratiques sont évidents, la soute à bagages est étrangement « petite » pour un SUV électrique de ce gabarit.

Bref… l’ARIYA de Nissan est une option intéressante dans le segment des SUV électriques de taille moyenne. Avec son design moderne, sa finition de qualité et son intérieur apaisant, il se positionne presque comme un modèle premium. Cependant, à plus de 60 000 € pour notre version ARIYA e-4ORCE Evolve, Nissan plante son modèle dans l’univers des premium. Un prix élevé qui sera un frein pour certains acheteurs potentiels. Qui plus est, l’ARIYA a tendance à ne pas maîtriser ses consommations en ville et sur autoroute. Bienheureusement, la recharge est parfaitement gérée, même si elle mériterait une puissance de recharge supérieure… comme toutes les électriques d’ailleurs.


Performance


Performance
4 / 5
Tenue de route
4 / 5
Habitabilité
5 / 5
Consomation
2 / 5
Prix
2 / 5
Confort
4 / 5

Verdict : la raison

Verdict : la passion

  • + Allure de soucoupe volante
  • + Espace intérieur
  • + Qualité de fabrication et matériaux
  • + Une recharge lente (AC 22) très rapide…
  • - … mais une recharge rapide (DC 130) moyenne
  • - Les consommations
  • - Le tarif de 60 k€

les autres actualités sur Nissan

Le marché des véhicules électriques est actuellement en pleine effervescence, animé par des innovations technologiques continues et des ajustements... Voir plus

La voiture électrique va bientôt changer d'envergure. Après la batterie au lithium-ion, la batterie à 800V, la prochaine révolution viendra bientôt... Voir plus

Si l'électrification était un dîner de gala, Nissan semble avoir mis la table avec son Ariya 100% électrique. La prime à l'électrique qui accompagn... Voir plus

Quand on parle du Nissan Ariya NISMO, c'est comme évoquer deux côtés d'une même médaille sportive… mais sans trop forcer sur la dose d'adrénaline. ... Voir plus

Dans le monde toujours plus électrisé de l'automobile, Nissan nous gratifie aujourd'hui du Nissan Hyper Adventure, un concept-car qui se veut la ré... Voir plus

Alors que le Japan Mobility Show s'apprête à prendre d'assaut Tokyo du 25 octobre au 5 novembre, Nissan dégaine sa première carte maîtresse : le Ni... Voir plus

nos annonces

Voir plus de galerie photo Nissan

Nos dernières actus

Comparatif

Voiture n°1
Voiture n°2

Actus les plus vues

Hashtags

0 Milano Elettrica 0 Alfa Milano 0 Veloce Q4 0 Alfa Romeo Milano 0 Milano 9 BYD SEAL