logo La revue auto

Mercedes Marco Polo ArtVenture : un camping-car aigue-marine

Cela fait déjà 35 ans que le camping-car de Mercedes roule sur nos routes. Un anniversaire qui est l’occasions pour la firme à l’étoile de proposer une ligne spéciale : l’ArtVenture. Les stylistes ont tenu à rendre hommage au patronyme emprunté à un célèbre explorateur vénitien : le Marco Polo, en offrant au véhicule des éléments aigue-marine distinctifs.

Exterieur_mercedes-marco-polo-artventure-un-camping-car-aigue-marine_0 Exterieur_mercedes-marco-polo-artventure-un-camping-car-aigue-marine_1 Exterieur_mercedes-marco-polo-artventure-un-camping-car-aigue-marine_2 Exterieur_mercedes-marco-polo-artventure-un-camping-car-aigue-marine_3 Exterieur_mercedes-marco-polo-artventure-un-camping-car-aigue-marine_4

Mercedes Marco Polo et la ligne ArtVenture

Comme son nom l’évoque, le modèle spécial ArtVenture est particulièrement coloré. Avec les soufflets aigue-marine de son toit relevable, l'ArtVenture ne passe pas inaperçu.

Trois bandes latérales décoratives sont proposées en option pour les bas-côtés du véhicule, toutes noir mat avec des touches d’aigue-marine. L'ArtVenture fait également la part belle au confort et l'ouverture avant dans les soufflets de toit constitue l'une de ses fonctionnalités les plus remarquables.

Le plaisir de la conduite est garanti par le moteur quatre cylindres turbo diesel à injection directe disponible en plusieurs puissance. La première est de 163 chevaux alors que la seconde passe à 190 chevaux. En haut de gamme la Marco Polo peut compter sur une cavalerie de 239 pur-sang.

Ce Mercedes Marco Polo 300 d offre en plus des 239 chevaux un couple camionnesque de 500 Nm qui peut amener l'ArtVenture jusqu'à une vitesse maximale de 215 km/h. Pourtant la consommation normée se contente d’une moyenne de 6,1 l/100 km soit des émissions de CO2 de 161 g/km.


Le premier camping-car Mercedes

Le premier Marco Polo se basait sur le célèbre fourgon T1 dit « Brème » - de la ville où il était fabriqué – en version 209 D. Il se distinguait par un capot court et une peinture beige Bahamas qui, dans les années 1980, était considérée comme une touche particulièrement moderne. L’intérieur marron-beige était à l’avenant. Ce véhicule propulsion était mu par le moteur diesel atmosphérique OM 617.

Ses cinq cylindres et ses 88 ch lui permettaient d'atteindre une vitesse maximale de 120 km/h. Son couple de 172 Nm lui conférait un comportement plutôt dynamique à l'époque.

Avec une largeur de 1,98 m et un rayon de braquage de 10,9 m, le premier Marco Polo était facile à manœuvrer, même en centre-ville. Malgré une empreinte au sol compacte, le camping-car offrait tout le confort avec un lit double dans le toit surélevé, une banquette/couchette à l'arrière, des sièges avant pivotants, mais aussi une kitchenette avec évier, deux feux à gaz et frigo. Ce dernier pouvait être alimenté au gaz, sur le réseau de bord 12 volts ou sur une prise externe en 220 volts.