logo La revue auto

Mercedes-Maybach : la Classe S-Affaire des communistes

Après la présentation de la Mercedes Classe S, la firme à l’étoile nous présente tout naturellement sa version Maybach. Luxe, opulence et m’as-tu-vu sont toujours au rendez-vous. Mais ce que nous retenons, avant toute chose c’est ses dimensions dignes d’un paquebot chinois.

Exterieur_mercedes-maybach-la-classe-s-affaire-des-communistes_0
Voir la galerie photo

Pour aller chasser sur les terres de Rolls-Royce et autre Bentley, Mercedes a fait renaître Maybach. La troisième génération de ce mythe automobile s’articule toujours sur une base de Classe S, mais voit la vie en grand.

Si l’acheteur d’une Mercedes Classe S peut s’offrir deux longueurs de carrosserie – 5,179 mètres pour la Classe S et 5,289 mètres pour la Classe S version L – avec la Maybach on explose ses dimensions. Comptez pas moins de 5,479 mètres pour cette version.
Tout cela est évidemment au profit de l’espace à bord. Car le propriétaire de la Maybach s’assoit à l’arrière, bien sûr. L’empattement est respectivement de 3,106, 3,216 et 3,396 mètres pour cette nouvelle Maybach. Largement de quoi installer des fauteuils dignes d’une classe affaire. Ces sièges, dits « Executive », proposent un réglage séparé pour l’assise et le dossier. Ils sont également pourvus d’un repose-pieds piloté électriquement et, en combinaison avec le talonnier fixé au siège avant, vous pouvez créer une surface de couchage pour une véritable position de sommeil si vous le souhaitez.

Seulement 60 000 exemplaires de la précédente Maybach Classe S ont été vendus. Et devinez où.
En Chine et en Russie, bien évidemment.
Car c’est bien dans ces pays ex-communistes que pullulent le plus grand nombre de milliardaires. D’ailleurs, les prix de cette Maybach ne nous seront pas communiqués avant le printemps prochain. Mercedes ne nous dit pas avec quels moteurs la Maybach sera disponible. Mais, il y a fort à parier que les clients de ce genre d’engin ne soient pas sensibles à l’écologie… nous devrions y voir par conséquent un V12.

Revenons un peu sur le style de cette machine. Tout comme sa devancière, elle se distingue de la Mercedes Classe S par, un capot à ailettes chromées et une calandre tridimensionnelle. Les portes arrière sont immenses, pour faciliter la montée à son bord.
Le chauffeur disposera d’un tableau de bord et d’une console centrale avec l’intelligence artificielle « MBUX ». La finition est, comme vous pouvez l’imaginer, au summum de ce que les artisans savent faire.

Le comble du luxe est de prendre l’option « amortisseurs acoustiques en mousse ». Ils ont été étudiés pour stopper les bruits de roulement via une compensation active des bruits de conduite qui réduit les sons gênants au moyen d’ondes sonores de contre-fréquence.