logo La revue auto

Range Rover Sport : toujours plus haut, toujours plus fort

La première et une des rares fois où j'ai embarqué à bord d'un Range Rover, c'était en 1995, à bord du Range Rover P38 équipé d'un bloc moteur V8 4.0l de 185 ch. Trop petit à l'époque, et pas question d'en prendre le volant, mais Jean-Luc, son propriétaire, ne tarissait point de louanges sur ses capacités de franchissement.

Exterieur_range-rover-sport-toujours-plus-haut-toujours-plus-fort_0 Exterieur_range-rover-sport-toujours-plus-haut-toujours-plus-fort_1 Exterieur_range-rover-sport-toujours-plus-haut-toujours-plus-fort_2

Je me rappelle qu'un jour, coincé à la sortie d'un parking, il ne trouvait plus son ticket et je lui avais naïvement sorti : « On est bloqué parce que la barrière ne s'ouvre pas ? », et il m'avait aussitôt répondu très fièrement : « J'enclenche la première, et il n'y a plus de barrière. » Une image et un souvenir du bruit rauque du V8 qui résonne encore dans mon esprit quand nous voyagions à bord de ce 4x4 des plus charismatiques, élégant, avec ses sièges en cuir où l'on glissait si l'on n'était pas attaché, mais surtout d'un SUV de luxe capable de passer partout et de tout franchir.

Les occurrences suivantes du Range Rover dans sa version plus récente que j'ai pu apercevoir, c'était dans la célèbre émission Carpool Karaoke, avec James Corden au volant d'un Range. Mariah Carey, Justin Bieber, Elton John, Jennifer Lopez, ou encore Stevie Wonder, parmi pléthore de célébrités, ont embarqué aux côtés de l'animateur du Late Late Show pour chanter à tue-tête le temps d'une balade.

Aujourd'hui, c'est la troisième génération du Range Rover Sport que je m'apprête à découvrir au siège de Land Rover, dans le centre de développement à Gaydon. Pour pénétrer cet antre des plus secrets, il faut montrer patte blanche, et surtout déposer les téléphones portables. Retour à l'école, encore une fois, avec un cahier et un crayon de papier. Nous traversons des couloirs, passons par un labyrinthe d'allées où tout a été soigneusement masqué et où tous les employés vous accueillent chaleureusement le long du parcours, mais vous avez cette sensation que derrière eux se cachent plus qu'un trésor, des bureaux de design et de fabrication, et même des secrets que personne, étrangère à Land Rover, ne devrait connaître ou entrapercevoir.

Immersion totale avec la projection du film « The Spillway », où l'on se retrouve en Islande avec Jessica Hawkins, célèbre pilote de Formule 1 et cascadeuse automobile britannique de 27 ans, qui a notamment fait une apparition dans le dernier James Bond, No Time to Die.

Dans une production plus que hollywoodienne, nous suivons la pilote dans un court métrage qui se déroule au barrage de Karahnjukar en Islande, où Jessica Hawkins doit affronter 17 km de terrain « impossible », où la pilote va devoir remonter une cascade de 750 tonnes d'eau par minute à contresens. Un challenge entre la « vie et la mort », car au fur et à mesure que le temps passe, « le niveau de l'eau augmente dans le barrage », prévient une voix mystérieuse dans son talkie-walkie.

« Je commence où ? », s'interroge-t-elle sur un fond de musique angoissante sonnant l'apocalypse. Sigurbjörn Nökkvi Björnsson, ingénieur des barrages, nous présente la plus grande centrale d'Islande. « Conduire une voiture à travers un déversoir d'eau est un énorme challenge, et il n'y aura qu'une seule issue fatale si quelque chose se passe mal : le véhicule ferait une chute de 90 mètres, et il n'y aurait plus de Jess, probablement », dit-il d'un ton à peine rassurant. L'audience retient son souffle…

Malgré les conseils avisés d'un vieil homme qui nous raconte à contrecœur – car la région serait hantée – une rumeur datant de 1345 où des habitants auraient aperçu une créature dans la rivière, qu'il aurait vue lui-même également « se déplacer dans l'eau comme un serpent géant », la jeune Jessica Hawkins enfile son casque et décide de s'élancer à bord du nouveau Range Rover Sport. Rien ne l'arrête, perçant les cours d'eau, roulant à travers les conduits géants de canalisations, remontant les pentes raides jusqu'au creux de la montagne où la transmission radio s'interrompt. Puis, elle ressort et gravit une route qui n'en est pas une, où l'on aperçoit le Range Rover progresser tel un insecte se dandinant et grimpant sans faille. C'est l'ultime étape, elle s'élance à travers un torrent d'eau où le sol est comme une patinoire. Les éléments de la nature se déchaînent, mais Jessica continue sa progression, « Nous avons perdu la caméra », s'inquiète-t-on dans le talkie-walkie. Pourtant, Jessica roule toujours et semble inarrêtable. « Pfiou », souffle-t-elle alors qu'elle parvient enfin au sommet.

Pour cette troisième génération légèrement plus grande, avec une longueur de 4,95 m, le Range Sport garde sa silhouette emblématique forgée par trois lignes de fuite, qui amplifient le côté dramatique, dans le sens théâtral, et qui est encore plus renforcée par sa couleur Rouge Florence des plus captivantes.

Lignes épurées et détails bien masqués. Incarnant une vision du luxe moderne, ou l'essence du minimalisme et de la légèreté, le nouveau Range délaisse tout ornement superficiel. Ainsi, toutes les surfaces ont été aplanies et les joints ont disparu.


À l'avant, toutes les technologies ont été intégrées de façon harmonieuse à la calandre, derrière un bandeau noir, pour renforcer cette sensation de caresse visuelle. À l'arrière, on remarque la nouvelle signature lumineuse ininterrompue, ainsi que la plaque d'immatriculation qui a été rabaissée pour renforcer l'assise et la sportivité du véhicule. Mais ce qui nous fascine le plus, c'est ce travail minutieux des feux arrière, où l'on observe le soin et l'application dans l'enchevêtrement des LED disposées comme de la dentelle.

À l'intérieur, finis les sièges en cuir, qui sont maintenant en option pour des raisons écologiques, place à un nouveau matériau similaire du nom d'Ultra Fabric.
On notera la mise en place d'un système de purification d'air avec filtre de nanoparticules pour réduire les odeurs, bactéries et allergènes, notamment le Sars-CoV-2 virus.
Finis les plastiques que l'on a connus auparavant, et bienvenue dans une omniprésence de carbone forgé où trône un grand écran central de 13 pouces tactile.

Également très intrigant, l'apparition d'un système actif d'annulation de bruit permettant de filtrer les bruits de la route ou de frottement des pneus pour rendre les trajets à bord plus confortables et l'écoute musicale plus agréable, ou pour les puristes, se régaler en écoutant le bruit du moteur.

La petite curiosité de ce nouveau Range Sport réside dans ses 15 haut-parleurs Meridian, camouflés dans les portières. Ainsi, 15 enceintes, un subwoofer et un amplificateur de 400 W, ou une version Meridian 3D Surround Sound System avec 19 enceintes, incluant le subwoofer et un amplificateur de 800 W, viendront parfaire l'expérience de conduite. C'est James Corden qui s'en réjouit d'avance pour les prochains karaokés roulants !

Le luxe à bord peut se remarquer avec les sièges ajustables, chauffants et ventilés, avec une mémorisation de 22 paramètres d'ajustement différents, avec la fonction massage et coussins repose-tête.

Le nouveau Range Rover Sport sera disponible en V8 twin turbo 4.4 de 530 ch et 750 Nm, en 6 cylindres diesel de 250 et 350 ch, et en hybride rechargeable de 440 et 510 ch. Ils sont capables de rouler en électrique jusqu'à 113 km.

Land Rover annonce d'ores et déjà un Range Sport en 2024 qui sera 100 % électrique.

Sa date de commercialisation est prévue pour fin 2022. Voilà de quoi nous donner l'eau à la bouche à La Revue Automobile, et me donner surtout cette grande frustration de n'avoir toujours pas pu essayer ce nouveau Range Rover Sport, qui a l'air des plus prometteurs.

nos dernières annonces

  • Tesla Model 3
    Standard

    Electrique : Automatique
    10 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 15/08/2022
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 38 990 €
    Mensualité : 313€/mois*
    Prix constructeur : 44 990 €
    Remise de : -6 000 €

  • Tesla Model 3
    Standard

    Electrique : Automatique
    10 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 15/08/2022
    Garantie : NC mois
    Prix de vente : 38 990 €
    Mensualité : 313€/mois*
    Prix constructeur : 44 990 €
    Remise de : -6 000 €

  • Aiways U5
    Standard

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 15/08/2022
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 33 300 €
    Mensualité : 299€/mois*
    Prix constructeur : 39 300 €
    Remise de : -6 000 €

  • Aiways U5
    Premium

    Electrique : Automatique
    0 km : Neuf
    Concessionaire: Paris
    Mise en circulation : 15/08/2022
    Garantie : 60 mois
    Prix de vente : 37 230 €
    Mensualité : 404€/mois*
    Prix constructeur : 43 230 €
    Remise de : -6 000 €