logo La revue auto

Affaire mercedes etat francais

Suite et malheureusement pas fin dans le conflit qui oppose la marque allemande : Mercedes à l'Etat Français. Pour rappel et à l'origine : le gaz de climatisation des véhicules Classe A, Classe B, CLA et SL. Ce dernier n'est pas aux normes européennes, par conséquent la France bloque depuis le 12 Juin dernier les véhicules qui devaient être commercialisés dans l'hexagone : 4 700 exemplaires au total dont 2 000 commandes fermes.

Exterieur_Mercedes-Classe-B_0 Exterieur_Mercedes-Classe-B_1 Exterieur_Mercedes-Classe-B_2 Exterieur_Mercedes-Classe-B_3 Exterieur_Mercedes-Classe-B_4 Exterieur_Mercedes-Classe-B_5
Voir la galerie photo

Après bientôt 2 mois de blocus, la communauté européenne s’interroge désormais sur l’accord donné par le gouvernement allemand à Mercedes sur la continuité d’utilisation du gaz R1234 yf. Ce dernier a été jugé néfaste pour la couche d’ozone par la communauté européenne, mais Mercedes a prouvé, par l’intermédiaire d’un organisme indépendant de certification allemand que ce nouveau gaz imposé par Bruxelles était inflammable en cas d’accident. 

L’Union Européenne a fait savoir que le rapport de cet organisme manquait de transparence et se positionne maintenant en arbitre de cette situation ubuesque. L’Europe demande à connaître les éléments techniques qui ont autorisé Krafthahrt-Bundesamt, l’organisme en question, à valider la position de Mercedes sur l’inflammabilité du nouveau gaz. 

Bruxelles demande à Mercedes et à Krafthahrt-Bundesamt de publier ses tests, critères et résultats d’ici 3 semaines afin d’éclaircir la situation, et démontrer en toute objectivité si ce nouveau gaz est inflammable ou pas en cas d’accident. Il en va tout de même de la sécurité routière, et il convient également de comparer ces essais avec ceux menés précédemment par l’Association Mondiale des Ingénieurs de l’Automobile et qui aboutissaient à une validation du R1234yf. 

En attendant, et pour écourter le désagrément des clients de la marque qui attendent depuis 2 mois la livraison de leur voiture, Mercedes et le Ministère des Transports allemand demande à Bruxelles et non plus à la France de lever cet interdit.