Bmw

Bienvenue à bord du BMW X7 : le SUV qui se veut limousine

On savait déjà que BMW nous préparait un SUV plus grand que le X5, puisque, au Salon de l'automobile de Francfort, la firme nous dévoilait le BMW Concept X7 iPerformance.

+ de photos Bmw X7

Ce mi-SUV, mi-limousine veut notamment s’attaquer au Range Rover version longue, mais également et surtout au Mercedes GLS. Pour en prendre la mesure, BMW France nous a conviés à sa première présentation à la presse. Et devinez où… dans son fief, à Munich.

Le BMW X7, toute une histoire  !

Il est 5 heures. Mon smartphone coréen se met à gémir puis à sonner. C’est l’heure de se lever. Les yeux collés, je me mets avec nonchalance ma brosse à dents dans le bec. Les vibrations ont au moins l’intérêt de réveiller mes neurones. Un bain de bouche, une douche, et hop j’enfile un chino gris et la première chemise qui me tombe sous la main. (Note pour plus tard : éviter la chemise de bûcheron).

Je prends mon pass Navigo et me précipite vers la station des Halles, car il me faut embarquer, au pire, dans le second RER B de la journée qui prend la direction de l’Aéroport Charles de Gaulle.

Il est évidemment en retard de quelques minutes. Mais cela tombe bien, moi aussi. Je m’installe bien au fond de la rame pour être tranquille et attendre le terminus dans une légère somnolence qu’un passager fera vaciller par son odeur de friture.

C’est le moment de quitter ce palace roulant expédié par la SNCF. Les escaliers, les longs couloirs et le contrôle de sécurité auront raison de mes bâillements. L’embarquement ouvre ses portes juste lorsque j’arrive devant la porte F52.

Un sourire, un scan de billet et me voici dans le vol Air France AF1422 direction Munich. Ici m’attend le responsable presse et des confrères, dont la toute mimi Marie d’Auto-Moto, le Didier de l’Argus et le Walid de Caradisiac. Des gens adorables, pour une journée qui s’annonce extrêmement longue.

Le nouveau BMW X7 dans un Studio photo

À la découverte du nouveau SUV BMW X7…

Deux BMW Série 5 break sont au pied de l’aéroport pour nous conduire vers le lieu de rendez-vous qui reste secret pour nous. 20 minutes après, dans une zone industrielle sans charme, les chauffeurs nous larguent avec révérence. Une jolie petite brunette ouvre la porte et nous somme de rentrer prestement, dans un allemand qui égaye les tympans. On ne se fait pas prier et on rentre « fissa ».

L’équipe de photographes et le cadreur nous font risette, avant d’ouvrir notre champ visuel sur le studio photo qui accueille le dernier né des BMW X : le numéro 7.

Oui… après les X1, X2, X3… c’est aujourd’hui le tour du X7. Et comme son patronyme l’indique, c’est le plus opulent de la famille des SUV de la firme. Sa silhouette s’allonge sur 5,15 longs mètres. Sa hauteur flirte avec les cimes puisqu’il atteint le mètre 80 et même plus, si l’on prend en compte les barres de toits argentées. Ses jantes ne font pas dans la demi-mesure avec une taille allant jusqu’à 22 pouces.

On retrouve aisément les traits du concept. Surtout en proue avec cette calandre géante. Il semblerait que BMW transforme son caractéristique double et large haricot. Sur ce X7, ce signe d’appartenance des véhicules de Bavière se voit étiré vers le haut à en perdre la raison. C’est violemment méchant comme style ! Surtout qu’a contrario les optiques sont d’une finesse rare. Elles hébergent des feux laser à la belle cinématique bleutée. En poupe, c’est du massif, mais joliment dessiné avec des feux effilés remontant légèrement sur les bords. Les photos du concept ne me donnaient pas un si bon rendu…

Après moult explications stylistiques du responsable produit, nous passons enfin le pas de la porte pour pénétrer dans ce chalutier roulant. En effet, ici, pas de crise du logement. Il y a assez de place pour accueillir une équipe de foot en salle. Il faut dire que le châssis est extrêmement long avec plus de 3 mètres d’empattement. Un aspect technique qui a permis aux ingénieurs de placer 3 rangées de sièges et 7 places.

Comment ça, 7 places ? Ce n’est pas un SUV de luxe ?

Voilà l’une de mes questions qui ont un peu chamboulé la responsable du produit. Je vous passerais la longue explication pimentée de concept marketing qui n’a pas fait mouche, pour me concentrer sur les faits, car ils sont têtus.

Une BMW X7 schizophrène  ?

Comment se prévaloir d’être un véhicule de luxe lorsque celui-ci s’enorgueillit d’une soute à bagages capable de dévaliser le Louvre. Tenez vous bien, car son coffre passe d’un peu plus de 300 litres avec la troisième rangée de sièges ouverte à 750 litres une fois ceux-ci rangés dans le plancher via des moteurs électriques, et même 2 130 litres avec la deuxième rangée collée aux sièges avant.

Pourtant, s’il peut accueillir une bonne douzaine de sacs de ciment de 50 kg et 7 personnes, son raffinement est tout autre chose avec : des cuirs, une multitude d’environnements programmables, une connectivité embarquée, la possibilité d’avoir des tablettes incorporées, des radars et lasers qui surveillent la conduite. Assez pour en faire un objet un peu à part !



La question du positionnement me taraude toujours.

Au début, je le mettais en face d’un Range Rover version longue. Mais sa fonction minibus l’en éloigne, car le Range ne laisse de place que pour 2 ambassadeurs à l’arrière. Cela dit, la version qui nous est présentée, une BMW individual, n’offre que 6 sièges. La banquette centrale a laissé sa place à 2 sièges indépendants aux multiples réglages électriques, dont une fonction massage plutôt sympathique. Sans oublier que le SUV est équipé de suspensions pneumatiques pour rouler sur un nuage et au cas où relever de 40 mm la hauteur de caisse.

Alors, je me suis retourné vers son cousin teuton, l’Audi Q7. Mais celui-ci semble marquer le pas sur l’espace à bord et une technologie légèrement en retrait. C’est simple, les ingénieurs ont repris les attributs de la splendide limousine BMW Série 7 pour les installer dans le X7. Si l’écran d’infodivertissement, qui trône fièrement au centre de la console de bord, sert à piloter le système, sachez que le X7 sera également capable d’être commandé par la voix et les gestes. D’après les ingénieurs, une intelligence artificielle apprend en permanence sur ses occupants pour répondre le plus rapidement possible.
Terminator n’est peut-être pas si loin !

Sous le capot moteur du BMW X7.

Ce BMW X7 ne fait appel qu’à des groupes motopropulseurs nobles. Pas de 4 cylindres ! Que des 6, 8, voire dans un second temps, 12 cylindres. La version X7 hybride n’est pas annoncée, mais nul doute qu’elle arrivera rapidement, pour répondre à la fiscalité européenne.

Si officiellement les premières livraisons de la bestiole auront lieu en mars 2019, j’attends avec impatience de prendre le volant pour vous donner mes impressions.

Quand y en a pour une, y en a pour deux !

Ah, au fait, ça, ce n’était que la matinée. Après avoir participé à une orgie de pizzas avec mes confrères et les techniciens de BMW, nous sommes passés de l’autre côté du studio. Et là, une autre nouveauté nous attendait. Une histoire à suivre le 15 janvier. ;-)

Benoit Alves

Votre avis nous intéresse sur :  Bienvenue à bord du BMW X7 : le SUV qui se veut limousine

Ecrivez votre commentaire sur l'article
Envoyer

On parie que vous allez aimer aussi :

La Revue Automobile, c'est plus de 140 000 photos, 13 000 articles mais aussi des milliers de fiches techniques, une cote auto et bien plus encore. Partageons la passion de l'automobile ensemble !
Inscription Newsletter